Partagez | 
 

 
The water's sweet but blood is thicker. (Allie&Adriel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité




MessageSujet: The water's sweet but blood is thicker. (Allie&Adriel)   Jeu 17 Juil - 18:57

Allison ∞ Adriel
The water's sweet but blood is thicker
Adriel avait examiné son plan sous toutes les coutures et il était absolument parfait. De son point de vue, il n'y avait absolument aucune faille qui le trahirait ou qui le ferait échouer. Certes, il pouvait toujours y avoir un imprévu une fois qu'il sera sur place, c'était d'ailleurs souvent le cas. Néanmoins, il parvenait toujours à s'adapter en général et si cela arrivait cette fois là, encore une fois, il improvisera pour mener son contrat à termes. Rien ne pouvait l'en écarter. Une fois qu'il décidait d'exécuter une cible, le tueur à gages le faisait, peu importe ce qu'il pouvait se passer. C'était sa discrétion et ce respect des délais qui faisait de lui un professionnel digne de ce nom et souvent contacté. Et tout ça était possible uniquement parce qu'il prenait toujours du temps pour, justement, concocter un plan lui permettant d'atteindre sa cible. Cette fois, il s'agissait du bras droit d'un dirigeant de trafic d'armes. Une filiale ennemie l'avait contacté pour éliminer l'homme en moins d'une semaine et même s'il lui restait trois jours avant la fin du délai, Adriel s'était décidé pour le soir-même. Il faut dire que l'occasion idéale s'était présentée à lui sous la forme d'une soirée mondaine auquel il était parvenu à se faire inviter en jouant de quelques unes de ses relations. Il allait pouvoir se rapprocher de sa cible et trouver le moment idéal pour exécuter son plan. Le seul problème demeurait dans le fait qu'il s'agissait du genre de soirée au cours de laquelle chaque homme vient accompagner. Y aller seul attirerait trop l'attention et aucune de ses connaissances féminines ne ferait l'affaire. Alors, après avoir hésité, l'américain avait finalement contacté un réseau d'escort dont il avait eu le numéros quelques semaines plus tôt. Il se présenta sous un faux nom évidemment et réserva une femme pour la soirée, sous le nom de Jonas Miller. Il était censé rejoindre l'escort en question à l'hôtel dans lequel ce trafic se déroulait, ce qui lui permettrait de faire vaguement connaissance avec elle le long du trajet menant jusque le lieu de réception de la soirée.

C'est à vingt heures trente précisément qu'Adriel arriva devant l'hôtel en question, vêtu d'un costume noir. Il avait toujours été très ponctuel, voir même du genre à arriver en avance lorsqu'il avait un rendez-vous, comme pour repérer les lieux. Il vérifia qu'il avait bien l'enveloppe contenant le liquide pour payer avant de pénétrer dans le hall. Il ignorait à quoi ressemblait la jeune femme qu'il devait retrouver ; on lui avait seulement dit qu'elle était brune, vêtue d'une robe noir et qu'elle l'attendrait à la réception. Et c'était bien le cas ; une silhouette brune qui lui était familière, mais sur laquelle il ne s'attarda pas plus que ça, l'attendait de dos. Il avança jusque celle-ci et une fois à sa hauteur, s'arrêta, vérifiant qu'il s'agissait bien là de la bonne femme. « Je suis Jonas, c'est avec vous que j'ai rendez-vous ? » Et lorsqu'elle se retourna.. Autant dire qu'il resta sans voix. S'il y avait bien une chose à laquelle l'aîné Sterling ne s'attendait pas, c'était se retrouver face à sa petite sœur. « Allie ? » demanda-t-il, comme pour vérifier qu'il ne rêvait pas. Ce n'était pas possible.. Qu'est-ce qu'elle faisait ici ? Au début, l'idée qu'elle puisse travailler ne lui traversa même pas l'esprit. Après tout, elle était toujours interne en médecine aux dernières nouvelles et elle n'était certainement pas escort. « Qu'est-ce que tu fais ici ? » Formuler cette question à voix haute n'aida pas vraiment Adriel à y voir plus clair. Finalement, il fut obligé d'accepter le fait qu'il n'y avait pas beaucoup de possibilité expliquant la présence de sa petite sœur dans ces lieux. Aussitôt, son visage se ferma, reprenant son froid habituel, tandis qu'il constata l'évidence. « C'est une blague là.. Tu bosses ici ? » Le fait qu'Allison aussi puisse se questionner vis-à-vis des raisons le poussant à constater une escort ne lui traversa même pas l'esprit. A vrai dire, il était bien trop obnubilé par le simple fait de se retrouver ici face à sa sœur.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas


avatar

LITTLE WOLFand it haunts me every time i close my eyes.


→ messages : 10386


don't let me go.
memo:
contacts:

MessageSujet: Re: The water's sweet but blood is thicker. (Allie&Adriel)   Mer 23 Juil - 14:17

Une soirée de plus. Une soirée de plus à mentir. Remuer des hanches. Et se persuader que son plan demeurait infaillible. Allison étouffait progressivement. À mesure qu'elle devait passer des moments dégueulasses avec des clients riches – prêts à sortir les billets verts. À mesure qu'elle croisait le regard de Jevadi. À mesure qu'elle repensait à tous ses souvenirs avec Soren. Tout ça lui filait la nausée. Elle se filait la nausée à vrai dire. Parce qu'elle supportait plus de devoir mentir aux autres. Elle supportait pas de devoir faire semblant. Elle supportait plus de porter ce poids nommé culpabilité sur ses épaules. Tout ça, parfois, ça lui semblait complètement ahurissant. Elle essayait de se forger une carapace encore plus forte. Encore plus indestructible. Parce qu'elle ne voulait pas que quiconque tente de la freiner dans ses envies de vengeance. Elle ne voulait pas que quiconque profite de ses faiblesses pour l'empêcher d'arriver à son but. Alors la brune s'enfermait dans une attitude aussi provocante que décadente. Elle usait de ses charmes pour mener son but à bout. Elle s'en fichait bien des regards trop pesants sur son corps de poupée. Elle s'en fichait bien des remarques de certains. Et encore plus du regard désireux et fiévreux de Jevadi. Parce que ce type, il l'avait dans la peau. Ça faisait plus aucun doute. À sa façon d'observer l'Escort. À sa façon de vouloir glisser ses mains contre ses courbes avantageuses. À sa manière de lui souffler quelques paroles par-ci et par-là à l'oreille. À sa manière de vouloir l'amener dans sa chambre. Tout ça, Allison en avait pris conscience. Assez pour en profiter. Elle s'amusait parfois à narguer le plaisir du type. Avec ses sourires provocants. Avec son regard de braise. Avec sa poitrine légèrement bombée. Avec cet ensemble de choses qui appelait forcément à la luxure. Ça en devenait même déroutant parfois. Et pourtant, elle continuait. Parce qu'elle voulait le rendre dingue. Le soumettre. Le mettre à terre et faire en sorte qu'il ne se relève jamais. C'était tout ce que cette enflure méritait. Pour avoir ôté la vie de Soren. Pour continuer sa petite vie tranquille avec du sang sur les mains. Pour continuer à agir en toute impunité. Alors oui, Allison était emprisonnée dans sa douleur. Une douleur qui suffisait à lui refiler une force quasi surnaturelle. Pour affronter tout ça ; pour tenir le coup malgré ses envies de tout envoyer valser. Tout ça, elle ne le faisait que pour une chose : venger son petit-ami. Unique but capable de ne pas la faire se braquer. De ne pas la faire lâcher l'affaire. De ne pas la voir abandonner en plein vol. Elle ne pouvait pas. Parce qu'Allie avait fait la promesse de le venger, de faire couler le sang à son tour. Par amour. Pour lui. Comme à chaque fois.

Alors la brune restait perchée sur ses talons et moulée par cette robe décadente. Son regard narguait les clients de l'hôtel qui passaient et sortaient. Seule dans ce hall, la demoiselle attendait un nouveau client. Un gros poisson selon son patron. Un gros poisson dont il fallait prendre soin. Phrase que Jevadi avait soufflé d'une voix cynique et moqueuse. Allison ne savait pas à quoi s'attendre. Et encore moins si ce client en valait la peine ou pas. De toute façon, elle s'y refusait. À dépasser les limites. À user de ses lèvres tentatrices pour obtenir encore plus. Elle était là pour sauver les apparences. Rien de plus. Et tout ça commençait à l'emmerder. Après quelques minutes, un homme pénétra dans le grand hall. En arrivant à la hauteur de la brune – de dos – les premières paroles eurent l'effet d'une bombe chez Allison. Elle ne mit qu'une fraction de seconde à reconnaître la voix de son frère : Adriel. Bordel. La demoiselle commença à paniquer intérieurement. Apeurée à l'idée de devoir se retourner, de devoir lui faire face et surtout de fournir un semblant d'explication. Elle ne pouvait pas. Elle ne pouvait pas se confronter à lui et voir son regard se fermer d'un voile d'incompréhension. Une incompréhension qui taquinait aussi l'esprit de la brune. Pourquoi diable Adriel avait-t-il besoin d'une Escort? Question qui ne filtra pas hors de ses lèvres alors que le frère et la sœur se firent face. Les yeux de la demoiselle brillaient légèrement et son cœur battait à s'en rompre. Une main posée contre sa taille, elle essayait d'éviter le regard de son aîné. Incapable de ne pas se sentir honteuse et vulgaire au possible. Ce dernier essayant de comprendre. Elle sentit le rouge lui grimper aux joues et attrapa finalement la main de son frère pour l'amener dans un petit salon adjacent au hall. « Adriel, t'énerve pas. » Commença-t-elle à dire d'une petite voix. « Il y a une très bonne explication. Je t'assure – je. » Sa voix se stoppa sans qu'une réelle explication n'en sorte. Même en soufflant la vérité à son frère, la brune savait que rien ne suffirait à le calmer. Et que dans tous les cas, il chercherait forcément à la stopper. Et tout ça, c'était au dessus de ses forces – et de ses envies. « Puis, d'ailleurs, qu'est ce que tu fiches toi dans un hôtel à avoir besoin de recourir à une Escort ? Je te savais pas si désespéré... » Soufflât-t-elle d'une voix calme, tentant de dévier la conversation – comme bien souvent. Allison espérait que ça suffise. Elle espérait que ça puisse sauver sa peau durant un peu plus longtemps. Le regard de la brune croisa celui d'Adriel alors qu'elle tenta d'esquisser un léger rictus en coin. Pour l'amadouer. Pour dédramatiser la situation. Pour se sauver, aussi.

_________________
☆ ☆ when the days are cold and the cards all fold. and the saints we see are all made of gold. when your dreams all fail and the ones we hail are the worst of all and the blood's run stale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shoottherunner.forumgratuit.org


Invité

Invité




MessageSujet: Re: The water's sweet but blood is thicker. (Allie&Adriel)   Jeu 28 Aoû - 21:02


Se retrouver ainsi face à Allison était pire que tout en raison de ce que cela pouvait bien impliquer. Elle était forcément là, vêtue de cette robe trop courte à son goût, pour travailler .. en tant qu'escort. A la simple idée que sa petite sœur puisse vendre son temps à de vieux pervers – assez hypocrite à penser puisque lui même était là – le mettait hors de lui. D'autant plus qu'il y avait cette petite voix qui lui murmurait que parfois, les escorts allaient plus loin et offraient plus que de la compagnie. Il chassa cette pensée rapidement. Après tout, il connaissait bien Allison et jamais elle n'irait vendre son corps. Sauf qu'avant de débarquer dans cet hôtel, il aurait également juré que jamais sa sœur ne se retrouverait à travailler en tant qu'escort. C'était elle l'élément brillant de la famille, elle qui était censée mener une grande carrière dans la médecine ou dans n'importe quel autre domaine qui lui plaisait. Il n'y avait pas que Graham qui reposait tous ses espoirs sur elle ; c'était aussi le cas d'Adriel. Et là, il avait l'impression que tout ce qu'il avait espérait pour sa sœur volait en éclats. Une infime partie de lui-même continuait à espérer qu'il y ait une autre explication à la présence de la cadette Sterling dans ses lieux. Néanmoins, il n'y croyait pas réellement, s'attendant toujours au pire. Et la réaction de la brune ne fit que confirmer ce qu'il pensait. La façon qu'elle avait de l'emmener dans ce salon adjacent au hall, comme si elle connaissait bien les lieux ne laissait pas vraiment de place au doute. D'autant plus qu'aucune justification digne de ce nom ne lui vint alors l'américain devait affronter la vérité, aussi pénible celle-ci soit-elle.

Évidemment, Allison tenta de s'en sortir en l'interrogeant sur les raisons de sa présence à lui ici. Qu'elle l'interroge était de toute façon le cadet de ses soucis. A ses yeux, elle était en trop mauvaise posture pour lui reprocher quoi que ce soit. « N'essaye pas de changer de sujet. » lâcha-t-il froidement. L'envie de tout casser se faisait de plus en plus sentir chez Adriel, qui devait se faire violence pour ne pas faire valser chaque meuble de la pièce .. Il y avait ça et aussi, l'envie d'exterminer l'homme qui osait employer sa sœur. Alors, pour se calmer un minimum, il se mit à faire les cent pas dans la pièce, serrant et desserrant les poings tandis qu'il tentait, en vain, de tout remettre en ordre dans sa tête. Comment Allison, brillante comme elle l'était, pouvait en être arrivée là ? « Pourquoi tu .. » Les mots ne parvenaient pas à sortir, comme si en parler réellement ferait de ce fait une réalité. Le tueur à gages arrêta enfin de gesticuler dans tous les sens, faisant face à Allison. Il voulait pouvoir lire les expressions de son visage afin de guetter quand elle mentait ou pas, bien que si elle lui avait menti jusque là, elle y parviendrait encore. Et c'était lui qui pensait ça, alors même qu'il n'avait de cesse de mentir sur son boulot.. Il inspira un bon coup avant de reprendre. « Pourquoi tu fais ça ? C'est pour le fric ? » En général, c'était bien pour ça que les femmes se lançaient là dedans et pas par plaisir. Jamais sa sœur ne lui avait parlé de problème d'argent et si c'était le cas, le brun osait espérer qu'elle vienne lui demander de l'aide au lieu de se lancer dans une telle carrière. Enfin visiblement, il était déjà trop tard pour ça.. « Si c'est ça, je – je peux t'en donner tu sais. Tu peux même venir vivre à l'appartement le temps de t'en sortir, c'est pas un problème. » Il était bien loin de la vérité sans doute mais au moins, il essayait de comprendre toute cette situation. Lui qui avait toujours voulu protéger la cadette Sterling, il avait désormais l'impression d'avoir totalement échoué, encore plus qu'en l'ayant abandonné quelques années plus tôt. « Je sais pas ce qui te pousse à faire ça mais tu dois arrêter, d'accord ? Tu mérites bien mieux que ça, t'es – t'es tellement brillante, tu peux faire ce que tu veux ! » Comme si ça, elle ne le savait pas. Mais là, Adriel se sentait désespéré et impuissant face à tout ça, chose dont il n'avait pas l'habitude.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

LITTLE WOLFand it haunts me every time i close my eyes.


→ messages : 10386


don't let me go.
memo:
contacts:

MessageSujet: Re: The water's sweet but blood is thicker. (Allie&Adriel)   Dim 31 Aoû - 14:50

Adriel était bien la dernière personne avec qui Allison avait envie de s’engueuler. Malgré la rancœur. Malgré la distance passée entre eux. Des années de silence. Des années à errer. A se demander si son frère allait bien. S’il était encore en vie. Si elle lui manquait au moins un peu. Des années à pester intérieurement contre lui. Pour l’avoir abandonnée, pour l’avoir laissé seule dans les griffes de cette famille castratrice. Encore plus au moment de la mort de Soren. Son absence s'étant fait plus incisive. Plus insupportable. Allison ayant eu la sensation d'être vide de toute émotion. Seule au monde. Enfermée dans une famille qu'elle ne reconnaissait même plus. Perdue entre une mère qui faisait tout pour sauver les illusions et un père qui devait sans doute fêter la mort du jeune Rhodes. Tout ça parce qu'il n'avait jamais accepté la situation. Tout ça parce qu'il n'avait jamais pu tolérer que sa fille tombe amoureuse du mafieux. Si longtemps Allison avait craint le pire quant à la réaction de son frère par rapport à son couple, elle savait aussi qu'il était le mieux placé pour comprendre qu’on apprivoisait pas la vie. Lui, enfant de l’ombre durant des années. Lui adulte découvrant la terrible vérité. La fuite. Il avait choisi la fuite. Abandonnant tout sur son passage. A l’époque, à cause de son mal être, Allie, elle aussi, aurait pu choisir de fuir. C’est d’ailleurs cette idée qui traversa son esprit à bien des reprises. Partir et se reconstruire. Partir et oublier. Partir et renaître de ses cendres. Ça aurait été son unique volonté. Mais Soren arriva. L’en empêchant. Réanimant ses chaires. Réussissant à la sauver de ce cercle infernal dans lequel elle était plongée. Alors malgré tout l'amour qu'elle portait à Adriel, Allison ne pouvait s'empêcher de lui mentir. Ça durait depuis des semaines. Elle était convaincue que ça lui permettrait de se sauver, d'éloigner son aîné de sa soif de vengeance. Car ce dernier ne l'aurait jamais laissé s'enfermer dans une telle spirale infernale. Parce qu'il veillait sur elle – quand tous les autres s'en foutaient. Parce qu'il avait réussi à remonter dans son estime. Parce que demi-frère ou non, ça ne changeait rien. Allison l'aimait comme avant. Et c'était aussi pour ça que mentir semblait préférable. Pour ne pas le heurter. Pour ne pas le voir se mêler de son quotidien. Pas maintenant. Pas alors qu'elle avait enfin réussi à arriver auprès de son but. Retrouver ce Jevadi. Rentrer dans ses bonnes grâces. Le charmer. Devenir quasiment indispensable pour ce dernier. Adriel, il avait le droit aux phrases toutes faites. Aux faux-sourires. Aux choses bonnes qu'à le leurrer et à faire en sorte qu'elle sauve sa peau durant des minutes supplémentaires – au moins.

A présent, tout foutait le camp. Allison venait d'être prise au piège. Elle se retrouvant face à Adriel. Habillée comme une vulgaire catin à la recherche de son client. Maquillée à outrance. Elle se sentait aussi souillée que gênée. Le rouge venant teinter ses joues. Elle ne s'attendait pas à çà. Et le pire, c'est que la brune n'avait même aucune explication à fournir. Des mensonges de plus ? Ca ne servirait de toute façon pas grand à chose. Elle en était convaincue. Alors pour se sauver, elle chercha à détourner la discussion – comme pour retarder la sentence finale. Comme pour retarder le moment où ses lèvres allaient devoir laisser filer la vérité. Statique face à l'homme, la brune ne le quittait pas des yeux. Ses dents incrustées dans ses lèvres à cause de la gène causée par tout ça. Évidemment que ça aurait été plus simple de se barrer ; de l'éviter ou même de lui raconter un énième bobard. Mais là tout de suite, la brunette se sentait complètement idiote. Paralysée même. Sa silhouette incapable de bouger -  d'opérer le moindre mouvement. Elle se contentât d'écouter son frère. Ce dernier cherchant à comprendre. Ce dernier essayant de déceler ce qui pouvait se cacher derrière une telle activité. Ce dernier ne se privant pas de mettre en avant à quel point Allison valait mieux que ça. Il avait pas tort. Et la demoiselle le savait très bien. Cette vie là, elle avait pas décidé de la vivre de gaieté de cœur. Au contraire. Elle avait seulement laissé sa soif de vengeance la guider. Sans se soucier du reste. Sans se soucier de ses études en psychologie. Sans se soucier de la suite. Elle ne voyait que son envie de tuer ce Jevadi. De le faire souffrir comme il avait dû faire souffrir Soren. De le faire souffrir comme Allison souffrait en quotidien en devant vivre sans la présence de son petit-ami. Rien de plus. Lâchant un soupire, la jeune femme regarda autour d'elle. Allie ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter. Que Jevadi soit dans les parages. Qu'un autre client soit là et rapporte tout çà au grand boss. Alors dans un geste certain, elle agrippa la main de son frère pour l'amener dans un couloir peu éclairé. Son dos frappa le mur et elle fixa Adriel. Un regard sincère. Tout autant gêné. Tout autant particulier. Comme ça, la scène s'apparentait à un film trop glauque. Mais en vérité, toute la situation l'était. Ce boulot. Les actions de la brune. Ses mensonges. Absolument tout. Elle haussa les épaules. « C'est pas une question de fric. » Commença-t-elle à dire d'une petite voix. Pour une fois, elle mentait pas. Au fond, la brune s'en tapait bien du pognon qu'elle empochait pour chacune de ces soirées. Elle, ce qu'elle attendait, c'était le reste. L'envers du décor. Ce lien qu'elle tissait progressivement avec Jevadi. « En rangeant les affaires de Soren, je suis tombée sur un dossier. Un contrat. Il devait buter un type. Le patron de ce réseau d'Escort. » Les paroles filtrèrent hors de ses lèvres rougies. Elle ne pouvait plus reculer. Ni même mentir. Elle avait envie qu'Adriel sache. Elle avait qu'il se rende compte que tout ça, c'était quelque chose d'important. De capital. D'essentiel. Quelque chose qui ferait que la brune ne se stopperait malgré tout ce que son frère pourrait dire. La demoiselle se décolla du mur pour se rapprocher de son frère. « Je suis certaine Adriel qu'il y a un lien entre la mort de Soren et ce type. Alors oui. J'ai infiltré ce réseau. J'ai joué la nana désespérée pour y arriver. Et rien ne m'arrêtera. » Expliqua-t-elle d'une voix neutre. « C'était ton meilleur ami. Mon fiancé. On peut pas. On peut pas se contenter d'un dossier bouclé aussi facilement. Je veux que la vérité soit faite. » La vérité éclata. Et quand bien même la demoiselle avait réussi à le faire, ça l'empêcherait pas de continuer. Quoiqu'il dise. Quoiqu'il imagine. La mécanique ne stopperait pas. C'était impossible. Allison trop convaincue de ses dires pour imaginer une autre version.

_________________
☆ ☆ when the days are cold and the cards all fold. and the saints we see are all made of gold. when your dreams all fail and the ones we hail are the worst of all and the blood's run stale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shoottherunner.forumgratuit.org


Invité

Invité




MessageSujet: Re: The water's sweet but blood is thicker. (Allie&Adriel)   Sam 27 Sep - 17:10


Adriel devait se calmer ; au moins le temps d'écouter les explications de sa sœur. Il ne tenait pas à s'énerver contre elle, surtout pas alors qu'il savait qu'il deviendrait blessant dans ses propos. Et si il y avait une chose qu'il ne supporterait pas, c'était perdre Allison à cause de quelques paroles balancées sur le coup de l'énervement. De toute façon, il n'était pas réellement sur les nerfs. Il était plutôt .. désespéré. Perdu. Il avait l'impression de ne rien savoir, finalement, de la cadette Sterling. Surtout, il se rendait compte que les mensonges tissaient leur relation. Au fond, ça n'avait rien d'étonnant chez les Sterling. D'abord, il y avait eu l'aveu de leur mère concernant le véritable père d'Adriel. Les mensonges de celui-ci sur sa vie à Chicago, sur son métier. Et enfin ceux d'Allison sur la véritable occupation qui rythmait ses journées, ou plutôt, ses nuits. Le tueur à gages désirait que tout cela cesse. Qu'ils puissent tous les deux être sincères l'un envers l'autre, qu'ils arrêtent de se cacher des éléments d'une telle importance. Mais c'était impossible. Il ne pouvait pas lui dire ce qu'il faisait réellement pour vivre. Jamais elle ne l'accepterait et il n'était pas prêt à affronter la déception et, peut-être même, le dégoût qu'elles éprouveraient en apprenant pour les activités illégales dans lesquelles il trempait. C'était aussi une façon de la protéger. Moins elle en savait, mieux c'était. Ainsi, il se disait que personne ne tenterait de l'atteindre en s'en prenant à elle. Du moins, il l'espérait. Quoi qu'il en soit, même si Adriel n'avait pas l'intention d'avouer quoi que ce soit, il osait espérer que sa sœur lui expliquerait tout concernant les raisons de sa présence dans cet hôtel.

Et c'est ce qu'elle fit. Il écouta, sans jamais l'interrompre. Quand elle eut terminé, l'américain resta sans voix l'espace de quelques secondes. Le temps d'assimiler le flot d'informations qui avaient jailli des lèvres de la brune. Le temps de peser chacune d'entre elle, de comprendre aussi. Qu'elle fasse tout ça pour Soren ne l'étonnait pas réellement, au fond. Il savait à quel point ça avait été difficile pour elle de se remettre de sa mort. Et pourtant, il ne savait pas si un contrat était une preuve suffisante pour accuser le type qu'elle désirait piéger. « Tu es sûre que c'est ce type le responsable ? Que ce n'est pas encore une manipulation de Graham ? » Parce qu'évidemment, aux yeux d'Adriel, si il y avait quelqu'un à accuser, c'était le juge. Sans doute était-ce la la solution de facilité. « Tu sais à quel point il détestait Soren. Et tu sais aussi qu'il est prêt à tout pour avoir ce qu'il veut. Et là, ce qu'il voulait, c'était que votre relation cesse. » Au fond, ce n'était pas infondé comme accusation. Graham était réellement prêt à tout pour faire ce qu'il estimait nécessaire concernant la protection d'Allison, même si il faisait souvent fausse route à ce sujet, et il avait clairement montré qu'il désapprouvait le fait que Soren fréquente Allison. Déjà que c'était limite, quand il n'était 'que' le meilleur ami de l'aîné Sterling. Adriel posa ses mains sur les épaules de sa sœur, comme si il cherchait à lui faire retrouver la raison. « Écoute, je comprends que tu veuilles pas en rester là. Mais il y a forcément un autre moyen ! Crois-moi, j'ai autant envie que toi de savoir ce qu'il s'est passé mais ça.. » Il ne termina pas sa phrase. Il était tout simplement inquiet pour elle, conscient que ce dans quoi elle s'était engagée était risqué. Beaucoup trop même. Tout de suite, son côté protecteur prenait le relais, tentant de la dissuader, d'arrêter là avant qu'il ne soit trop tard. « C'est pas ce que Soren aurait voulu et tu le sais. Alors viens, on se tire d'ici et on réfléchit à une autre solution, d'accord ? » Adriel n'était pas naïf et savait pertinemment que têtue comme elle l'était, Allison refuserait. Mais c'était plus fort que lui, il fallait qu'il essaye, quand bien même cette tentative semblait désespérée.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

LITTLE WOLFand it haunts me every time i close my eyes.


→ messages : 10386


don't let me go.
memo:
contacts:

MessageSujet: Re: The water's sweet but blood is thicker. (Allie&Adriel)   Dim 5 Oct - 16:51

Respire, reste de marbre, inspire, ne t’écroules pas. Promesse que la brune tentait de se faire. Une douleur lançait même le creux de ses joues à force de se les mordre pour ne rien laisser paraître. Elle perdait pieds. Elle crevait d’une remontée de souvenir qui faisait mal - beaucoup trop mal. Le visage de Soren. Les moments de bonheur avec lui. Avec Adriel. Ce temps où malgré le boulot du mafieux, elle était heureuse. Un temps dont il ne restait plus rien. Que des débris. Des tas de cendres. Qu'un chaos incomparable avec le reste. Et se retrouver face à son frère – dans une telle tenue, ça n'arrangeait rien. Au contraire. Ça ne faisait qu'accroître ses craintes et sa douleur. Craintes qu'il tente de l'empêcher de continuer sur cette voie. Douleur de voir une quelconque once de déception dans les prunelles sombres de l'homme. En vérité, elle était comme prise à part dans un monde sans contrôle. Une poupée de chiffon à tortiller, à malmener et à balancer dans un coin de la pièce pour l’empêcher de prononcer le moindre son - le moindre mot. A l’aide, viens me secourir et surtout délivres moi. C’est ce que l'ancienne étudiante en psychologique aurait pu s’efforcer de crier à son frère. Lui demander pardon, lui réclamer de l'aider. Lui dire de l'aider. Lui dire de pas la laisser au milieu de ce vacarme. Chercher à apaiser sa douleur. L'aider dans son travail de deuil. La détacher de cette envie trop présente de vengeance. Une liste de tâche à accomplir - une liste d’illusions qui ne prendrait plus à présent. Elle ne pensait s'empêcher de se dire que Soren aurait détesté tout ça. Comme elle-même à l'époque avait en horreur ses activités. Quand elle avait cherché à s'éloigner du mafieux. Non pas parce que ses sentiments disparaissaient – au contraire mais surtout parce qu’elle souffrait beaucoup trop. Elle en avait assez de le voir derrière cette vitre, de devoir compter les minutes passées avec lui, de devoir simplement se rendre dans cette prison lugubre. Lasse de voir le visage de l’homme esquinté, amoché, rabaissé par des cocards et des plaies. A chaque fois des mensonges, à chaque fois des excuses pour ne pas l’inquiéter. Mais la brune n’était pas dupe. Si elle encaissait par amour, lui encaissait les coups par dépit. Soren avait sans doute fait des erreurs - il ne méritait pas pour autant de se retrouver là-bas. Mais la brune préféra se persuader que leur histoire devait se stopper ainsi. Alors le silence s’érigea entre eux. Un silence similaire à des lames de rasoir qui écorchaient son coeur tout entier. Des lames qui se plantaient et créaient une plaie béante incapable de se refermer. Elle se plongea à corps perdu dans ses études et son internat pour ne pas trop penser à ce dernier. Pourtant ses souvenirs paraissaient plus forts que le reste. Allison peinait à penser autre chose. Ça la rendait même folle à d’autres moments. Elle pestait intérieurement pour réussir à décrocher de Soren, en vain. Et maintenant, elle était incapable de se détacher de son souvenir. Incapable de se détacher de ce qu'ils étaient auparavant. Incapable de se détacher de cette envie de pouvoir le venger. De pouvoir enfin se sentir apaisée – même en devant vivre sans lui.

Allison ne bougeait pas. Elle venait de tout avouer à  Adriel. Fini les mensonges. Fini les paroles en l'air rien que pour le rassurer et donner l'impression que tout allait bien. La brune n'avait pas voulu mentir d'avantage. Elle avait tenu à ce qu'il sache. À ce qu'il sache que ce boulot, ce n'était pas quelque chose qui lui plaisait. Quelque chose de volontaire et d'appréciable. Au contraire. Elle faisait pas ça par plaisir. Mais seulement par dépit. Parce qu'elle avait pas le choix. Parce qu'elle était persuadée de pouvoir trouver la vérité sur toute cette histoire bien trop macabre. Parce que quelque chose d'inexplicable trônait et la forçait à rester. L'ancienne étudiante en psychologie se doutait bien qu'Adriel ne se laisserait pas amadouer aussi facilement. Qu'il chercherait forcément à comprendre et tenter de la dissuader de faire tout ça. Quand bien même c'était pour une quête de vérité. Quand bien même c'était pour faire la lumière sur la mort de Soren. Quand son frère évoqua l'hypothèse que Graham soit derrière tout ça, le corps d'Allie se pétrifia un peu plus. Cette piste, elle avait fini par y penser des dizaines de fois. Parce qu'elle se disait que c'était possible. Qu'il détestait assez le mafieux pour tenter de l'éloigner de manière définitive. Pourtant aucune preuve n'était venue attester de tout ça. La brunette n'avait rien eu en main pour accuser réellement son père. Alors qu'au contraire, tout semblait se tourner vers Jevadi. Ce dossier. Son lien avec la mafia locale. Absolument tout pouvait attester de son implication dans la mort du jeune Rhodes. « J'y ai pensé Adriel. Mais y a rien qui peut me prouver qu'il est impliqué là dedans. J'ai essayé de trouver la moindre petite preuve – en vain. » Expliqua-t-elle alors que son aîné ne tarda pas à poursuivre.  Il chercha évidemment à la dissuader de continuer. Ses paroles tentant de lui prouver que y avait d'autres moyens pour que la vérité se fasse. Qu'elle n'était pas obligée de se voir réduite au rang de poupée pour des hommes en manque. Il avait envie de l'aider, de trouver une autre solution et surtout de faire en sorte qu'elle arrête ce boulot sordide. Elle poussa un soupire et baissa le regard quelques secondes. Elle pouvait pas. Elle pouvait pas abandonner. Encore moins prendre le risque de tout foutre en l'air pour satisfaire l'envie de son frère. Fébrile, elle fixa à nouveau  Adriel, d'un regard attristé. « Je ne peux pas. Je ne peux pas abandonner maintenant. J'ai réussi à obtenir la confiance du boss et ça ne pourra que m'aider à obtenir des réponses. » expliqua-t-elle d'une petite voix. « Je sais que c'est pas le boulot du siècle et que je pourrais facilement m'attirer des ennuis. Mais tu dois me faire confiance Adriel. » Elle ne se mettrait pas en danger inutilement. Elle voulait seulement continuer sur cette voie pour obtenir ce qu'elle recherchait depuis trop longtemps. « Écoute, si tu veux m'aider, d'accord. On peut réfléchir ensemble à une tactique ou un plan. Mais. Je peux pas. Je peux pas tout abandonner. »  Déterminée comme bien souvent la demoiselle ne quitta pas Adriel du regard. C'était à double tranchant évidemment. Mais à ce stade, la brunette pouvait plus reculer.

_________________
☆ ☆ when the days are cold and the cards all fold. and the saints we see are all made of gold. when your dreams all fail and the ones we hail are the worst of all and the blood's run stale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shoottherunner.forumgratuit.org


Invité

Invité




MessageSujet: Re: The water's sweet but blood is thicker. (Allie&Adriel)   Mer 29 Oct - 18:10


Il lui arrivait parfois de se demander si les choses avaient été différentes si ils avaient eu un autre père. Si ils n'avaient pas eu un monstre d'égoïsme comme géniteur, si Graham avait été aussi attentif envers ses deux enfants au lieu de faire preuve d'un tel favoritisme envers Allison. Et il n'y avait pas que ça ; ce n'était un secret pour personne, du moins pas pour les deux Sterling, qu'il trempait dans des affaires plutôt louches. A croire que c'était un truc de famille, finalement. Adriel aurait aimé qu'ils aient un père qui prenne soin d'eux, qui se contente de les aimer comme il le pouvait en faisant tout son possible pour eux. Peut-être qu'il ne se serait pas enfuit à Chicago en abandonnant sa vie et les espoirs concernant son futur à l'époque. Peut-être qu'il ne serait pas devenu tueur à gages et qu'il aurait une vie normale, paisible. Allison n'en serait sans doute pas là non plus. Malheureusement, tout cela restait une simple hypothèse. Ils ne pouvaient pas faire marche arrière et changer de famille à la naissance. Ainsi, l'américain était condamné à vivre avec les souvenirs de ce père, qui n'en était pas réellement un, et qui de toute façon ne s'était jamais comporté comme tel. Les souvenirs de cette mère qui disait amen à tout et qui noyait ses problèmes dans l'alcool. Ceux de l'enfer qu'avait été Chicago, la drogue, les passes. Et maintenant, Adriel devait faire face à ce qui était, d'après lui, une autre conséquence de cette éducation désastreuse ; se retrouver nez-à-nez avec sa petite sœur, jouant le rôle d'une escort.

Pourtant, les propos d'Allison allaient contre une éventuelle responsabilité de Graham dans toute cette histoire. Elle n'avait rien trouvé le liant à la mort de Soren, ce qui avait le don de troubler le jeune homme. Lorsqu'il avait su concernant la mort de celui qui fut un de ses amis le plus proche, il avait immédiatement jeté cela sur le dos du juge. Par facilité. Par habitude. Et aussi parce que cela permettait de nourrir davantage encore ces sentiments de haine qu'il éprouvait à son égard. Sa sœur était loin d'être stupide ; si elle avait cherché sans trouver la moindre preuve de l'implication de Graham là dedans, c'était que peut-être, pour une fois, le juge n'avait rien à se reprocher. Une grande première. Malgré tout, Adriel tenta de la dissuader. Il ne supportait pas l'idée de voir sa sœur dans ce business, pas avec tous ces types prêts à dépenser une fortune pour abuser de sa présence, voulant bien plus d'ailleurs. Il savait que c'était peine perdue, ce que confirma la cadette Sterling. Elle voulait continuer pour obtenir des réponses. Le brun soupira, perdu. Pour une fois, il se trouvait totalement désemparé, impuissant, et ça l'insupportait. Il ignorait comment il devait se comporter. Il savait que si il s'opposait à son plan et qu'il faisait tout foirer par égoïsme, elle lui en voudrait, sans doute pour un long moment – voir même à jamais -. Ils venaient à peine de réellement se retrouver et Adriel ne désirait pas se la mettre à dos ; ça, il ne le supporterait pas. Alors, logiquement, il ne restait qu'une option... L'aider. Faire son possible pour que cette affaire soit réglée rapidement afin qu'Allison retrouve une vie normale, du moins, aussi normale que possible dans ces conditions. « J'ai confiance en toi. » dit-il alors. C'était d'ailleurs une évidence. Peu importait ce qui pouvait bien arriver, il aura toujours confiance en elle et sera toujours prêt à faire son maximum pour la soutenir. Elle était bien l'une des rares personnes qu'il ne supporterait pas de perdre et qui pouvait l'atteindre. « J'ai juste pas confiance dans ces types qui viennent pour profiter de toi. Et si ça tournait mal ? Et si l'un d'entre eux était trop entreprenant ? Tu y as pensé ?» Sans doute. Elle avait probablement réfléchit à toutes les possibilités avant de se lancer là dedans mais malgré tout, Adriel croyait bon de le rappeler, quand bien même ce n'était pas cela qui allait la faire tout stopper. C'était assez hypocrite dans le fond puisque lui même avait l'intention de recourir au service d'une escort en arrivant ici. Certes, c'était surtout une couverture pour un boulot mais ça, sa sœur n'était pas censée être au courant. « C'est quoi ton plan, au juste ? » L'américain voulait s'assurer qu'elle n'était pas en danger ou qu'elle n'allait pas faire quelque chose de trop téméraire. « T'as l'intention de buter ce type ? Si c'est ça, je peux .. Enfin je veux dire que je connais des types qui peuvent s'en charger. » se rattrapa-t-il alors qu'il passait une main sur son crâne. Une chance pour lui qu'il s'était rattrapé avant d'en dire trop ; il y avait fort à parier que la brune ne trouve ça bizarre si il lui avait proposé de descendre ce type lui même – bien que ce n'était pas l'envie qui lui manquait -.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: The water's sweet but blood is thicker. (Allie&Adriel)   

Revenir en haut Aller en bas
 

The water's sweet but blood is thicker. (Allie&Adriel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: sheraton's hotel.-