Partagez | 
 

 
911- Did you have a problem ? [Jalix]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité




MessageSujet: 911- Did you have a problem ? [Jalix]   Lun 27 Oct - 18:12

911- Did you have a problem ?

feat James & Alix

Je ne devrais pas être ici et pourtant, je n'ai pas pu m'en empêcher. Je suis avec Toby dans ma voiture, même lui je suis sure qu'il est contre le fait que je me rende à la caserne. Ca va faire une semaine que je suis arrêtée et seulement deux jours que je suis sortie de l'hôpital. Il a fallu qu'un feu se déclare juste à côté chez les Clarks, un couple de petits vieux qui n'ont pas fait attention lorsqu'ils ont allumés leur chaudière. Une chance que Monsieur était dehors parce que sinon sa femme serait morte asphyxiée et totalement brûlée par les flammes. Bien entendu, il est directement venu frapper à ma porte et j'y suis allée tête baissée. J'ai d'abord sortir Mme Clark mais le feu c'était déjà énormément propagé. Me voilà donc à l'intérieur de leur baraque tentant d'éteindre ce feu. Ce que je n'avais pas prévu c'était que le plancher soit en aussi mauvais état et là... bim ! Je me suis retrouvée au sous sol avec un morceau du bois du plancher planté dans mon estomac et puis... et puis plus rien. J'ai du perdre trop de sang et le reste est flou. Je sais juste que mes hommes sont arrivés ainsi que ceux de Nate -et lui avec- et là tout s'est enchaîné rapidement. Je me suis retrouvée à l'hôpital, dans une salle avec des hommes et des femmes s'affairant autour de moi. J'ai commencé à me débattre, à refuser de me faire opérer par cet espèce de gars là que j'ai du insulter de tous les noms d'oiseaux. Au final à mon réveil, mes parents étaient là, ma mère en larmes et mon père avec les traits tirés. S'en est suivi pendant cinq jours d'un cortèges de pompiers en uniformes qui sont venus me voir. C'était touchant oui, mais j'avais besoin de partir. Paradoxalement, je déteste les hôpitaux. J'ai signé une décharge et je suis sortie. Quand je suis retournée chez moi, Toby m'a fait une fête d'enfer et je crois que c'était vraiment le plus beau jour de ma vie. Je ne peux pas dire le contraire, j'étais heureuse et soulagée de rentrer chez moi sauf que je ne pouvais toujours pas reprendre du service... moui enfin, ça c'est ce qu'on allait voir...

Et me voilà, aujourd'hui, dans ma voiture accompagnée par mon chien pour me rendre à la caserne. Ici c'est un peu comme ma seconde maison, ou alors ma première, j'en sais trop rien à vrai dire. Lorsque je sors de la voiture je grimace quelque peu à cause des points qui me tirent. Je ne suis pas en état pour reprendre et je le sais, mais je sais aussi que j'ai une tonne de paperasse à faire et puis, je ne peux pas laisser mes hommes bien longtemps seuls... ils vont faire une connerie surtout le bleu ! D'ailleurs c'est le premier que j’aperçois et direct le bleu qui me fonce littéralement dessus. « Salut Jones, je vois que t'es content de me voir. ». Toby court directement vers l'intérieur et c'est encore plus efficace qu'une sonnette d'alarme, tout le monde sort pour venir m'accueillir. Je souris doucement, tente de ne pas montrer la douleur qui émane de la cicatrice à chaque fois que je m'étire mais l'un d'entre eux s'en rend compte et demande à tout le monde de se pousser et de me laisser respirer. Je rigole en secouant la tête avant d'entrer. « C'est pas censé être la journée porte ouverte ? Y a juste personne ! Taylor, me dit pas que tu les as encore fait fuir en voulant leur montre ta lance... » Je lui fais un petit clin d'oeil, le sous entendu est bel et bien là. Et c'est à ce moment là que j'entend un appel retentir. J'ai envie d'y aller sauf que je sais que je n'en suis pas capable. Je sais pas si j'aurais du venir, ça m'énerve. Mes gars me regardent, comme s'ils attendaient mon aval. « Au boulot ! Allez sauver des vies et faites attention ! » J'ai droit à des bises déposés sur ma joue et je m'avachie finalement sur le canapé. Toby vient m'y rejoindre et pose sa tête sur ma cuisse. « Tu vois, c'était pas une mauvaise idée de venir, et puis j'ai de la paperasse qui m'attends. » Et c'est à ce moment là que j'entends quelqu'un rentrer, ah oui c'est vrai, les portes ouvertes ! Je vais donc devoir me les coltiner, chose que je refile en général au petit nouveau. Je soupire me passant la main sur le visage. Je suis même pas en tenue, juste en civil. Pour le côté uniforme il y a mieux. Je pourrais aller me changer, mais je me sens pas le courage de devoir m'étirer et lever les bras au dessus de la tête... quand je vous dit que ce médecin m'a charcuté ! Si jamais je le revois...!

made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité




MessageSujet: Re: 911- Did you have a problem ? [Jalix]   Mer 5 Nov - 0:42

911 Did you have a problem?


Papa, on y vaaaaa ?!! Ma fille qui s’impatiente, et ça m’énerve. Aujourd’hui je ne travaille pas, c’est mon jour de repos. Mais je l’ai choisi exprès, parce que Grace m’a tanné depuis des semaines pour aller visiter la caserne des pompiers. Elle a vu la banderole pour les portes ouvertes, et elle l’a inscrit sur le calendrier aimanté sur le frigidaire dès qu’elle a pu. Oui, attends deux minutes, mon cœur. Je me lève du canapé où je lisais tranquillement un article sur une nouvelle opération possible pour une transplantation cardiaque. Fort intéressant tout ça… Je pose mes lunettes sur la table basse et je m’étire. Derrière moi, je vois mes deux filles, habillées de leurs manteaux, prêtes à sortir. Eh ben, vous perdez pas de temps, jeunes filles ! Je m’étonne et je leur souris. Un sourire qu’elles me rendent, elles ont l’air de deux petits anges. Mes petits trésors… Quand tu veux, papa ! Grace croise les bras et me regarde avec ses yeux méfiants. Je me hâte d’enfiler mes chaussures et un manteau. C’est parti, direction les pompiers ! Vous êtes sages les filles, hein ? Vous me faites pas honte ! Je plaisante qu’à moitié. Ces deux-là adorent mettre leur père dans l’embarras, de façon volontaire ou non, d’ailleurs.

Le trajet en voiture est assez long, Grace a branché son MP3 ou je ne sais trop quoi sur l’autoradio et elles chantent toutes les deux à tue-tête. One Direction, ils s’appellent, ces gamins qui poussent la chansonnette. Je les connais bien, même très bien ! Pour les voir sur les murs des chambres de mes filles à longueur de journée et pour avoir accompagné mes charmants petits anges à leur concert. Un moment épique où tous les pères présents se regardent d’un air compatissant. A force d’écouter, je connais même les paroles. Si ça fait pas pitié, ça ! Et je pense à Eileen qui les connaissait aussi, elle était bien meilleure à ce jeu-là, d’ailleurs. Je la revois assise à côté de moi dans la voiture, en train d’entraîner les filles dans leurs chansons.

Je gare la voiture devant la caserne et j’emmène Flora et Grace à l’intérieur. On passe par les grandes portes du hangar vide où sont garés les camions d’habitude. Je me dis qu’ils sont partis en intervention et qu’on tombe mal. C’est bien dommage pour les filles, je sais que Grace aurait voulu voir plein de pompiers autour d’elle, ces héros qui la font rêver depuis qu’elle est toute petite.

Tout paraît vide et sans vie, je m’aventure à l’intérieur, j’ouvre la porte. Y a quelqu’un ? Les filles emboîtent mes pas. Et puis je vois une femme arriver. Et je la reconnais tout de suite, j’ai une très bonne mémoire des visages. Je l’ai soignée aux urgences il y a quelques jours, c’est récent, peut-être une semaine mais pas plus. Je ne sais plus exactement ce qu’elle avait, mais je me souviens de son visage. Elle s’approche et un beau labrador l’accompagne. Ca va plaire aux filles, ça.
Bonjour madame, mes filles et moi sommes ici pour les portes ouvertes. Et euuuhh… Ben voilà, on est rentrés. Mais je vois que les pompiers sont partis en intervention, vous les attendez aussi ? Elle doit sûrement être là pour les mêmes raisons que nous. Je ne sais pas à qui m’adresser, il y a un accueil quelque part ? Lors de ma formation aux urgences, quand j’étais interne à Chicago, j’ai fait quelques stages chez les pompiers. C’était très intéressant et très prenant comme travail. Il n’y avait pas d’accueil à la caserne où je me trouvais mais peut-être qu’ici c’était différent. A côté de nous, Grace et Flora s’amusent avec le chien et le caressent autant qu’elles peuvent. Je m’étais justement posé la question de prendre un chien prochainement, parce que ça ferait plaisir aux filles et ça leur ferait une nouvelle âme à aimer, ce qui pourrait les aider après la mort de leur mère.
Je regarde la femme qui a l’air un peu pâle. Je me demande ce qu’elle fiche debout si elle est passée par mes urgences il y a quelques jours, peut-être devrait-elle rester chez elle se reposer. Les portes ouvertes auraient pu attendre. Je m’aventure cependant à aborder ce sujet. On se connait, non ? Vous êtes passées aux urgences il y a quelques jours, non ? Je lui demande quand même une confirmation, des fois que je me trompe. C’est possible après tout, ça va si vite dans mon service qu’un visage peut ressembler à un autre.


Dernière édition par James MacNally le Lun 24 Nov - 2:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité




MessageSujet: Re: 911- Did you have a problem ? [Jalix]   Mar 18 Nov - 20:54

911- Did you have a problem ?

feat James & Alix

Une fois que la caserne se vide après que mes hommes soient partis répondre à un appel je me sens d'un coup bizarre. Je n'avais jamais fait attention à quel point ça pouvait d'un coup paraître immense et surtout à ce point silencieux. Normalement il y a de la vie ici, parfois même un peu trop, alors que là il n'y a que Toby et moi. Ce sont les journées portes ouvertes et pas un chat, ça aussi c'est bizarre mais au final je pense m'en réjouir. Je ne sais pas si j'ai vraiment envie de recevoir du monde, d'autant plus que j'ai un peu mal. Mon pansement me tire. Je grimace avant de grattouiller la tête de Toby qui ferme les yeux, Depuis que je suis rentrée de l'hôpital, il n'arrête pas de me coller. Je crois que lui aussi a eu peur... comme tout le monde. D'ailleurs, je dois bien avouer qu'il en est de même pour moi, j'ai vraiment flippé. C'est la première fois que je me retrouve blessée à ce point, et si Nate et ses hommes n'étaient pas intervenus vite et bien... Je secoue la tête pour ne pas penser à tout ça, je dois arrêter mes idées noires, ce n'est pas dans mon tempérament d'être aussi pessimiste après tout. Je ferme les yeux et suis en train de sombrer dans un délicieux petit somme lorsque d'un coup j'entends une voix s'élever dans les airs, tout proche de moi. Toby se lève directement et descend du canapé en se dirigeant vers la voix, Je soupire et réprime une grimace en me levant à mon tour avant d'arriver au niveau de l'entrée principale qui n'est autre que le garage où se trouvent encore quelques véhicules. Je m'approche de l'homme et de ses deux filles, du moins la ressemblance me fait dire, en souriant. « Bonjour ! » Toby est déjà en train de se faire grattouiller de partout et s'est affalé par terre montrant son ventre. Celui là je vous jure !

Je comprend directement à ses mots qu'il ne sait pas à qui il s'adresse, en même temps c'est normal puisque je suis habillée en civil et qu'il n'est pas collé sur mon front que je suis pompier... et lieutenant de sur-crois. Je lui souris amusée, le laissant me demander si je sais où se trouve le bureau d'accueil. Les gens sont vraiment bizarres, y a pas à dire ! Un bureau d'accueil ici, chez nous. Je me racle la gorge pour ne pas rire avant de finalement m'avancer et prendre un ton bien plus professionnel. Je lui tend alors ma main. « Bonjour, Lieutenant Ray. Il n'y a pas de bureau d'accueil aujourd'hui et il semblerait que le bleu ait oublié que c'était à lui de gérer les visiteurs... enfin, c'est pas grave je suis là ». Je m'approche alors des deux filles et de ma boule de poil. « Lui c'est Toby ». Je me baisse légèrement et puis grimace en sentant ma douleur me ramener à la réalité. Une autre réalité me revient aussi lorsqu'il me demande si on ne s'est pas déjà vu. Je fouille dans ma mémoire et là, ça y est ! Je crois me souvenir de lui. « C'est vous qui m'avez pris en charge c'est ça ? » Autrement dit, c'est lui qui m'a sauvé la vie, mais avant de le remercier je veux quand même en avoir le cœur net. Je regarde les petites et sourie en les voyant s'amuser autant avec Toby. « Sortie d'ici vous êtes à peu près sûr de partir leur en trouver un ! » Je regarde la montre située contre le mur et je sais que les gars ne vont pas revenir avant une petite heure. « Alors dites moi mesdemoiselles, laquelle de vous deux veut devenir pompier ? » Parce qu'après tout on est là pour ça et je suis persuadée que c'est elles qui ont tout fait pour traîner leur père ici. Il doit vraiment les aimer beaucoup pour vouloir les amener ici, et puis d'un autre côté ça leur permet aussi de se faire une petite soirée familiale tout ça. D'ailleurs, je constate qu'il n'y a pas de madame, j'imagine qu'elle n'a pas voulu venir ici, de peur que ses filles pensent qu'elles sont soutenues. Je me souviens de la réaction de ma mère lorsque je lui ai dit que je n'irais pas à l'université préférant faire l'école des pompiers. Pire que si je lui avais annoncé que j'étais mourante. Bon j'exagère peut être un peu, mais en attendant, elle a eu beaucoup de mal à s'en remettre et je crois qu'elle ne s'en remet toujours pas. Pire depuis mon séjour à l'hôpital qui lui a donné "une fois de plus raison"... ce n'est pas un travail pour une femme. Pfff, ma mère !

made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité




MessageSujet: Re: 911- Did you have a problem ? [Jalix]   Lun 24 Nov - 2:44

911 Did you have a problem?


Elle me tend la main, ce que je trouve bizarre, je me demande si elle va faire ça à tous les gens comme elle qui viennent visiter la caserne. Et puis je comprends quand elle se présente : en fait, elle est pompière. Lieutenant, même, ça veut dire qu’elle a des hommes et des femmes sous ses ordres. Je lui serre finalement la main, la mienne est froide, comme d’habitude, et je sens la chaleur de la sienne se répandre dans ma paume. Je lui envoie un sourire poli en l’écoutant parler. Bonjour lieutenant, alors. Je… je ne pensais pas que vous étiez pompière, toutes mes excuses. Mon sourire poli ne m’a pas quitté et il s’accentue même quand elle se penche pour parler aux filles. Je les observe toutes les trois, Grace et Flora sont en train de s’en donner à cœur joie avec le chien, Tobby, donc.

Oui, c’est moi. Il me semblait bien vous avoir reconnue. Comment allez-vous ? Perforation au niveau de l’abdomen, c’est bien ça ? Si mes souvenirs sont bons… Je me revois dans le box des urgences à retirer le morceau de bois planté dans son intestin et à le clamper avant qu’elle ne soit transférée au bloc. Après ça, je ne sais pas ce qu’elle est devenue et je suis ravie de la voir sur pieds aujourd’hui.  Elle regarde son chien avec mes filles et cela la fait sourire. Moi aussi d’ailleurs. Tous ces petits moments de bonheur sont si précieux pour elles et pour moi… Aussi courts soient-ils. Le décès de ma femme m’a appris à tout relativiser, je réapprends à vivre, en quelque sorte. J’ai le cœur lourd, mais une fois le chagrin parti, je pense que la vie aura une toute autre signification pour moi.
J’en ai bien peur, oui, fais-je sur un ton légèrement amusé pour répondre à sa remarque. Elles ont l’air de l’avoir adopté, votre Tobby. C’est vrai qu’il est beau. La voix de Flora s’élève, j’en suis étonné puisqu’elle est d’habitude d’une timidité presque maladive lorsqu’elle côtoie des étrangers. Oh ouiiii papa, s’il te plaît ! On pourra avoir un chien ? Mais comme Tobby, il est trop beau Tobby ! Et elle passe ses bras autour du cou du beau labrador qui se laisse faire et lui fait un petit câlin. Je me racle la gorge, histoire de gagner du temps avant de répondre. Euuh oui, nous verrons, les filles. Ce n’est pas un non définitif, mais ce n’est pas un oui, non plus. De toute façon, j’envisageais déjà de leur en acheter un, alors pourquoi pas. Merci papa ! font-elles en chœur, ce qui me fait sourire. Ca fait toujours plaisir de voir de la gratitude dans les yeux de ses enfants, non ? Je pense que ma femme et moi les avons bien éduquées, Eileen a laissé son empreinte sur elles, c’est chose sûre.

Le lieutenant Ray se penche à nouveau pour parler aux filles et je reste dans ma position préférée, celle de l’observateur. J’ai l’habitude de ne pas beaucoup parler et je préfère laisser faire les gens. Grace se redresse et se retrouve à la hauteur du lieutenant. Moi lieutenant ! fait-elle en se mettant aussi droite qu’un piquet. Cela me fait rire de voir qu’elle se prend déjà très au sérieux par rapport à ce métier. C’est moi qui ai dit à papa de venir, je voulais tellement vous voir ! Et voir les camions ! Mais ils ne sont pas là... Je note la déception dans sa voix alors qu’elle regarde du côté du hangar. Contrairement à sa sœur, Grace n’est pas du tout timide. Elle tient ça de sa mère, assurément. Du haut de ses treize ans, elle sait déjà ce qu’elle veut, c’est une enfant - une ado, pardon, Grace me reprend sans arrêt - déterminée. Devenir pompier la fait pour le moment rêver. J’aspire à quelque chose d’autre pour elle, quelque chose de moins dangereux, mais j’ai bon espoir qu’elle change d’avis d’ici sa remise de diplôme dans cinq ans.
Elle s’appelle Grace, et la plus jeune, c’est Flora. Je souhaite préciser puisque ma fille ne s’est pas présentée. D’ailleurs, moi non plus, quand j’y pense. Et moi c’est James. MacNally. Pardon, j’ai oublié de me présenter. Je lui envoie un petit signe de main de salutation complètement inutile mais je ne me sens pas à mon aise ici. Je ne suis pas dans mon élément, et ça me perturbe. Heureusement, il ne s’agit pas de moi aujourd’hui mais de Grace.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité




MessageSujet: Re: 911- Did you have a problem ? [Jalix]   Dim 18 Jan - 18:54

911- Did you have a problem ?

feat James & Alix
Je me retrouve finalement ici à devoir faire la visite de la caserne aux personnes qui viendront puisque le bleu à décider de partir. Sans doute a t il pensé pouvoir échapper à cette corvée ou alors pensait il que cela me ferait plaisir de m'en occuper pour me sentir utile ? J'en ai aucune idée, ce gamin a une drôle de façon de penser et je dois avouer que je n'ai pas encore eu le temps de clairement l'observer. Mon accident a quelque peu repoussé les choses mais dès que possible je compte bien reprendre mon rôle d'observatrice mais aussi et surtout de chef. Sans moi, mes hommes sont perdus... du moins c'est ce qui me plait à penser. Je suis finalement sortie de mes pensées en entendant du bruit et je reconnait immédiatement le médecin qui m'a pris en charge aux urgences. Je me souviens de peu de choses mais bizarrement de son visage oui. Faut bien avouer qu'il n'est pas désagréable à regarder mais c'est surtout son regard qui m'a marqué. Un regard fort, rassurant mais également triste... ou alors j'étais en train de divaguer totalement ce qui ne serait pas étonnant vu les litres de sang que j'ai pu perdre. Je hausse les épaules lorsqu'il s'excuse ne se doutant pas que j'étais pompière et encore moins lieutenant. Je suis habituée à ce genre de réactions de la part des personnes et des hommes en général, je n'y fais même plus cas. « Ce n'est rien, j'ai l'habitude vous savez ! » Un petit rire sort de ma bouche lorsqu'il fait ma description, c'est bien un toubib y a pas à dire, sauf que forcément ça me fait tirer sur mes points alors je porte instinctivement ma main à mon ventre. « Oui c'est bien ça vous avez bonne mémoire ! Je vais bien, toujours en convalescence mais j'avais besoin de revenir ici... » Je n'en dis pas plus; je n'ai pas envie de passer pour la fille qui n'a rien d'autre dans sa vie hormis son travail. Ce qui en soit ne serait pas totalement faux. Je suis une passionnée, en d'autres termes, je ne suis pas le genre à compter les heures supplémentaires et le temps que j'accorde à la caserne. Là dessus je suis comme mon père, "mariée à son travail" comme dirait ma mère.

Mais le plus important reste les deux petites demoiselles qui semblent avoir directement adopté Toby qui est ravie qu'on s'occupe de lui. Je secoue un instant la tête en le voyant faire. Ce chien ne grandira jamais ! J'ai l'impression d'avoir toujours en face de moi un gros bébé et lorsqu'il me regarde j'ai la sensation qu'il me fait passer un message, mais lequel ? Aucune idée, je ne parle pas encore le chien. J'observe alors les petites qui font du charme à leur père pour avoir un chien et je suis amusée de voir d'abord son embarras avant de le voir céder d'une certaine façon. C'est vraiment adorable, attendrissant même. Après avoir questionné les deux petites filles, je me redresse finalement, la douleur étant malheureusement revenue. Je suis persuadée que le doc l'a remarqué même si je tente de le cacher le plus possible. Toby aussi l'a senti puisqu'il vient automatiquement se coller contre moi, comme pour se rassurer. « Je viens bien en t'en fais pas. » Je lui murmure doucement avant de lui grattouiller la tête et de passer aux choses sérieuses, à savoir, qui a voulu venir ici. Je suis enchantée de voir qu'il s'agit de la plus grande des deux. J'étais bien plus jeune qu'elle lorsque je suis tombée dans la marmite des pompiers dans l'âme, mais je sais qu'il n'y a pas d'âge pour créer des vocations. J'allais lui répondre quand j'entends son père les présenter et se présenter à son tour. James, jamais je ne l'aurais vu s'appeler comme ça, plutôt John ou même Edward...comme quoi, on a pas toujours le prénom de son physique. « Enchantée les MacNally, vous pouvez m'appeler Alix et je serais là pour répondre à la moindre de vos questions. Toby quant à lui sera votre fidèle escorte. » Je me place automatiquement entre les deux petites filles en leur tendant les mains. « Les camions sont de sortis, du moins le plus gros, mais si vous voulez bien me suivre mesdemoiselles je peux vous faire faire le tour du garage, en vous montrant les diverses tenus, les quelques voitures qui sont là et si vous êtes sages et que votre père est d'accord, vous aurez même la possibilité de descendre par la grande barre de fer. Alors ? En route ? » J'attends que les deux petites filles me donnent la main avant de tourner la tête vers Grace. « Dis moi Grace, qu'est ce qui te donne envie de devenir pompier ? Parce que tu sais, ce n'est pas un métier facile, tout comme celui de ton papa d'ailleurs... Il faut être courageux mais pas trop et surtout, surtout, il faut être mature et sage. » J'en fais peut être un chouilla un peu trop parce que niveau maturité et sagesse, si j'avais réfléchie un minimum je ne me serais pas jetée tête baissée pour aller sauver mes voisins sans prendre aucune précautions... Je tourne la tête pour voir si James est toujours là et le gratifie d'un sourire. «Elles sont vraiment adorables.» Je n'ai pas pu m'empêcher de le lui dire parce que d'une c'est vrai et que de deux j'adore les enfants. J'ai toujours fait parti de ces femmes qui pensent pouvoir allier travail et famille. Enfin, si j'écoute une fois de plus ma mère, je vais finir ménopausée quand j'aurais l'envie de faire des gosses !

made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité




MessageSujet: Re: 911- Did you have a problem ? [Jalix]   Mar 3 Fév - 16:05

911 Did you have a problem?


J’écoute avec intérêt ce que le lieutenant nous raconte. Enfin plutôt me raconte, les filles sont plus intéressées par le labrador. Oh vous savez, je vous comprends. Vous voyez votre lieu de travail comme un refuge ou un deuxième chez vous. J’ai la même sensation quand je suis à l’hôpital, et je n’y vois jamais le temps passer ! Surtout depuis la mort d’Eileen, j’ai mis les bouchées doubles et même si je tente de passer du temps avec mes filles, être au travail m’est salvateur.

Je vois le lieutenant se baisser pour parler aux filles. J’observe mes deux chérubins qui ont l’air non seulement d’apprécier le chien, mais aussi la femme pompier, même Flora qui d’habitude reste muette comme une carpe.  J’en suis réellement étonné et je me demande ce que cette femme a de si spécial pour que ma Flora se sente aussi à l’aise. Si seulement je pouvais avoir ce pouvoir, ça me serait bien utile. Cela dit, moi aussi je me sens plutôt à l’aise avec elle, elle a l’air charmante et est très avenante, elle me fait penser à Eileen dans sa façon d’être. Elle se relève et je vois sa grimace de douleur, ce qui me fait froncer les sourcils. Faites quand même attention, Madame Ray. Vous êtes en convalescence, il serait peut-être plus judicieux de ne pas rester trop longtemps debout et de bouger comme ça. Pas que je ne vous apprécie pas, mais j’aimerais ne pas vous revoir de sitôt dans mon service, si vous voyez ce que je veux dire…  Je lui envoie un sourire timide, je m’étonne moi-même de pouvoir discuter aussi facilement avec quelqu’un, et même presque faire de l’humour. Avant, avec Eileen à mes côtés, quand nous côtoyons nos amis, j’arrivais à peu près à être à l’aise. Mais ça ne m’était plus arrivé depuis bien longtemps. Vous avez mal, madame ? demande alors Flora, qui, comme son père, est une grande observatrice. Je regarde ma fille avec des yeux toujours un peu étonné qu’elle arrive à autant communiquer avec le lieutenant. Vous savez, mon papa est docteur, il peut vous soigner ! ajoute-t-elle alors, ce qui m’arrache un sourire. Je m’approche d’elle et instinctivement, je pose ma main sur sa tête blonde et je lui caresse les cheveux avec tendresse. Elle sait déjà tout ça, ma puce. Tu vois, j’ai rencontré le lieutenant à l’hôpital parce qu’elle a eu un accident. Et c’est ton papa qui l’a soignée. Mais tu sais, elle s’est fait très mal et ça met du temps à guérir. Il faut faire attention avec le lieutenant Ray, les filles, d’accord ?  Je sens la tête de Flora bouger sous ma main alors qu’elle acquiesce. Ma maman elle me faisait des bisous magiques, peut-être que Toby il peut vous faire des bisous magiques aussi ? continue-t-elle, ce qui m’amuse et m’envoie aussi une vague de nostalgie. Je revois Eileen faire exactement ce qu’elle a dit. Toutes ses scènes du quotidien qui me hantent chaque jour mais que j’essaie d’éviter, en vain. Un sourire un peu triste étire alors mes lèvres. Sinon je peux demander à ma maman au ciel qu’elle vous envoie des bisous magiques ! Je suis sûre qu’elle voudra bien ! Flora lui envoie son petit sourire d’ange, celui d’Eileen, à vrai dire. Au niveau du caractère, elle est moi tout craché, mais physiquement, c’est plus à sa mère qu’elle ressemble. Sa phrase serre mon cœur immédiatement. Sa « maman au ciel »… J’ai la gorge qui commence à se nouer et je détourne les yeux pour cacher mon malaise face à cette inconnue qui sait à présent que je suis veuf. A coup sûr, elle va avoir ce regard de pitié que j’ai trop vu durant ces derniers mois.

Lors de la visite, j’observe mes deux petits anges, juste devant moi, avec Alix au milieu. Alix, c’est comme ça que s’appelle cette jeune femme, j’aurais pensé à un quelque chose comme Audrey, quelque chose de féminin et classe, car Alix fait trop masculin à mon goût, physiquement, ça colle pas avec cette jeune femme que je trouve plutôt jolie. Comme quoi, on n’a pas toujours le prénom de son physique. Je suis en silence jusqu’à ce que le lieutenant parle de moi, à savoir si j’autorisais Grace et Flora à jouer aux casse-cous. Je hausse les épaules, pourquoi pas, ma foi. Pour Grace, c'est totalement son truc, elle fait déjà beaucoup de gym et adore les barres, être en l'air, tout ça. Moi ça me file la chair de poule à chaque fois que je viens voir ses compétitions. Flora, elle, est du style prudent, je ne sais pas si elle oserait descendre la barre, c'est haut pour elle.
Je vois les trois filles discuter, c’est une image qui m’avait manqué. Je crois que mes filles sont heureuses d’être ici et que ce soit une femme qui s’occupe d’elle. Ça doit terriblement leur manquer. J’entends Grace répondre au lieutenant, elle paraît si excitée d’être ici. Papa dit que je suis pas toujours très sage, mais je sais que je vais m’améliorer en grandissant. Je sais pas d’où ça vient, pourquoi je veux être pompier. Ils me fascinent, ils vont combattre le feu, ils sauvent des vies, ce sont de vrais héros. Et je voudrais être un héros ! Comme toi Alix ! En plus t’es trop belle. T’es avec que des garçons ici ? Ils t’embêtent pas ? Parce qu’à l’école, y a ce garçon, Nate, il m’embête tout le temps. Mais moi je le remets bien à sa place. Et là je la vois se pencher vers le lieutenant pour lui dire un secret que je n’entends donc pas. (ndlr : elle lui dit Je crois qu’il m’aime bien, en fait, mais faut pas le dire à papa ! )

Alix finit par se retourner pour voir si je suis toujours là, elle me sourit et par automatisme – bien que ça n’en soit pas forcément un chez moi – je lui souris en retour. Elle a l’air vraiment gentille, cette femme. Je pense qu’ils ont de la chance de l’avoir ici, dans cette caserne. Je lui réponds alors, amusé.
Elles peuvent l’être, oui. Venez donc un peu voir comment ça se passe à la maison, vous allez voir leur face B !  Je regarde mes deux amours et je me mets à rire légèrement. Flora me regarde sans vraiment d’expression particulière, peut-être n’a-t-elle pas saisi l’humour, mais Grace a un air renfrogné, celui que je connais si bien, et elle me jette des éclairs à travers son regard. Ah l’adolescence n’a pas fini de me dévoiler tous ses charmes !  dis-je alors. Grace, avoue que tu n’es pas toujours très sage, et quand tu fais ta tête de mule…  J’adore l’énerver, elle part toujours au quart de tour. Mais papaaaaa ! Arrête, c’est trop la honte ! Et je m’esclaffe. Mais oui, mon cœur, désolé, ton père te fait honte, il est trop vieux pour sortir avec toi, je sais... Je vous laisse faire ce que vous avez à faire, promis, je ne dis plus rien. Flora continue son petit bonhomme de chemin, je la vois regarder partout autour d’elle, elle ne s’occupe même pas de sa sœur qui est toujours énervée contre moi. Ça lui passera dans quelques minutes, je le sais. Alix, enfin lieutenant…  Je n’ose pas l’appeler par son prénom, je pense qu’elle l’a donné pour mes filles, pas forcément pour moi. Vous travaillez dans cette caserne depuis combien de temps ? Je me surprends à lui poser des questions. C’est bizarre cette ambiance, j’ai l’impression d’avoir retrouvé un semblant de famille entière, avec une maman, même si je ne connais cette femme que depuis peu. Les filles l’ayant adoptée, je ne sais pas si c’est ça qui a joué. Et vous alors ? Pourquoi vous avez décidé de faire ce métier si… difficile ?
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: 911- Did you have a problem ? [Jalix]   

Revenir en haut Aller en bas
 

911- Did you have a problem ? [Jalix]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: firehouse 51.-