Partagez | 
 

 
JAMES + come to the darkside, we have cookies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité




MessageSujet: JAMES + come to the darkside, we have cookies   Ven 9 Jan - 16:28


James & Lisbeth
    come to the darkside, we have cookies


Elle commençait à être doué pour éviter Declan. Le matin, elle était partie avant qu'il ne se lève pour aller prendre le petit déjeuner avec sa sœur. Quand elle était rentrée le midi, Mariann était rentrée, coupant court à toutes possibilités de discussions ente les deux époux. Et puis il avait dû aller rejoindre son bureau pour une urgences. Laissant mère et fille seules. Mais Mariann ne tarda pas à prévenir sa mère qu'elle ne dînerait pas avec eux le soir. Elle ne remarqua pas la grimace de sa mère qui s'imaginait déjà devoir manger en tête à tête avec son mari. Une perspective qui en tant normal lui aurait fait énormément plaisir. Mais plus maintenant. Elles s'inquiétaient de ce qu'elle pourrait découvrir sur les véritables activités de son mari. Moins elle en savait, mieux elle se portait. Il fallait qu'elle s'occupe, qu'elle évite de trop réfléchir. Dans ces cas-là, elle avait deux possibilités. La première était le ménage. Mais la maison était déjà parfaitement propre. Après avoir quitté le bureau de son mari, elle avait récuré sa maison. La rendant plus brillante que jamais. Faute de travail, c'était tout ce qu'elle pouvait faire. Aujourd'hui, ce serai donc aux fourneaux qu'elle s'occuperait.

Quelques heures plus tard, elle venait de sortir du four sa cinquième fournée de cookies. Si elle doutait de sa nervosité, elle en avait maintenant la preuve. Et en regardant la tonnes de cookies qu'il y avait sur son plan de travail, elle se demandait ce qu'elle allait bien pouvoir en faire. A la maison, il y avait toujours quelqu'un pour en manger. Mais pas autant. Elle pinça les lèvres en réfléchissant. Il y avait bien quelqu'un qui voudrait de ses cookies, quand même. Non ? Ou du moins, une partie. Soudain, elle sut exactement à qui elle allait en donner. Elle connaissait deux jeunes filles qui raffolaient d'eux. Et cela faisait bien trop longtemps qu'elle n'était pas allée s'assurer que la famille MacNally se portait bien. Attrapant une grande boite en plastique, elle cala le plus possible de cookies à l'intérieur. Il ne lui fallut ensuite qu'une demi minute pour enfiler ses chaussures, attraper sa veste et son sac, puis s'engouffrer dans sa voiture.

Elle prenait la voiture pour la deuxième fois, dans l'espoir de fuir Declan. Elle commençait à se faire de la peine. Mais en même temps, c'était une bonne chose d'aller voir James. Il avait besoin de soutien. Et elle était sure que c'était ce qu'aurait voulu son amie Eileen, que des gens veillent sur sa famille maintenant qu'elle n'était plus là. Elle parvint à trouver une place près de la maison des MacNally. Sa boite pleine de cookies sous le bras, elle quitta sa voiture. D'une poussée sur la télécommande, elle verrouilla son auto à distance. Puis elle gagna la porte d'entrée, où elle appuya sur la sonnette. Restait plus qu'à espérer qu'il y avait quelqu'un. C'était un peu le problème de débarquer à l'improviste.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité




MessageSujet: Re: JAMES + come to the darkside, we have cookies   Sam 10 Jan - 20:40

Come to the dark side, we have cookies


Je suis épuisé, j’ai enchaîné deux gardes à l’hôpital et comme j’ai terminé ce matin, j’ai voulu passer la journée avec mes filles plutôt que d’aller me mettre au lit. Les traits tirés, je ne suis pas beau à voir, mais ça en valait la peine. J’ai pu accompagner Flora à la danse ce matin, et Grace à son match de soccer cet après-midi. Sur le retour, on s’est même arrêté chez le glacier et les filles ont fait orgie de calories. Moi, peu d’appétit, comme depuis six mois – j’ai d’ailleurs perdu un peu de poids et je commence à nager dans certains de mes pantalons – mais la fatigue d’aujourd’hui n’aide assurément pas.

Papaaaaa !!! Tu sais où est mon sweat qu’on a acheté à la caserne ? me hurle ma fille du haut de l’escalier. Je fais un peu de rangement dans le salon, j’ai laissé trainer des papiers partout sur les derniers articles médicaux que j’ai consultés. Je m’arrête alors pour lui répondre, sortant du salon pour me diriger dans l’entrée. Regarde dans la buanderie en haut, ma puce ! Norah a dû le laisser là-bas. Norah, c’est notre baby-sitter qui s’occupe un peu de tout à la maison. Une aide précieuse qui me sort bien de l’embarras parfois. Quand elle n’est pas disponible, heureusement que je peux compter sur Mariann, ou Lisa, Betty et Alice. Mais j’essaie de ne pas trop les embêter, j’ai l’impression qu’elles ne refusent jamais par compassion, ou pitié pour moi, et ça m’ennuie. Parler de vêtements me fait penser qu’il faut que je lance une machine de linge sale, avec les affaires de sport des filles. Je pars immédiatement dans la buanderie près de la cuisine, où se trouvent toutes les machines à laver ou sécher. J’ai dû apprendre à m’en servir depuis qu’Eileen est tombée malade. Pas que je sois macho, mais tous ces trucs me dépassent complètement et je laissais ma femme s’occuper de ça. Les sacs de sport des filles sont posés près de la machine que je commence donc à remplir. Je choisis ensuite le programme adéquat et quand je mets la lessive, j’entends la sonnerie de la porte retentir. Je m’arrête une demi-seconde et j’entends Grace descendre les escaliers en trombe. J’y vaiiiiis !!! m’avertit-elle. Alors je finis de verser ma lessive que je mets le programme en route quand j’entends ma fille s’exclamer Bettyyyyyyyyyy !!! Un sourire apparait alors sur mon visage, c’est une agréable surprise. Je me lave les mains en vitesse à la cuisine et je retourne dans l’entrée pour voir notre invitée surprise.

Betty ! Quelle surprise ! Elle est toujours sur le pas de la porte, dehors. Je l’invite alors. Rentre donc, ne reste pas dehors avec ce froid. Je m’approche d’elle et je me penche pour lui déposer un baiser sur la joue, avec une petite accolade. Grace, appelle ta sœur pour lui dire qu’on a une invitée, je lui lance un sourire paternel et avant de s’exécuter, elle regarde la boîte que tient Lisbeth dans ses mains et lui demande C’est pour nous ? Son sourire est radieux, plein d’espoir. Lisbeth vient rarement les mains vides, elle nous a elle aussi beaucoup aidés depuis la mort d’Eileen. Elles étaient proches et j’apprécie beaucoup Lisbeth, c’est une femme douce et prévenante. Elle a été l’institutrice des filles quand elles étaient en maternelle et c’est comme ça qu’on l’a connue. Mais Eileen était quelqu’un de très sociable, contrairement à moi, et elle avait le don de devenir amie avec tout le monde qui l’entourait. J’ai toujours trouvé ça étrange qu’elle m’ait choisi, pour ça, je suis son opposé.

Je peux te débarrasser ? je lui demande avec un ton poli et un petit sourire. Elle connaît la maison, elle est ici chez elle, elle le sait, mais je tiens toujours à m'occuper de mes invités comme il se doit.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité




MessageSujet: Re: JAMES + come to the darkside, we have cookies   Lun 26 Jan - 1:27


James & Lisbeth
    come to the darkside, we have cookies


Il suffit que la porte s'ouvre sur Grace pour que Lisbeth se félicite d'être venue. « Bettyyyyyyyyyy !!! » Ça c'était de l’accueil. Un de ceux qui réchauffent le cœur. Elle se penche alors pour faire la bises à la petite. « Coucou ma belle. » La bise, c'était assez nouveau. Avant, l'institutrice se contentait de lui déposer un baiser sur la joue, comme elle le faisait pour Flora. Mais Grace était maintenant une adolescente, et elle voulait faire comme les grandes. Lisbeth se pliait volontiers au caprice. James arriva rapidement à son tour, un sourire aux lèvres. Elle était bien contente de voir ce sourire. Jamie avait longtemps été l'ours associable à côté d'Eileen. Mais cette femme avait toujours su montrer aux autres qui était vraiment son mari. Et si à la base madame MacNally avait été l'une des meilleures amies de la blonde, Jamie avait fini par prendre une place similaire dans sa vie. « Betty ! Quelle surprise ! » Il ouvre alors la porte en grand. « Rentre donc, ne reste pas dehors avec ce froid. » Avec un sourire elle s’exécute. Elle lui rend son étreinte quand il se penche pour déposer une bise sur sa joue. « Je vous dérange pas au moins ? » Elle commençait à avoir l'habitude de venir à l'improviste, mais bon, il y avait bien le risque qu'un jour, elle débarque au mauvais moment. Gâteau ou pas gâteau. Jusque là, on l'avait plutôt accueillie à bras ouverts. « Grace, appelle ta sœur pour lui dire qu’on a une invitée. » L'adolescente n’obéit pas tout de suite, son regard s'attardant sur la boite que tient Lisbeth. Un sourire se dessine sur les lèvres de la femme. Au moins, elle ne sait pas tromper. Elle a bien trouver des volontaires pour les manger tout ses cookies. « C’est pour nous ? » Le sourire de l'institutrice s’élargit davantage. « A ton avis ? » Grace et Flora ont toujours profiter des talents culinaires de Lisbeth. Plus souvent depuis la mort de leur mère, mais depuis longtemps. Même quand elles n'étaient encore que ses élèves. La blonde n'hésite jamais à ramener des bateaux à l'école et d'y organiser des goûters. Elle le fait même pour les réunions parents-profs. « Va chercher ta sœur et vous pourrez en manger. » Grace s’exécute alors, rapidement, criant le prénom de sa sœur. Lisbeth a alors un petit rire. Un petit rire qui fait du bien après la journée qu'elle est en train de vivre.

« Je peux te débarrasser ? » Elle se tourne de nouveau vers James. Avec un sourire, elle lui tend la boite de cookies. « Avec plaisir. » Une fois qu'il l'eut pris en main, elle pose elle même son sac à main dans l'entrée et retire son manteau. Elle l'accrocherait bien elle-même au porte manteau, mais elle sait que Jamie tient tout de même à s'occuper de ses invités. Elle en a passé du temps dans la maison pour aider la petite famille, elle la connaît donc par cœur, mais elle peut totalement comprendre cette envie de faire bien de la part de Jamie. Elle même faisait de même chez elle. Quand elle recevait, elle mettait toujours les petits plats dans les grands. C'est donc naturellement qu'elle lui tend son manteau.

Ils prirent ensuite le chemin de la cuisine où les filles ne tardèrent pas à arriver. « Betty ! » C'était au tour de Flora de lui faire un bel accueil, bien que plus timide que sa sœur. Lisbeth n'allait pas s'en offusquer, c'était tout simplement le caractère de la petite. Et en tant que marraine elle savait tout de même que la petite lui portait une affection toute particulière. Elle pencha alors vers elle, déposant un baiser sur sa joue. « Salut princesse. » Si Grace est la belle, Flora est la princesse, chacune son surnom.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité




MessageSujet: Re: JAMES + come to the darkside, we have cookies   Dim 8 Fév - 16:08

Come to the dark side, we have cookies


Je nie de la tête en faisant une petite moue quand elle demande si elle dérange. Ne dis pas n’importe quoi, Betty, tu sais très bien que tu es ici chez toi. Mon sourire s’accentue. Malgré la fatigue et mon combat de tous les jours contre le poids du chagrin, il m’arrive de temps en temps de sourire. Ces rares moments sont offerts en général par mes filles et puis les quelques amis que j’ai. Souvent des femmes, d’ailleurs, les meilleures amie d’Eileen qui ont fini par m’adopter, même si ça a demandé beaucoup de temps pour certaines. Je sais que je ne suis pas facile, trop renfermé, tout ça. Heureusement qu’Eileen a eu une bonne influence sur moi et qu’au fil des années, j’ai réussi à m’ouvrir un peu. Et Lisbeth est l’une des seules avec qui j’arrive à être à peu près moi-même. Elle me connaît bien, depuis le temps. Et elle fait partie de la famille, ce n’est pas pour rien qu’elle est la marraine de Flora.

Elle me tend la boîte de cookies et je la débarrasse. J’aurais voulu lui prendre son manteau et m’occuper d’elle, mais elle ne me laisse pas vraiment le choix. Elle est ici chez elle, après tout.
Je me dirige alors dans la cuisine pour mettre quelques biscuits sur une assiette. Un thé, ça te dit, Betty ? dis-je d’une voix forte pour qu’elle m’entende de l’entrée, mais elle m’avait suivi alors je me mets à rire, me sentant idiot d’avoir crié alors qu’elle se trouvait juste derrière moi. J’entends quelqu’un débouler dans les escaliers et je me doute que c’est Flora qui vient voir sa marraine. Sa petite tête blonde vient ensoleiller la cuisine et elle sourit à Betty, heureuse de la voir. Flora est comme moi, beaucoup plus réservée dans ses gestes et dans ses paroles. Il n’y a qu’avec cette Alix Ray, lieutenant pompier rencontrée à la caserne il y a peu, qu’elle se sent bizarrement totalement en confiance. Je n’ai toujours pas saisi pourquoi, par quel miracle c’était possible, mais c’est ainsi et finalement, j’en suis heureux. Flora m’en a même reparlé, à croire qu’elle est tombée sous le charme du lieutenant. C’est vrai qu’elle est charmante et gentille, mais je ne pensais pas qu’elle ferait autant d’effet à ma fille.

Quand Lisbeth appelle Flora « princesse », je ne peux m’empêcher de sourire. Eileen faisait pareil et je tente parfois de garder cette habitude.
Je vous fais des chocolats chauds, les filles ? Pour manger avec les cookies ? Il est presque l’heure de dîner, mais ce n’est pas grave. Ce soir, on mangera exceptionnellement comme bon nous semble.
La petite voix de Flora résonne alors dans la cuisine. Avec des mini-marshmallows papa, s’il te plaît. Je regarde ma fille avec un regard rieur. Vos désirs sont des ordres, princesse !
Depuis la mort d’Eileen, j’ai eu beaucoup de mal à me reconnecter avec mes filles. Mais depuis quelques semaines, il me semble que la communication est plus facile entre nous. J’ai plus de mal avec Grace, parce qu’elle est adolescente et que quelque part, ça m’angoisse, mais avec Flora, ça se passe beaucoup mieux. Nous avons tous deux la même sensibilité et peu de paroles sont nécessaires, finalement. Nos regards et nos gestes témoignent de l’amour que nous nous portons mutuellement. Avec Grace, la subtilité n’existe pas, c’est une fille qui ne prend pas de détour et qui exprime ce qu’elle ressent sur le moment. Elle aime la confrontation et les rapports verbaux, tout ce que je n’aime pas. Mais je crois qu’elle fait preuve de beaucoup de patience et de maturité me concernant, parce qu’elle sait comment son père fonctionne et qu’elle reste, malgré tout, une fille extra envers son papa et son chagrin. Je suis si fier d’elle, et de Flora aussi. Leur monde s’est écroulé quand leur mère est morte, mais elles ont toutes deux réussi à rester debout et à continuer de vivre. J’ai été plus touché, je suis tombé à terre. Heureusement, des personnes comme Lisbeth m’aident à me relever.
Alors Betty, quoi de neuf ? Comment vont Declan et Mariann ? Je m’affaire à préparer le thé et les chocolats chauds pour mes princesses. L’eau et le lait sont en train de chauffer et je vais chercher les tasses dans un placard. Je les pose sur un grand plateau et je termine de préparer. En attendant que les breuvages soient chauds, je m’accoude à l’îlot central de la cuisine, en face de Lisbeth, et machinalement, je me mets à faire tournoyer mon alliance du bout des doigts autour de mon annulaire en discutant avec elle. Une habitude qui ne m’a jamais quitté, le dernier souvenir d’Eileen que je peux porter.
Grace déboule à son tour dans la cuisine pour nous rejoindre. Ohhh chouette ! Tu nous fais des chocolats chauds ? demande-t-elle en passant près des tasses. Je lui souris gentiment et je lui réponds. Avec ça, vous êtes pas prêtes de dîner ce soir. Grace rigole et vient se blottir contre moi, ce qui me surprend. Ca fait très longtemps qu’elle ne m’a pas fait ça. Avec tout ce qu’on a mangé aujourd’hui, j’ai pas très faim, de toute façon. Elle relève la tête vers moi et je la regarde alors me sourire. Dis papa, demain on pourra retourner à la caserne pour voir Alix ? Je hausse immédiatement un sourcil, surpris. Je regarde Lisbeth et je lui explique alors. Tu sais que Grace veut devenir pompière ? Ça fait des mois qu’elle nous en parle. On est passé à la caserne l’autre jour pour les portes ouvertes, et les filles se sont fait une nouvelle copine là-bas. Je passe ma main sur l’épaule de ma fille, pour resserrer l’étreinte. Bien sûr, mais je pense qu’on devrait l’appeler d’abord pour voir si elle est là-bas. Elle est peut-être encore en convalescence, tu sais. Je regarde Lisbeth et je continue de lui expliquer. En fait, j’ai connu le lieutenant aux urgences, elle a eu un accident. Et je tais les détails devant mes filles, je n’ai pas envie qu’elles imaginent le lieutenant Ray avec un morceau de bois planté dans l’abdomen. Une femme charmante, en tout cas, elle s’est très bien occupée des filles, j’ajoute, me surprenant de me laisser aller ainsi à la discussion et à révéler mes impressions sans qu’on me les demande.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité




MessageSujet: Re: JAMES + come to the darkside, we have cookies   Jeu 19 Fév - 20:32


James & Lisbeth
    come to the darkside, we have cookies


« Ne dis pas n’importe quoi, Betty, tu sais très bien que tu es ici chez toi. » Elle lui répondit par un large sourire. Il faut dire qu'elle aimait savoir qu'elle était encore la bienvenue quelque part. Non, c'était injuste ce qu'elle disait. Elle avait l'impression d'étouffée chez elle juste parce qu'elle ne voulait pas parler à Declan. Mais c'était toujours chez elle. Et sa sœur l'avait laissée faire comme si elle était chez elle dans sa cuisine pas plus tôt que ce matin. Elle était juste heureuse de voir que James l'avait pleinement accepté dans sa vie. Même sans Eileen. Elle aimait cette famille après tout. Sinon, elle n'aurait jamais accepté d'être la marraine de la petite dernière, Flora. Pour avoir elle-même pris son temps pour choisir la marraine de sa fille, elle savait que c'était une décision importante. Elle n'aurait pas accepté si elle pensait qu'elle n'aurait jamais pu faire partie de la vie de cette petite.

James prend la boite de cookies que lui tend la jeune femme et se dirige vers la cuisine. Elle lui emboîte rapidement le pas. « Un thé, ça te dit, Betty ? » Lui demande-t-il d'une voix forte. Quand il se retourne, il est surpris de la voir derrière lui. Voilà pourquoi il parlait si fort. Un sourire amusé s'étale sur les lèvres de la jeune femme. Elle retient même le rire qui voudrait sortir. « Un thé, c'est parfait. » Elle avait surtout bu trop de café pour aujourd'hui. Autant passé au thé. C'était bien plus prudent. Flora arriva bientôt. Lisbeth était toujours heureuse de voir sa filleule. Le bonheur d'avoir une fille a chouchoutée comme sa fille, sans avoir à faire son éducation. C'était le bonheur. Bon d'accord, ce n'était pas tout a fait vrai. Eileen l'avait toujours laissée réprimander la petite quand il le fallait. Moi voilà bien longtemps qu'elle ne l'avait pas fait. « Je vous fais des chocolats chauds, les filles ? Pour manger avec les cookies ? » Demande alors James à Flora. « Avec des mini-marshmallows papa, s’il te plaît. » « Vos désirs sont des ordres, princesse ! » Lisbeth appréciait de voir père et fille ainsi. Elle savait que James avait eu du mal à retrouver sa place au milieu de deux enfants seuls. Elle même ne savait pas si elle aurait pu aussi bien élever sa fille sans Declan. Elle aimait cette image de famille parfaite -ou presque. Elle n'avait jamais pu supporter le divorce des ses parents. Et surtout pas ce qu'était devenue sa mère après. Il n'y avait pas de chocolat chaud et marshmallows. En fait, c'était elle qui avait du les faire ses chocolats pour Leo et Richard. Mais James était loin d'être comme sa mère ou comme son père. Il ne laisserait pas ses filles dans une situation pareille.

Elle posa ses fesses sur un des tabourets haut qui entourait l’îlot central de la cuisine de James. Avant de tourner de nouveau son regard vers sa filleule. « Tu viens sur mes genoux, princesse ? Pour qu'on puisse surveiller ton père pendant qu'il fait nos boissons. » Un petit rire s'échappa des lèvres de Flora. « Parce que tu crois qu'il pourrait faire des bêtises ? » Lisbeth haussa les épaules avant de l'aider à grimper sur ses genoux. « On sait jamais ! » James s'accouda alors à son tour sur le comptoir, face à sa fille et sa marraine. « Alors Betty, quoi de neuf ? Comment vont Declan et Mariann ? » Elle n'avait pas envie de parler de Declan, mais bon, elle ne voulait pas non plus inquiéter James en refusant d'en parler. « Declan toujours du boulot et encore du boulot. Quand à Mariann... Une adolescente qui oublie sa mère et prend la maison familiale pour un hôtel. » Elle eut un petit rire, elle exagérait un peu. Mais vraiment qu'un peu. Elle remarqua alors le geste de Declan, faisant tourner son alliance autour de son doigt. Il ne devait même pas se rendre compte qu'il le faisait. Était-ce parce qu'il parlait du mari de Lisbeth qu'il pensait à son propre mariage. Elle préférait ne pas poser de question et ne surtout pas montrer qu'elle l'avait remarquer. Elle préféra se pencher contre le cou de sa filleule. « Ne deviens jamais une adolescente Flora. Reste une jolie petite princesse comme maintenant. » Cela eut au moins l'effet de faire rire une nouvelle fois sa filleule.

Grace arriva à son tour dans la cuisine. « Ohhh chouette ! Tu nous fais des chocolats chauds ? » Lisbeth eut un nouveau sourire. Il fallait croire que tout les enfants aimaient les chocolats chauds. Richard réagissait toujours comme ça quand il était petit et que sa sœur préparait ses boissons chocolatés. Bon, elle, elle ne rajoutait pas des  marshmallows mais de la cannelle, mais l'effet restait le même. « Avec ça, vous êtes pas prêtes de dîner ce soir. »  Un énième sourire apparaît sur les lèvres de Lisbeth quand Grace vient prendre son père dans ses bras. Décidément, ils savaient la faire sourire les McNally. « Avec tout ce qu’on a mangé aujourd’hui, j’ai pas très faim, de toute façon. » Lisbeth avait visiblement détruit les projets de repas de la famille pour ce soir. Mais vu qu'aucun ne s'en plaignait, elle n'allait pas s'en vouloir pour ça. « Dis papa, demain on pourra retourner à la caserne pour voir Alix ? » L'institutrice fronce alors légèrement les sourcils. A la caserne ?! Mais James lui donne bien vite une explication. « Tu sais que Grace veut devenir pompière ? Ça fait des mois qu’elle nous en parle. On est passé à la caserne l’autre jour pour les portes ouvertes, et les filles se sont fait une nouvelle copine là-bas. » Lisbeth hausse les sourcils de surprise. Elle avait l'habitude d'entendre les garçons dirent qu'ils voulaient être pompier dans son métier, mais avait bien moins l'habitude d'entendre des filles le dire. « C'est une surprise ! Mais je suis sure que tu serais une parfaite soldate du feu. Je me sentirais en sécurité moi au moins. » Dit-elle à la jeune fille avec un clin d’œil. A son âge c'était normal de se chercher une vocation. Elle même était passée par là à une époque. Tout comme Mariann également. Même si, en tant que mère, elle aurait certainement eut peur de la voir vouloir embraser une carrière pareille. Mais elle savait qu'il ne fallait pas couper court aux envies des enfants. Surtout si c'était réellement sa vocation. James se tourna de nouveau vers sa fille. « Bien sûr, mais je pense qu’on devrait l’appeler d’abord pour voir si elle est là-bas. Elle est peut-être encore en convalescence, tu sais. » En parlant de danger... « En fait, j’ai connu le lieutenant aux urgences, elle a eu un accident. » Elle ne pose pas plus de questions. Pas la peine de parler devant les filles de ce que devaient voir James à l'hôpital. Elle-même n'était pas sure de vouloir tout savoir. Et puis, elle se doute que lui-même ne va pas en dire plus. C'est le Jamie réservé qu'elle connaît. « Une femme charmante, en tout cas, elle s’est très bien occupée des filles. » Mais si, il parlait davantage. Elle prend alors une mine interrogatrice. Il n'y avait pas que les filles qui avaient du aimer leur rencontre avec le lieutenant. Elle le questionnerait bien, mais devant les filles elle n'était pas sure de ce qu'elle pouvait dire ou non. Après tout, sans doute que James lui même ne se rendait pas compte de l'effet qu'il donnait en parlant de cette Alix. Et Lisbeth sentait toujours qu'Eileen n'avait pas quitté le cœur de son ami. Elle prit donc un ton plus guilleret. « Ah bon ? Et vous avez fait quoi avec elle ? » Elle cherchait à savoir mais en s'adressant plutôt aux filles. Pas la peine de donner au papa l'impression qu'elle le questionnait. De toute façon, elle avait appris à le laisser parler s'il en avait envie et à juste lui donner un petit coup de pouce quand elle hésitait. « Elle a du t'inspirer, Grace, pour que tu veuilles devenir pompière. »
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité




MessageSujet: Re: JAMES + come to the darkside, we have cookies   Dim 22 Fév - 21:08

Come to the darkside, we have cookies


Lisbeth est adorable avec Flora, elle l’a toujours été et d’autant plus aujourd’hui alors que ma petite fille a perdu sa maman. Elle parle toujours avec cette douceur dans la voix, et ce ton entraînant qui me rappelle un peu celui d’Eileen. En réalité, je crois que toutes deux se ressemblent beaucoup, c’est pour ça qu’elles sont devenues aussi proches aussi rapidement. Et cela explique également pourquoi avec Lisbeth je me sens plutôt bien. Je l’observe avec ma fille qui grimpe sur ses genoux, le sourire aux lèvres. Une image qui me fait chaud au cœur et mes lèvres s’étirent en un sourire heureux même s’il y a un peu de tristesse au fond.
Des bêtises ? fais-je en rentrant dans leur jeu. Mademoiselle Flora, vous savez bien que votre papa est le meilleur papa du monde ! Je lance un clin d’œil à ma fille qui se met à sourire en fronçant son nez, comme elle le fait bien souvent. D’adorables fossettes viennent se creuser au milieu de ses joues. Elle s’adosse complètement contre Lisbeth qui la tient bien, l’entourant de ses bras. Je crois que Flora a réellement besoin de ce contact physique avec une femme. Je ne suis pas très tactile, j’ai du mal à leur offrir des câlins spontanément. Déjà que j’ai fait beaucoup d’efforts sur le plan communicationnel, je ne peux pas me battre sur tous les fronts à la fois.
Quand j’entends la réponse de Betty sur Mariann, je me mets tout de suite à m’imaginer quelques années plus tard, dans pas si longtemps à vrai dire, lorsque mes deux filles seront adolescentes et lorsque Grace aura l’âge de Mariann. Déjà que ça fait de temps en temps des étincelles entre elle et moi, j’appréhende énormément lorsqu’elle aura l’âge le plus ingrat, celui de la véritable rébellion, où elle approchera de la majorité. Bon sang, je me sens tellement incapable de gérer une situation comme ça, je sens même une boule au ventre se former le temps de ma pensée. J’espère que Flora sera plus docile, mais je suis persuadé que ce sera le cas. A mon avis, elle me posera beaucoup moins de problème que sa sœur. Je me mets ensuite à rire lorsque Lisbeth demande à ma fille de rester une enfant à tout jamais. Mais je vais toujours être une princesse, Betty ! s’offusque presque ma fille. Si seulement, Betty, si seulement ! j’ajoute alors, à moitié amusé et à moitié désespéré.
Je repense à sa réponse sur sa situation familiale et je lui souris gentiment. En tout cas, Betty, tu sais que tu es la bienvenue ici quand tu le souhaites. Délaissée par Declan qui travaille trop et par ta fille, n’oublie pas qu’ici tu en as deux autres qui t’attendent ! Mon sourire s’élargit. Et je crois que ça me fait aussi beaucoup de bien de te voir. Surtout si tu nous apportes à chaque fois tes bons petits plats ! finis-je par plaisanter en prenant un des cookies sur l’assiette et en l’enfournant dans ma bouche avec appétit. Mmmmm… toujours aussi délicieux ! dis-je alors la bouche pleine, en pleine délectation.

Lorsque la conversation s’oriente sur les pompiers après l’arrivée de Grace dans la cuisine, tout le monde y participe. Grace fait une tête emplie de fierté lorsque Lisbeth lui avoue qu’elle se sentira en sécurité près d’elle. Ben oui, tu peux me faire confiance ! Tu sais, c’est pas parce que je suis une fille que je serai moins bonne ! Comme Alix, tu sais, elle commande des garçons ! C’est trop la classe ! Je vois ses yeux briller et je sais à quel point ce but est important pour elle. Je me demande si à son âge mes yeux brillaient autant quand je parlais d’être médecin. Car comme Grace, j’ai toujours su que c’était le métier que je voulais faire.

Je me mets à parler d’Alix et l’expression que je lis sur le visage de Lisbeth me met en garde. Elle parait surprise que je parle comme ça, tout autant que moi à vrai dire. Je ne sais pas pourquoi je lui parle d’elle, pourquoi je lui donne mes impressions sur ce lieutenant. Moi qui suis bien secret d’habitude. Est-ce le fait que je n’ai plus Eileen à qui parler, à qui me confier ? Et que Lisbeth est la seule femme avec qui je me sens en confiance ?
La question de Betty sur nos activités à la caserne fait briller à nouveau les yeux de Grace, mais c’est Flora qui prend la parole la première. On a visité la caserne, c’est super grand ! Et puis après y a les pompiers qui sont rentrés, y en avait plein Betty ! Flora parait presque aussi enthousiaste que sa sœur, mais Grace reprend vite la parole. Du coup on a pu monter dans les camions ! C’était génial. C’est Alix et Nate qui nous ont montré les camions, en fait Nate c’est le meilleur ami d’Alix et ils travaillent ensemble, c’est cool, non ? Je me souviens bien de ce Nate, lieutenant lui aussi, mais dans une autre unité qu’Alix. Je les ai vus très complices, au départ, je pensais même qu’ils étaient un couple. Mais apparemment, ils ne sont qu’amis. Le lieutenant van den Berg a été fort sympathique lui aussi. Dis-moi, Grace, c’est pas plutôt pour lui que tu veux retourner à la caserne ? fais-je pour taquiner encore ma fille. Elle me regarde alors et me répond avec une grimace Mais il est vieuuux papa ! Beurk ! Il a genre cent cinquante ans, comme toi ! Et j’éclate de rire, réalisant que ma blague a été complètement ratée. Je te remercie, ma fille… Tu verras quand tu auras mon âge. Et elle a combien Betty, alors ? Cent dix ans ? Je regarde mon amie avec un sourire. Ouais mais Betty, c’est pas pareil ! répond Grace en haussant les épaules et en lui lançant un beau sourire angélique. Évidemment, fais-je alors en rigolant.
La bouilloire fait son petit clic me signifiant que l’eau est chaude et je retire le lait du feu. Je termine de préparer les boissons que je dispose sur un grand plateau et j’invite tout le monde à changer de pièce. On va se mettre au salon, on sera mieux dans le canapé et les fauteuils.
Je laisse les filles passer en premier et je suis, portant le plateau à bout de bras.

Betty, est-ce que tu es libre le week end prochain ? Je voudrais emmener Grace faire du shopping, je voulais savoir si tu étais disponible pour l’emmener, parce qu’avec son père, c’est – je cite – « trop la honte ». Avec une femme, je me disais que ce serait plus sympa pour elle, et surtout, les seuls conseils que je peux lui prodiguer se résument à « oui, c’est parfait » dans tous les cas, c’est pas franchement objectif, j’y connais rien à la mode. Ce à quoi Grace enchaîne immédiatement un S’il te plaît, s’il te plaîîîît, s’il te plaîîîîîît !!! qui me fait sourire. Ou peut-être avec Mariann, si elle est libre ? Je préfère proposer une alternative. La fille de Lisbeth pourra bien entendu être des leurs si elle le souhaite. Grace l’aime beaucoup, elle a gardé les filles très très souvent, elle est un peu comme leur grande sœur.
Je tends son thé à Betty et les filles se servent sur le plateau. Je finis par m'enfoncer dans mon fauteuil en cuir qui grince un peu sous le poids de mon corps.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: JAMES + come to the darkside, we have cookies   

Revenir en haut Aller en bas
 

JAMES + come to the darkside, we have cookies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: résidences. :: maison de la famille macnally.-