Partagez | 
 

 
LEO + for you, there's nothing in this world i wouldn't do

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité




MessageSujet: LEO + for you, there's nothing in this world i wouldn't do   Mer 7 Jan - 23:22


Eleonoree & Lisbeth
    for you, there's nothing in this world i wouldn't do


Lisbeth n'avait pas beaucoup dormit cette nuit. Elle n'avait même pas regagné le lit conjugal. L'appel de sa sœur lui avait permis d'éviter une conversation déplaisante avec Declan et elle s'était bien gardée de remonter pour la déclencher. Elle avait alors dormit sur le canapé du salon. Une stupidité quand elle pensait à la chambre de sa fille vide et aux deux chambres d'amis. Elle avait au moins pu se féliciter d'avoir éviter à Mariann d'assister à tout ça. Mais l'insomnie l'avait maintenu éveillé presque toute la nuit. Et elle savait qu'il en avait été de même pour Declan. Elle avait pu l'entendre marcher dans le couloir de l'étage et s'arrêter en haut des escaliers. Il avait hésité un moment avant de se décider à retourner dans sa chambre. Lui aussi semblait avoir peur d'une éventuel dispute. Ou ne plus savoir comment se comporter avec sa femme. S'en était triste quand même. En 20 ans de vie commune, jamais il n'avait eu de difficultés à parler ensemble. Il fallait croire qu'il y avait un début à tout...

Au petit matin, elle fut la première debout. Elle avait alors gagnée, le plus discrètement possible, la deuxième salle de bain. Elle ne fut jamais aussi rapide pour se doucher, se maquiller et se coiffer. Même si elle emprunta les produits de sa fille, puisque c'était la salle de bain de Mariann. Pour les vêtements, elle fut soulagée d'avoir mis à sécher une machine la veille. Elle n'eut pas à entrer dans sa chambre pour se vêtir ainsi. Elle put donc enfiler une petite robe noire. Elle était plutôt simple, mais quand trop habillée pour aller prendre le petit déjeuner avec Leo. Mais c'est tout qui pourrait faire l'affaire pour le moment. En temps normal, elle aurait préparé des muffins ou des pancakes à emmener chez sa sœur, mais là, elle ne voulait qu'une chose, fuir sa maison.

Une fois en voiture, elle prit le temps de souffler et de tenter de mettre de côté les révélations de la veille. Ce matin elle se consacrerait à sa petite sœur. Et rien qu'elle. Cette dernière l'avait appelé paniqué la veille. Elle venait de découvrir qu'elle était enceinte. Mais pas de son mari. Lisbeth eut une bouffée de colère envers Graham. C'était sa faute de toute manière. Il avait fait croire à sa mort et Léo était tout a fait en droit de refaire sa vie. Et  Castiel avait été tellement adorable et avenant envers elle. Lisbeth l'avait tout de suite apprécié. Ce qui n'avait pas été le cas de Graham, quand il était entré dans la vie de sa sœur. Avant d'atteindre la maison de sa sœur, elle fit un crochet par le starbucks du coin pour récupérer deux boissons chaudes et un sachet de gourmandises. Ce serait un petit déjeuner pour faire prendre des kilos, mais elles en avaient besoin. Il ne lui fallut plus très longtemps à l'institutrice pour gagner la maison d'Eleonore. Elle se gara rapidement et descendit de sa citadine les bras chargés. Elle remercia l'inventeur de la fermeture à distance des voitures, alors qu'elle tentait de ranger sa clef dans sa poche de veste. Elle dut tenter de dégager un bras, et y parvint, difficilement, pour appuyer sur la sonnette de la porte d'entrée. Ce n'est que là qu'elle se rendit compte qu'elle avait oubliée son téléphone portable. Au moins, Declan ne pourrait pas tenter de la joindre en se réveillant.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité




MessageSujet: Re: LEO + for you, there's nothing in this world i wouldn't do   Jeu 8 Jan - 17:09

for you, there's nothing in this world i wouldn't do
Lisbeth & Leo



Léo s’observa un instant dans le miroir. Elle avait les traits tirés, des cernes violacées encadraient son regard clair. Elle était bouffie par les larmes. Elle détourna le regard, presque gênée de cette apparence qui laissait clairement apparaître sa faiblesse. Elle n’avait pas beaucoup dormi cette nuit, dire qu’elle avait dormi 2h serait trop gentil. Elle se sentait épuisée et elle avait déjà vomi deux fois depuis son réveil. Les nausées matinales étaient devenues son quotidien et elle détestait déjà ça. Lorsqu’elle avait fait le test la veille au soir, c’est sa grande sœur qu’elle avait prévenu en premier. La disparition de son mari, sa nouvelle vie avec Castiel, la réapparition de Graham, tous ces éléments avaient favorisé le retour de flammes entre les deux sœurs. Elles s’étaient éloignées après le mariage de Lisbeth, et même la naissance de Mariann n’avait pas suffi à les rapprocher, loin de là. Les années avaient passé et elles ne parlaient finalement que de banalités, installées à la table familiale entre leurs parents et Richard. Mais ces derniers mois, ces dernières années avaient permis aux deux blondes de réapprendre à se connaître, à s’apprécier de nouveau. Elles étaient parvenues à se confier l’une à l’autre, à mettre de côté les années d’éloignement pour redevenir les deux sœurs, les deux amies qu’elles étaient il y a bien longtemps. C’est donc Lisbeth que Léo avait voulu appeler en premier, paniquée, perdue, et la blonde avait réussi à la rassurer quelque peu, lui promettant qu’elles prendraient le petit déjeuner ce matin histoire de parler de tout ça. Elle n’avait même pas encore annoncé sa grossesse à Castiel, ignorant son appel de ce matin. Elle ne savait plus quoi faire. Le retour de Graham dans sa vie avait tout remis en cause. Elle craignait de l’annoncer à sa fille, à son nouveau compagnon, surtout que celui-ci était responsable de l’enquête à l’époque de sa disparition et de sa prétendue mort. Elle soupira et tenta de chasser ses idées noires, enfilant rapidement un pantalon de sport confortable noir avec un sweat gris clair. Après tout, Lisbeth venait directement chez elle, autant en profiter pour ne pas faire l’effort de s’apprêter aujourd’hui. Sa fille était déjà partie à l’école avec le bus scolaire et elles allaient pouvoir être seules et discuter à cœur ouvert. Léo avait réellement besoin du soutien de sa sœur, et elle savait qu’elle pouvait compter sur elle. Elle attacha ses cheveux blonds en une queue de cheval désordonnée et elle se passa un peu de poudre dorée pour se donner meilleure mine.
La sonnette retentit alors et elle quitta la salle de bains rapidement, descendant les escaliers en trombe. Après la mort de son mari, elle avait refusé de se séparer de leur maison, elle aimait trop cette jolie maisonnette des années 1800. Elle l’avait décorée entièrement, elle y avait mis son cœur, son amour et il était hors de question d’y renoncer. Même si parfois Castiel lui disait qu’il aimerait s’installer avec elle dans un lieu vierge de souvenirs, elle avait du mal à s’y résoudre. Elle ouvrit la porte et sourit en apercevant Lisbeth, le petit déjeuner dans les mains. « Salut ma belle ! Merci d’être venue aussi vite.» Elle ouvrit plus grand la porte et la laissa entrer à la maison avant de lui faire la bise.  

Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité




MessageSujet: Re: LEO + for you, there's nothing in this world i wouldn't do   Lun 26 Jan - 0:11


Eleonoree & Lisbeth
    for you, there's nothing in this world i wouldn't do


Sonner à la porte les bras aussi chargé avait tout d'un acte de contorsionniste. Mais Lisbeth y parvint finalement. Et la porte s'ouvre très rapidement. Il fallait croire que Leo l'attendait de pied ferme. « Salut ma belle ! Merci d’être venue aussi vite. » Malgré le ton plutôt léger et le maquillage bien fait, Eleonore ne peut pas tromper sa sœur aînée. Elle voit tout de suite les marques de fatigues et de pleurs. Elles ont eu beau s'éloigner un peu au fil des années, Lily est encore totalement capable de déceler l'état d'esprit de sa sœur. Après tout, elle le faisait à la perfection quand elles étaient enfants, il fallait croire que c'était comme le vélo, ça ne s'oublie pas. Une pointe de culpabilité perce néanmoins le cœur de l'institutrice. Si quand elle le veut elle peut si bien comprendre les sentiments de sa sœur, pourquoi a-t-elle arrêtée de le faire pendant si longtemps ? L'excuse de la vie qui prends trop de temps ne lui semblait plus valable.

Léo ouvre davantage la porte d'entrée pour la laisser entrer et lui faire la bises. Lisbeth rentre directement sans plus de cérémonie. « Un petit déjeuner pour te soutenir, je t'assure que ce n'est rien, Sweetie. » La lecture des émotions n'est pas la seule chose à revenir naturellement. Les surnoms affectifs aussi. Mais sur ce coup-ci, Lisbeth s'en félicitait. Cela avait au moins le don de couper la distance entre elles deux. Et elle espérait que cela suffirait à permettre à Leo de s'exprimer librement face à elle. Ce que, malheureusement, Beth ne ferait pas. En même temps, que pourrait-elle dire ? La conversation « je soupçonne mon mari de trafiqué avec la mafia » n'était pas la plus simple du monde. Et surtout la plus incongrue. Et puis même si Lisbeth avait eu envie d'en parler, ce n'était pas le moment. Cette matinée devait n'être consacré qu'à Eléonore et sa grossesse. Mais pour ça, elle devait espérer que sa sœur ne lise pas sur son visage comme elle le faisait sur le sien. Parce qu'il semblerait bien qu'elle ait tout autant pleuré et dormi qu'elle. Elles auraient sans doute mieux fait de passer directement la nuit ensemble.

Sans demander son chemin et sans laisser Leo la débarrassée, Lisbeth prit le chemin de la cuisine. Depuis le temps que ça sœur y vivait, elle ne pouvait que la connaître par cœur cette maison. Elle posa alors boissons chaudes et gourmandises sur le comptoir. Elle prit un des gobelets et le tendit à Eleonore. « J'ai au début pensé à t'apporter un café. Mais je me suis dit que tu devais être suffisamment sur les nerfs sans caféine. Du coup, j'ai pris un truc qui réchauffe le cœur : le chocolat. Avec une touche de cannelle, bien sur. » Pendant des années, cela avait été la boisson de la famille, qu'ils prenaient tous ensemble devant la télé. Enfin, c'était avant que leur famille et n'explose et que leur mère n'ait plus le temps de leur préparer des boissons chaudes à cause de ses nombreux hommes. C'est Lisbeth qui avait fini par prendre le relais et en servir à sa sœur et à son frère. La seule union familiale qui leur était resté. Une fois que Leo eut son gobelet, elle retira enfin sa veste pour la poser sur une des chaises hautes qui entouraient le comptoir. Elle regretta encore une fois d'être si bien habillé. Elle aurait préféré faire comme sa sœur. C'était mieux pour se lover dans le canapé ensemble. Elle ouvrit alors le sachet pour sortir un muffin et le tendre à sa sœur. « Manges. Je suis sure que tu n'as rien avalé hier soir. » De la même manière qu'elle-même n'avait rien mangé. Mais elle ne pouvait materner qu'une personne à la fois et c'était d'abord Léo.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité




MessageSujet: Re: LEO + for you, there's nothing in this world i wouldn't do   Mar 3 Fév - 9:25

for you, there's nothing in this world i wouldn't do
Lisbeth & Leo




« Un petit déjeuner pour te soutenir, je t'assure que ce n'est rien, Sweetie. » Leo ne put s’empêcher d’esquisser un petit sourire en entendant ce surnom. Sweetie a toujours été son surnom officiel lorsqu’elle était petite. Puis ado, elle se souvenait qu’elle lui disait d’arrêter de l’appeler comme ça parce que ça faisait ridicule. Bien sûr, Lisbeth ne l’avait pas écoutée et au fond, Leo s’en fichait. Elle adorait ce surnom, et l’entendre aujourd’hui lui faisait un bien fou. « Merci Betty, j’ai une faim de loup en plus.» Le matin a toujours été son moment préféré. Elle aimait bien se lever tôt, prendre le temps de se préparer et surtout prendre le temps de bien manger. Ce matin, elle avait fait en sorte d’être parfaite, cachant à la perfection la tristesse qui lui barrait le front d’une vilaine ride. Elle vieillissait, et elle détestait ça. Elle lui sourit et ouvrit plus grand la porte pour la laisser entrer. Lisbeth connaissait la maison par cœur et après lui avoir fait une bise rapide, elle se dirigea spontanément vers la cuisine. Leo la suivit et elle laissa la poser sur le comptoir de la cuisine tout ce qu’elle avait ramené pour le petit déjeuner. Elle n’avait même pas pensé à l’aider et elle s’en voulut un instant avant de se dire que de toute façon Lisbeth ne l’aurait pas laissé faire. Elle avait toujours eu tendance à la materner, et maintenant qu’elle était enceinte, ça risquait de continuer. Et au fond, elle en avait bien envie. Elle se sentait épuisée, le manque de sommeil, les mêmes pensées qui se bousculaient sans cesse dans sa tête n’aidait pas, elle le savait. « « J'ai au début pensé à t'apporter un café. Mais je me suis dit que tu devais être suffisamment sur les nerfs sans caféine. Du coup, j'ai pris un truc qui réchauffe le cœur : le chocolat. Avec une touche de cannelle, bien sur. » Leo sourit et hocha la tête, approuvant le choix de sa sœur. Cela lui rappelait le bon vieux temps. L’époque où leur famille en était encore une. Ses parents, enlacés sur le canapé, et les enfants jouant par terre et riant pour rien à chaque fois, avant qu’ils ne se retrouvent tous réunis autour d’une tasse de chocolat chaud à la canelle. Même son père acceptait d’abandonner son cher café pour imiter le reste de la famille. Puis les choses avaient changé, et leur mère avait abandonné la tradition. Mais Lisbeth de temps en temps continuait de leur en faire. « Tu ne pouvais pas mieux choisir. En plus, le café me donner envie de vomir à la première gorgée.» Elle grimaça et secoua doucement la tête. La grossesse et ses symptômes se faisaient déjà sentir, et cela renforçait son anxiété. Lisbeth retira son manteau et Leo regretta un instant sa tenue cocooning. En même temps, elle était chez elle et elle n’avait pas prévu de sortir. Lisbeth avait du affronter le froid, les magasins de bon matin. « Manges. Je suis sure que tu n'as rien avalé hier soir. » Leo hocha la tête et attrapa le muffin que lui tendait sa sœur. Elle avait deviné juste, Leo n’avait rien mangé de la journée hier, ou à peine. Elle savait que c’était loin d’être raisonnable pour le petit être qui poussait en elle. Elle croqua dans le muffin et sourit en sentant les pépites de chocolat fondre dans sa bouche. « Ca fait du bien ! » Elle en croqua une deuxième bouchée et sourit à sa sœur : « Toi aussi mange, hein ? Je ne veux pas être la seule à manger.» Elle but une gorgée de chocolat, ce goût luit avait tellement manqué. Elle n’avait pas fait ça depuis tellement longtemps. D’ailleurs, ce petit déjeuner entre sœurs était juste parfait. Pourquoi n’avaient-elles pas fait ça avant ? Pourquoi s’étaient-elles éloignées autant ? « Betty … J’espère que tu ne t’es pas trop inquiété pour moi. J’ai l’impression que tu as l’air encore plus … fatiguée que moi. Tout va bien ? » Leo posa sur elle un regard presque inquiet. Elle connaissait bien Lisbeth, et elle sentait la jeune femme tendue, à bout de nerfs presque.


Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité




MessageSujet: Re: LEO + for you, there's nothing in this world i wouldn't do   Ven 6 Fév - 9:49


Eleonoree & Lisbeth
    for you, there's nothing in this world i wouldn't do


L'utilisation du petit surnom faisait mouche visiblement. Lisbeth s'en voulut de l'avoir abandonne. C'était ce genre de petite chose qui faisaient d'elles de vraies sœurs, et pas juste deux filles qui partageaient les mêmes parents. Elle pourrait peut-être retrouver ce qu'elles avaient avant. « Merci Betty, j’ai une faim de loup en plus. » Il ne fallut pas plus pour rassurer l'institutrice sur la tonne de nourriture qu'elle avait pris. Elle qui avait peur d'avoir vu trop large, ce ne serait peut-être pas le cas si sa sœur avait faim. Sans chercher plus loin, elle se dirigea vers la cuisine. Remplir l'estomac de Léo était maintenant sa priorité. Et puis elle connaissait bien cette maison, elle l'avait vu changer après la mort -enfin le départ- de Graham. C'est sans aucune hésitation qu'elle se dirigea vers la bonne pièce. Puis Lisbeth tendit à sa sœur son chocolat chaud, lui expliquant pourquoi elle n'avait pas pris de café. « Tu ne pouvais pas mieux choisir. En plus, le café me donner envie de vomir à la première gorgée. » Si elle commençait déjà à être dégoutée par certaine odeur, elle n'imaginait même pas ses nausées. Mais il fallait croire que c'était de famille. Les premier mois de la grossesse de Lisbeth avait été horrible. Totalement malade et incapable de faire quoique ce soit. Eleonore avait été pareil pour sa fille. Et elle semblait reprendre cette même voix pour le deuxième. Du coup, il fallait profiter tant que ça allait. Lisbeth se dépêcha de lui donner un muffin. Il fallait manger tant que ça restait dans l'estomac. Leo s'y mit tout de suite et croqua un morceau de sa pâtisserie. « Ca fait du bien ! » L'institutrice pouvait alors se montrer satisfaite. « Toi aussi mange, hein ? Je ne veux pas être la seule à manger. » Lisbeth eut un léger rire. Mais après tout, elle avait faim aussi. Maintenant qu'elle s'éloignait de son mari, elle commençait à se sentir mieux. Elle se laissa donc tomber sur un des tabourets hauts, tout en attirant le sachet de nourriture vers elle. Elle en prit un aux myrtilles pour elle. Elle en détacha un morceau avec ses mains avant de le porter directement à sa bouche. D'abord manger, et après elles pourront discuter des problèmes de Leo. Tentées de trouver des solutions. Au moins sur le cours terme. Elle attrapa son gobelet, avalant une longue gorgée à sont tour. « Betty … J’espère que tu ne t’es pas trop inquiété pour moi. J’ai l’impression que tu as l’air encore plus … fatiguée que moi. Tout va bien ? » Lisbeth manqua presque de s’étouffer avec sa boisson. Elle qui avait espéré que cela ne se lirait pas trop sur son visage, c'était raté. En plus, il avait fallut que sa sœur l'appele Betty, lui rappelant tout de suite son mari. Elle préférait que sa sœur l’appelle Lily. Comme quand elle était enfant. Bref, il était temps de trouver une excuse pour ses cernes énormes. Elle se voyait mal expliquer qu'elle pensait que Declan trempait avec une mafia. Leo avait déjà assez de soucis comme ça. « C'est rien chérie, une petite crise d'insomnie. Je t'assure t'y es pour rien. J'arrivais déjà pas à dormir avant que tu m’appelles. » Bon elle ne donnait aucune explication, mais souvent l'insomnie toute bête fonctionnait mieux que n'importe quel excuse alambiqué. Un trop gros mensonge, c'était le meilleur moyen de s'y perdre. « De toute façon, je suis là pour toi, pas pour parler de moi. » Remettre la conversation sur elle, c'était la meilleure solution. « Tu te sens quand mieux qu'hier ? » Lisbeth savait que ce n'était sûrement pas le cas. Sa sœur se retrouvait prise au piège entre deux hommes. Mais quel idée Graham avait-il eu de se faire passer pour mort ? Il avait juste détruit la vie de sa femme et sa fille. Et quand elles arrivaient à refaire leurs vies, à être de nouveau heureuses, il revenait pour tout foutre en l'air. Oui, Lisbeth était en colère contre son beau-frère.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité




MessageSujet: Re: LEO + for you, there's nothing in this world i wouldn't do   Mar 10 Fév - 21:50

for you, there's nothing in this world i wouldn't do
Lisbeth & Leo



Leo était contente d’avoir sa sœur auprès d’elle. Il suffisait qu’elle soit là pour qu’elle se sente soudain beaucoup mieux, beaucoup plus légère. Lisbeth avait pénétré dans la maison et elle avait tout géré d’une main de maître : elle avait apporté un bon petit déjeuner, avait tout installé et presque forcé Leo à grignoter. Et la blonde ne le regrettait pas. A la première bouchée, elle sentit qu’elle était affamée et elle mangea rapidement un muffin entier avant de boire un peu de chocolat chaud. Elle rassura sa sœur sur le choix de la boisson, le chocolat chaud à la cannelle avait toujours la côte et plus encore maintenant qu’elle était enceinte. Le café lui donnait la nausée et elle en informa sa sœur qui sourit, compatissante. Elle ordonna presque ensuite à Lisbeth de manger elle aussi, la voyant plutôt veiller sur le bon appétit de sa sœur. Après tout, Lisbeth était aussi là pour le petit déjeuner. Son aînée hocha la tête et sourit, se laissant tomber sur l’un des tabourets et attrapant un muffin qu’elle grignota rapidement. Le silence s’installa pendant quelques minutes entre les deux sœurs, silence apaisant tandis que chacune remplissait son ventre, avant que Leo ne brise le silence, fixant soudain sa sœur d’un air inquiet, lui demandant si elle ne s’était pas inquiétée de trop pour elle. Elle ne pouvait que remarquer les traits tirés de sa sœur, elle semblait presque plus épuisée qu’elle. Elle vit Betty pâlir mais secouer rapidement la tête, souriante : « C'est rien chérie, une petite crise d'insomnie. Je t'assure t'y es pour rien. J'arrivais déjà pas à dormir avant que tu m’appelles. » Leo grimaça et haussa les épaules mais elle n’eut pas le temps de répondre que son aînée enchaînait déjà : « De toute façon, je suis là pour toi, pas pour parler de moi. » Leo ne put s’empêcher de sourire. Elle reconnaissait bien là sa sœur, toujours aussi attentionnée qu’avant, toujours prête à s’effacer pour s’occuper des autres. « J’espère que tes insomnies sont juste passagères, qu’il n’y a rien de grave. Tu me dirais hein ? » Elle sourit doucement tandis que sa sœur demandait d’une voix inquiète : « Tu te sens quand mieux qu'hier ? » Leo souffla et attrapa un deuxième muffin dans lequel elle croqua violemment, mâchant rapidement avant de répondre dans un murmure : « Bof … Honnêtement, c’est pas la grande forme. Je … Je suis perdue. J’ai terriblement envie de courir voir Castiel, lui dire pour le bébé, notre bébé, et d’un autre côté, j’ai peur qu’il sente que je lui mente. » Elle grimaça : « Je n’ai pas le courage de lui avouer pour Graham. Comment lui dire que mon mari est de retour d’entre les morts.» Elle secoua doucement la tête avant de conclure d’une voix morne : « Je n’ai toujours rien dit à Lucie non plus. Ni pour son père, ni pour le bébé. Elle est en vacances, donc je me dis que je la laisse tranquille mais à son retour. Quel con aussi, pourquoi se faire passer pour mort ? » Elle sautait d’un sujet à l’autre, tourmentée, blessée par les inattendus qui venaient troubler sa vie.

Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité




MessageSujet: Re: LEO + for you, there's nothing in this world i wouldn't do   Jeu 19 Fév - 23:22


Eleonoree & Lisbeth
    for you, there's nothing in this world i wouldn't do


C'était à prévoir que Leo se rende compte de l'état de fatigue dans lequel était sa sœur. Lisbeth le savait en passant le pas de la porte de sa petite sœur. Mais elle espérait que les problèmes que vivait Eleonore la tiendrait loin de ceux de sa sœur. C'était raté pour ça. En même temps, l'institutrice pouvait aisément le comprendre. C'était plus facile de se concentrer sur les autres que d'affronter ses propres problèmes. C'était ce qu'elle faisait après tout. Elle fuyait son mari en prenant comme prétexte de vouloir aider sa sœur. S'en était pathétique. « J’espère que tes insomnies sont juste passagères, qu’il n’y a rien de grave. Tu me dirais hein ? » Pas sure qu'elle lui dise. Après tout, elle avait toujours fonctionner ainsi, à garder ses problèmes pour elle, et à vouloir les régler seule avant d'en parler. Mais cette situation, elle n'était pas sure de pouvoir la gérer seule. Mais elle n'était pas prète à en parler à sa sœur. Après tout, elle ne savait même pas ce qu'il en était en réalité. Elle n'avait que des soupçons et la confirmation d'un type louche dans le bureau de son mari. Peut-être qu'elle se confiera à Leo quand elle en saurait plus. Ne serais-ce que pour avoir des conseiller. « Bien sur que je te le dirais... » Un mensonge, mais qu'à moitié. Puisqu'elle savait qu'un jour elle finirait par lui dire. Très certainement. De toute façon, elle était venue pour s'occuper de sa sœur aujourd'hui. Fuyant certes, son mari au passage, mais en premier lieu parce que sa sweetie avait besoin d'elle. Lisbeth lui demanda donc si ça allait mieux qu'hier soir, quand elle avait appelé sa grande sœur en larme. Si elle ne pleurait plus, l'institutrice pouvait voir sa colère à la façon dont elle croqua violemment dans le muffin. Même si c'était avec colère, au moins, elle mangeait. C'était toujours ça. « Bof … Honnêtement, c’est pas la grande forme. Je … Je suis perdue. J’ai terriblement envie de courir voir Castiel, lui dire pour le bébé, notre bébé, et d’un autre côté, j’ai peur qu’il sente que je lui mente. » C'était normal qu'elle veuille partager tout ça avec lui. Après tout, depuis la pseudo mort de Graham, elle avait tout partager avec lui. Lisbeth pouvait voir qu'il était devenu le pilier de sa sœur. Son garde-fou. « Je n’ai pas le courage de lui avouer pour Graham. Comment lui dire que mon mari est de retour d’entre les morts. » Même Lisbeth n'osait pas annoncer le retour de son beau-frère. Elle n'en avait parler qu'à son mari et à Mariann. Qui avaient tout deux promis de garder le secret. Ce n'était pas vraiment le genre de choses qu'on criait sur les toits. « Je n’ai toujours rien dit à Lucie non plus. Ni pour son père, ni pour le bébé. Elle est en vacances, donc je me dis que je la laisse tranquille mais à son retour. Quel con aussi, pourquoi se faire passer pour mort ? » Là encore, elle comprenait. Lucie était trop jeune pour supporter tout ça. Elle avait déjà du affronter un gros bouleversement dans sa vie avec la disparition de son père et voilà qu'elle allait devoir voir son père revenir d'entre les morts. Elle risquait de revivre ses vieux souvenirs traumatisants. « T'as raison, c'est un con. Alors surtout, ne penses pas à ce que lui pourrait penser. Il a fait croire à tout le monde qu'il était mort, c'était à prévoir qu'il y est des conséquences ! Il s'attendait à quoi ? A ce que tu restes seule avec le souvenir d'un mort ? » Lisbeth était en colère contre lui, ça ne faisait aucun doute. Si elle tombait sur lui, elle allait lui faire comprendre sa façon de penser. A-t-il penser à sa famille en faisant tout ça ? Ils les a plongés dans les plus atroces souffrances. Et il a le culot de revenir quand enfin elles revivaient toutes les deux. « Moi, je pense que tu devrais parler à Castiel. Dans tout les cas, il reste le père de ce bébé. Et il ne peut pas t'en vouloir pour Graham. C'est pas comme si tu savais qu'il était en vie ou que tu l'avais aidé à se cacher. » Lisbeth devait l'avouer, elle appréciait Castiel bien plus qu'elle n'avait jamais aimé Graham. Sans doute parce que Graham avait été, au départ, présenté comme le fils du copain de leur mère. Et comme tout les hommes et leurs familles qui avaient croisés la route de leur mère, elle ne les aimait pas. Il lui avait fallut un temps pour accepter la relation de sa sœur avec lui. Et même des années après, elle avait toujours un ressenti contre lui. Elle avait été triste en apprenant sa mort, mais, elle le savait, pas comme autant qu'elle aurait du l'être pour un membre de sa famille. « Et Lucie a le temps d'être au courant. Il vaut mieux déjà que tu règles les choses de ton côté avant de lui en parler. Si c'est encore le bazar quand elle rentrera de vacances, je pourrais même la prendre à la maison. Ca me fera plaisir. Je pourrais même lui organiser une soirée pyjama avec Flora et Grace. » Lisbeth parlait assez souvent des deux petites pour que Leo les connaissent maintenant. Après tout, Flora était tout de même sa filleule. « Mais surtout, il faut que tu te ménages. N'oublies pas qu'un petit être grandi à l'intérieur de toi. A moins... que tu ne sois pas sure de vouloir le garder. » Après tout, la question pouvait très bien se poser. Si Lisbeth ne pensait pas qu'elle puisse un jour pouvoir avorter, elle comprenait tout a fait le choix des femmes qui le faisait. Certaines situation sont trop compliqués pour pouvoir les compliquée encore plus.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: LEO + for you, there's nothing in this world i wouldn't do   

Revenir en haut Aller en bas
 

LEO + for you, there's nothing in this world i wouldn't do

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: résidences. :: maison des fitzgerald.-