Partagez | 
 

 
(jade&camilla) ✯ could you be honest, could you be true?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité




MessageSujet: (jade&camilla) ✯ could you be honest, could you be true?   Mar 8 Juil - 2:16

could you be honest, could you be true?
jade & camilla
L'indépendance. Vieillir. Trouver sa voie. Trouver sa place. Des concepts que tu ne saissisais qu'à moitié de la hauteur de tes vingt-deux ans. Tu connaissais beaucoup de choses de la médecine, plus que la majorité des jeunes de ton âge qui suivait le même cursus. Tu connaissais beaucoup de choses sur les études, le temps passé dans les salles de classe, mais tu ne connaissais pas grand-chose des grandes histoires de la vie, ces histoires qu'on écrit dans les bouquins mais qui se vivent en dehors. Et parfois, ça te donnait une envie folle de te rebeller un peu plus, même si tu devais avouer que tu ne laissais pas toujours ta place malgré ce que tu semblais penser. Malgré tout, malgré tes histoires plutôt folles avec les hommes, tu en demeurais une jeune femme de vingt-deux ans plutôt sage, plutôt simple, habitant encore sous le toit de ses parents, ou devrais-tu plutôt dire de sa mère désormais, malgré l'approche imminente de son internat. Quand tu regardais ta sœur, tu l'enviais un peu. Sur certains aspects du moins. D'avoir trouver l'amour, de s'être marier, d'être sorti de cette routine dans laquelle tu semblais complètement prisonnière. Il y a quelques mois, tu aurais été envieuse de tout ça vis à vis de Camilla. Envieuse de la relation qu'elle semblait avoir avec son mari, envieuse de la vie qu'elle menait, cette liberté de faire ce qu'elle voulait quand elle voulait alors que toi, de ton côté, malgré ta majorité, tu répondais encore aux quelques règles de maman. Mais dernièrement, la situation semblait avoir changé. Malgré le fait que ta sœur semblait éviter toutes les questions que tu pouvais poser à ce sujet, tu voyais que quelque chose clochait, quelque chose ne tournait pas rond. Et plus tu posais des questions, plus elle semblait te repousser, plus tu te posais de questions. Tu avais des doutes, des suppositions qui prenaient place dans ton esprit, et ça te faisait peur de porter de telles accusations, et pourtant. Tu n'inventais pas les bleus qui recouvraient parfois les bras de ta grande sœur, cette maladresse constante qui semblait la suivre partout où elle allait. Et puis cet évènement soudain à l'hôpital, cette supposée chute. Lorsque ton beau-frère t'avait texté pour t'aviser que ta sœur avait été admise à l'hôpital où tu étais en train de travailler, tu avais tout arrêter pour aller la voir, pour t'assurer qu'elle allait bien. Tu avais vu une émotion que tu n'arrivais pas clairement à identifier sur le visage de Riley, quelque chose qui ressemblait un brin trop à de la honte et pas assez à de l'inquiétude. Mais peut-être que tu hallucinais, peut-être que tu ne voyais que ce que tu voulais voir. Mais la manière directe et évasive que ta sœur avait eu de tasser tes doutes, comme elle le faisait toujours si bien, ça cultivait ton doute, malgré tout, malgré toi.

Tu avais claqué la porte en rentrant chez toi. Épuisée, tourmentée. Ta mère n'était pas là, encore heureux. Tu n'aurais pas eu le courage de lui raconter ce qui est arrivée à ta sœur, pas le courage de ne pas lui dire pour tous ses doutes qui s'empilaient dans ton esprit. Dans la maison, tu agis machinalement. Tu vides ton sac, ramasse la vaiselle, pars une brassée de lavage qui ne contient que des uniformes d'hôpital pratiquement. Et puis tu montes dans ta chambre et tu te fous le nez dans tes bouquins, ne serait-ce qu'un peu plus. Tu as un autre examen à la fin de la semaine qui vaut pour la moitié de ta session d'été. Tu es en avance dans ton étude, pourtant, tu as l'impression que tu ne retiens que la moitié de ce que tu lis, l'esprit pleins d'inquiétudes et de doutes qui s'empilent encore et encore. Autant que tu peux être une fille organisée dans tes études, autant tu es bordélique dans tout ce qui t'entoure. Ton linge traîne un peu partout sur le sol, le propre mélangé au sale. Il y a des papiers un peu partout sur ton bureau, des feuilles et des feuilles de notes, du brouillon, du propre et pleins d'autres entre les deux. Mais malgré tout, tu sembles toujours te retrouver dans ce bordel, comme si c'était plus évident pour toi de te retrouver dans ce bordel physique que ce bordel mental qui se bousculait encore et encore dans ton esprit. Tu entends la porte d'entrée s'ouvrir en bas, mais tu ne réagis pas. C'est probablement seulement ta mère qui vient de rentrée de faire quelques courses. Ça te surprend un peu qu'elle ne t'appelle pas aussitôt qu'elle a mis les pieds dans la maison, mais tu n'y portes pas plus d'attention. Tu cherches encore un peu de concentration pour finir ce stupide chapitre et enfin passer à autre chose. Tu as envie d'écrire une lettre à Jay, sur ce qui vient de se passer. Mais tu dois finir d'étudier avant, c'est plus important. Tu sursautes lorsque tu aperçois une tête blonde dans ton cadre de porte. Camilla, bon sang. « Oh mon dieu, j'ai failli faire une crise de cœur. » T'es trop nerveuse pour ton âge, on te le dis souvent, mais tu n'y peux absolument rien. Apparemment, c'est un problème qui vient avec le fait d'être trop brillante. Tu offres un sourire à ta sœur jusqu'au moment où tu te souviens que tu lui en veux de t'avoir bêtement esquivé de la sorte. Tu te retournes, le nez dans le bouquin. Si elle peut t'ignorer, tu as très bien le droit de lui rendre la pareille. « C'pas que j'ai pas envie de te voir Cam, mais j'suis débordée. Et puis, tu l'as dis toi-même, tu vas très bien, pas vrai? » Ta voix est teintée de sarcasme, tu prends tout bien trop personnelle. Tu es fâchée et tu as bien l'intention de lui faire savoir. Tu ne t'es jamais gênée pour le faire auparavant de toute façon.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas


avatar

BROKEN HEARTED GIRLthe broken dreams take everything.


→ messages : 6323


don't let me go.
memo:
contacts:

MessageSujet: Re: (jade&camilla) ✯ could you be honest, could you be true?   Mer 9 Juil - 15:19

Un reflet livide dans le miroir. Celui de Camilla. La blonde était là. Debout. Prostrée devant la glace. Son corps fin seulement couvert de ses sous-vêtements. Ses cheveux long retombant en cascade contre sa poitrine. Elle se regardait sans trop savoir pourquoi. Peut-être pour voir les traces bleutées son ventre. Où celles qui parsemaient ses flancs. Sans parler de cette trace encore récente près du creux de son coude. A quel moment son existence avait pu autant basculer dans les enfers ? La blonde ne pouvait pas répondre. Elle était seulement devenue témoin silencieuse de la chute de son mari. De sa propre chute. Témoin forcée de se taire et d’encaisser. C’était devenue une triste habitude. Quelque chose qu’elle n’arrivait même plus à contrer. Alors, elle mentait pour mieux le protéger - et se protéger. Elle mentait pour ne pas avoir à encaisser plus. Comme à chaque fois. Et là encore, ça ne suffisait pas. Riley à chaque fois plus violent. Plus agressif. Comme ce matin. Une nouvelle dispute à cause d’un vêtement mal rangé. Des motifs futiles et des conséquences chaotiques. Une claque dans le visage et une bousculade l’ayant précipité contre la cuisinière. Sur le moment, Camilla n’avait rien dit. Elle avait murmuré des excuses entre deux sanglots, attendant qu’il quitte l’appartement. Quand l’homme s’exécuta, elle se retrouva seule à terre, contre le sol de la cuisine. Elle craqua alors. Les larmes bonnes qu’à déferler sur son minois. Elle craqua et extériorisa toute sa souffrance. Celle liée aux coups. Celle liée au fait d’avoir perdu définitivement son époux. Celle liée au fait d’avancer dans un monde noir et lugubre. Celle liée au fait ne pas cesser de ressasser ses souvenirs avec Jay. D’avoir envie parfois de l’appeler au secours. Pour qu’il revienne en ville. Pour qu’il tente de raisonner son meilleur ami. Pour qu’il essaye de les sauver avant que le pire n’arrive. Là encore, Camilla ne disposait pas du courage nécessaire. Alors elle s’enfermait dans sa douleur. Elle s’enfermait dans ses mensonges. Et en se regardant dans le miroir de la chambre, elle réalisait surtout l’étendu des dégâts. La vision de son corps décharné lui donnait envie de hurler. De vomir. De faire sa valise pour quitter définitivement cet appartement. De stopper la déferlante infernale avant le coup final. Mais rien. Elle resta seulement paralysée. Les lèvres pincées dans une torpeur certaine. Une larme coincée dans la base de son oeil. Elle échappa un soupire avant de reculer. Sa main glissant contre son ventre. Celui qui aurait dû s’arrondir. Celui qui aurait dû voir un petit être grandir. Celui qui aurait dû réussir à sauver son mariage, à attendrir Riley, à lui donner l’illusion au moins pour quelques mois, qu’ils pourraient encore s’aimer et sauver leur union. Tu parles. Plus le temps avançait, plus la blonde était convaincue que le point de non retour avait été atteint depuis longtemps. Que plus rien ne réussirait à conjurer la colère et l’amertume. Que Riley ne redeviendrait pas ce type présent et aimant. Qu’elle n’aurait pas le droit à une seconde chance pour son mariage. Qu’elle était définitivement foutue.

Camilla ne voulait pas rester ainsi. Elle avait besoin de bouger. Elle avait surtout besoin de parler un peu à sa soeur. Pas de tout ça évidemment. Il en était hors de question. Elle avait seulement besoin de la retrouver, d’essayer de se rattraper après leur entrevue à l’hôpital. Elle avait besoin de lui prouver que sa présence comptait toujours autant et que son attitude n’était pas si volontaire que cela. Jade, c’était tout pour la blonde. Sa soeur. Son sang. Depuis leur enfance, elle avait tout le temps ressenti ce besoin viscéral de la protéger. De la soutenir. De lui apporter une présence coûte que coûte et cela peu importe les éléments extérieurs. Pourtant, depuis que son mariage prenait l’eau et que Riley se montrait aussi violent, la blonde s’était éloignée. Un peu plus à chaque seconde. Par dépit. Par cette non envie de parler de tout ça. Elle connaissait que trop sa cadette. Elle savait très bien que celle-ci serait capable de se rendre dans leur appartement pour faire la peau à Riley. Pour le dénoncer aux autorités et risquer de briser sa carrière. Alors à tort ou à raison, elle mentait. Elle faisait en sorte que Jade ne se pose pas trop de questions. Elle tentait de se persuader que ça suffirait. Elle essayait par tous les moyens de pas l’inquiéter, de pas la faire souffrir plus. Enfilant, une marinière et un jean, Camilla passa un coup de brosse dans ses cheveux. Elle descendit au rez-de-chaussée pour attraper le petit panier rempli de muffins au chocolat. Les préférés de Jade. Puis, elle quitta l’appartement. Riley rentrait plus tard ce soir à cause de son travail. Ça lui offrait assez de répit pour espérer profiter de sa soeur. Il ne lui fallut que quelques minutes pour gagner la demeure familiale. Cette maison où elle avait grandi avec Jade. Cette maison qui regorgeaient de bons mais aussi de mauvais souvenirs. Cette maison dans laquelle, elle avait parfois envie de venir se réfugier pour couper court à la violence de son appartement. Elle se rendit dans le salon désespérément vide avant d’entendre un bruit à l’étage. Elle espérait de tout coeur y trouver sa soeur. Elle grimpa les marches une à une avant de s’avancer dans le corridor. En arrivant dans la chambre de la blondinette, celle-ci sursauta et manqua la crise de coeur selon ses propos. Camilla ne put réprimer un petit sourire taquin. Un sourire qui ne tarda à disparaître avec la suite des paroles de Jade. Elle lui en voulait. Comment est ce que ça aurait pu être différent ? La blonde lâcha un soupire. « Ecoute. Je suis désolée, okay ? J’étais sonnée, fatiguée. J’avais qu’une envie, celle de rentrer me reposer. Je t’assure que c’est tout. Je vais bien. Regarde. J’ai l’air en si mauvaise forme que ça ? » Demanda-t-elle. « Et fais attention à ce que tu vas dire avant de me vexer. » Encore une fois, la demoiselle cherchait à faire bonne figure, à user de l’humour à un moment inopportun, à tenter de faire gober à sa soeur que tout allait bien. Elle se rapprocha du bureau de celle-ci déposant le panier d’osier dessus. « Je t’ai fais tes muffins favoris. T’es plus en mesure de m’en vouloir, non ? » Le regard de l’infirmière se fit plus tendre alors qu’elle recula pour prendre place sur le lit de sa soeur. Elle avait seulement envie de passer du temps avec. Pas de parler de ses erreurs, de Riley, des bleus sur son corps et tout le reste. Elle voulait seulement pouvoir oublier, rire, plaisanter sans craindre de se prendre le coup de trop en plein visage. « On fait la trêve pour passer une journée entre soeurs alors ? » Demanda Camilla en souriant sincèrement à sa soeur. Ça allait passer. Ou Casser.

_________________
☆ ☆ do you remember we were sitting there by the water? you put your arm around me for the first time. you made a rebel of a careless man's careful daughter. you are the best thing that's ever been mine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité




MessageSujet: Re: (jade&camilla) ✯ could you be honest, could you be true?   Mar 12 Aoû - 2:10

could you be honest, could you be true?
jade & camilla
Tu regardes autour de toi, toutes les décorations sur tes murs, ces images et ces souvenirs, et tu te cherches à travers tout ça, sans être certaine de te voir véritablement. Depuis que ton père est décédé, tu n'as rien touché de la maison, encore moins de ta chambre. Comme si tu ne voulais pas que les choses évoluent malgré l'absence pesante de cet homme tellement important dans ta vie. Le problème à vouloir garder les choses intactes, c'est que malgré tout, elles ne réflètent plus la réalité, ta réalité. Et ça te fait mal de voir comment tu as changé dans cette dernière année, dans une direction que tu as du mal à suivre. Tu te sens poussée, bousculée d'un côté et de l'autre, sans jamais être capable de t'accrocher à quoique ce soit. Auparavant, tu aurais t'accrochée à Camilla, mais dernièrement, elle semblait faire partie des choses qui avaient changé, malgré ce qu'elle ne cessait de prétendre lorsque tu osais aborder le sujet avec elle. C'était venu briser quelque chose entre vous deux, un petit quelque chose de plus qui s'éparpillait sous tes yeux, alors que tu demeurais impuissante, incapable de sauver la situation. Et plus les semaines filaient sous vos yeux, plus vous vous éloigniez l'une de l'autre, à ton plus grand regret. Plus de temps, plus de patience, plus de rien. Que des conversations vides de sens ici et là, une fois de temps en temps quand ça semblait rentrer dans votre agenda. Pas que vous ne vouliez plus voir voir, mais tout jouait contre vous, elle et toi inclut dans la putain d'équation. Alors quand tu avais su pour ta sœur, quand tu avais appris qu'elle était dans l'hôpital même où tu étais en stage, tu avais paniqué. Prête à imaginer le pire, comme tu le faisais tout le temps. Et de la voir couchée dans ce lit d'hôpital, tu angoissais. Tu ne pouvais pas t'empêcher d'imaginer que comme ton père, elle pourrait t'être enlevé à tout moment et comme une idiote, tu n'arrivais même pas à prendre un peu de temps pour elle. Sauf que sa réaction t'avait blessé, cette manière impersonelle et radicale d'ignorer le problème et de te chasser de son environnement, ça t'avait drôlement peinée. Alors de l'avoir maintenant devant toi dans ta chambre, c'était un peu plus que tu étais en mesure de prendre à l'instant. Parce que même si tu t'inquiétais terriblement pour elle, tu lui en voulais aussi. De ne plus avoir assez de temps et d'énergie pour être tout simplement ta sœur. « Écoute. Je suis désolée, okay? J'étais sonnée, fatiguée. J'avais qu'une envie, celle de me reposer. Je t'assure que c'est tout. Je vais bien. Regarde. J'ai l'air en si mauvaise forme que ça? » Tu l'as détaille du regard, de haut en bas. Son corps est frêle, mais ce n'est pas nouveau. Les filles Halstead sont connues pour être faites petites, pourtant, tu as l'impression que ta sœur a perdu quelques livres et ce n'est qu'une inquiétude de plus sur ta longue liste. Elle veut sourire, tu sais que c'est ce qu'elle tente de faire à l'instant, dédramatiser la situation, mais t'as pas envie de tomber dans son piège, pas une fois de plus. « Et fais attention à ce que tu vas dire avant de me vexer. » « T'as une sale mine Cam. » Ta voix est monotone, directe, avec un soupçon de colère. Tu en as marre qu'elle se moque de toi alors tu as bien l'intention de lui faire comprendre. « Oh, s'cuse-moi, j'croyais qu'on était maintenant à l'ère de 'j'me fiche de vexer la frangine,' Pardonne-moi. » Tu sais que tu devrais faire attention, que tu en mets probablement plus que nécessaire. Sauf que tu es tannée, épuisée de cette situation et tu n'as plus envie de jouer la petite sœur gentille qu'on peut tasser et reprendre quand bon nous semble, sans trop d'explications. Tu veux plus, tellement plus. Et si ta sœur n'est pas prête à te donner les réponses que tu recherches, alors de ton côté, tu n'es pas prête à faire semblant de rien.

« Je t'ai fais tes muffins favoris. T'es plus en mesure de m'en vouloir, non? » L'odeur est agréable dans la pièce, Camilla sait décidemment comment te prendre par les sentiments. Normalement, tu aurais plongé la main dans le panier, tu lui aurais offert un sourire en hochant positivement de la tête avant de prendre une grande bouchée. Aujourd'hui pourtant, t'es plus vexée que tu n'en as l'air et tu es tannée de tout ce qui se trame autour de toi. Il y a quelque chose qui se passe, quelque chose de grave sous tes yeux que tu ne comprends pas, que tu ne saisis pas, mais qui t'inquiète malgré tout. Et tu ne peux t'empêcher de te dire que Camilla te cache quelque chose, qu'elle te ment, mais tu n'arrives pas à mettre le doigt sur la source du problème. Bien que ton aînée n'ait pas vraiment tentée de t'aider, bien au contraire. « J'suis pas un homme, tu peux pas m'acheter par l'estomac. » Tu connais le truc, tu l'as si souvent utilisé toi-même quand tu étais encore avec Isaak. Tu n'étais pas une cuisinière hors-pair, mais tout comme ta sœur, tu aimais cuisiner des pâtisseries, surtout pour te racheter d'une petite bêtise dite ici et là. Mais la bêtise actuelle était trop grande, la suite de trop d'évènements inexpliqués et un muffin n'est rien. Rien du tout. « On fait la trève pour passer une journée entre sœurs alors? » Tu es toujours assise à ton bureau, elle est toujours dans le cadre de porte de ta chambre. Normalement, tu aurais sauté sur l'occasion, heureuse comme une gamine à qui on offre sa friandise préférée. Ça fait tellement longtemps que vous n'avez pas passé ne serait-ce qu'une après-midi de qualité ensemble, ça te fait presque mal de répondre négativement à cette invitation. « Non. » Tu pourrais t'en tenir à ça et attendre qu'elle sorte de la maison, probablement déçue et confuse de ton comportement plus froid qu'à l'habitude. Mais de cette façon, tu n'aurais pas plus les informations dont tu as besoin, tu ne serais pas plus avancée sur ce qui te tracasse vraiment. Alors tu te dis que maintenant est le meilleur moment, elle est déjà là de toute façon et elle semble vouloir se faire pardonner pour son comportement de ce matin, alors tu en profites. Peut-être que cette fois, elle va vraiment t'écouter. « Je m'inquiète pour toi Cam, sincèrement. Je t'aime d'amour et j'adore tes muffins, là n'est pas le problème, tu le sais bien.. » Tu te lèves de ton bureau, t'approche finalement d'elle. Tu aperçois de plus près les traits tirés de son visage, la fatigue qui semble la ronger, qui lui rajoute des années qu'elle n'a pas. « Mais il se passe quelque chose avec toi récemment, je le sais. Il y a quelque chose que tu ne me dis pas. Et puis, tous ces petits accidents.. » Tu ne veux pas t'imaginer le pire, mais tu ne peux pas t'en empêcher. Tu es proche d'elle, mais tu as peur de la toucher, peur de lui faire mal. « J'me fais beaucoup de soucis pour ma grande sœur. » Ta voix est plus douce désormais, pleine d'une tendresse que tu n'éprouves vraiment que pour elle désormais. Elle est tout ce qu'il te reste vraiment, ta chair et ton sang. Ta plus précieuse. Et tu ne veux pas la voir disparaître sous tes yeux sans rien dire.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas


avatar

BROKEN HEARTED GIRLthe broken dreams take everything.


→ messages : 6323


don't let me go.
memo:
contacts:

MessageSujet: Re: (jade&camilla) ✯ could you be honest, could you be true?   Sam 16 Aoû - 20:51

Les mensonges. Putain de mensonges que Camilla versait depuis bien longtemps maintenant. Depuis que la violence de Riley avait commencé à se faire ressentir. Depuis que les coups pleuvaient et que Camilla se retrouvait à les essuyer. Au début, elle avait cru aux excuses de son époux. Elle se disait que c'était une mauvaise passe. Que ça finirait par passer. Qu'ils réussiraient à surpasser leurs difficultés. À chaque fois l'homme lui servait les même phrases. Les même excuses. Il lui expliquait que c'était pas sa faute. Qu'il se contrôlait pas. Que sa colère l'emportait. Que Camilla était responsable parfois. Parce qu'elle avait osé porter une robe. Regarder un autre un peu trop longtemps. Parce qu'elle avait osé évoquer Jay et leur passé encore trop incisifs. Alors les coups tombaient. Des claques. Des gifles. Des coups de poings. Des coups de pieds. Son cœur devenait de plus en plus meurtri et la blonde n'avait pas d'autre choix que d'accepter. Quand il revenait, les yeux tristes, les lèvres tendres, cherchant à obtenir le pardon de la demoiselle, ça marchait. Parce que Camilla ne savait pas l'éloigner. Ne savait pas se rebeller. Encore moins prendre le risque de partir. Elle était convaincue que l'homme finirait par la retrouver. Qu'il finirait par lui faire payer cette pseudo rébellion. Que tout ceci ne pourrait que finir de la pire des manières. Alors, elle préférait opter pour le silence. Face à ses collègues. Face à ses proches. Et surtout face à sa sœur. Des mensonges que la blonde avait de plus en plus de mal à soutenir. Car les bleus sur son corps devenait parfois plus croissants. Parce que sa cadette n'était pas dupe. Parce que leur dernière entrevue l'avait bien démontrée. Camilla perdant cet enfant. Camilla meurtrie par une énième bousculade de Riley. Comme à chaque fois, la blonde avait préféré opter pour des phrases surfaites. Des phrases bonnes qu'à sauver les apparences. Bonnes qu'à innocenter son époux. Ça lui faisait mal de mentir comme ça. Une envie de vomir remontant à chaque fois. Pourtant ses lèvres y arrivaient pas. À crier la vérité. À avouer que Riley était un monstre. Que tous ces bleus, c'était pas le fruit d'une chute ou d'un malheureux accident. Que Camilla évoluait au cœur d'un enfer et que rien pouvait l'éloigner de ça. Dieu sait que parfois, elle voulait crier. Elle voulait composer le numéro de sa sœur et se laisser aller à des confessions. Elle voulait avouer toute la vérité en rêvant de pouvoir échapper à son bourreau. Et comme bien souvent, Riley revenait avec de jolis fleurs. Des jolis mots. La blonde assez idiote pour le croire et accepter la situation. Elle prenait le risque de rester. Le risque de crever un jour sous les coups de son époux. De perdre tous les gens autour d'elle. De perdre ceux qui cherchaient pourtant à l'aider. À lui donner la force nécessaire pour se confier et arriver à décrocher de tout ça. Camilla n'était plus qu'un vulgaire pantin. Celui de Riley. Celui d'un homme qu'elle ne reconnaissait même plus. Et Jade, l'avait bien compris.

Alors comme une idiote, Camilla crût bon de penser que quelques muffins et des phrases toutes faites suffiraient à calmer les questions de sa cadette. Là encore, c'était faux. Totalement faux. Y avait qu'à voir comment la blondinette en fasse refusait de capituler. Déterminée à connaître la vérité. À ne pas laisser son aînée la bercer d'illusions complètement absurdes. Alors Camilla devenait de plus en plus nerveuse. Elle essayait pourtant de ne rien montrer. Ses traits placides au possible. Son regard à peine capable de soutenir celui de la petite blondinette. Debout, près du bureau, la demoiselle restait en retrait. Sa respiration s'emballant à mesure que Jade parlait. Elle insistait. Elle mettait en évidence ce que les autres voyaient aussi. La fatigue croissante de la concernée. Ses traits tirés. Sa façon d'avoir un regard trop fuyant. Cette idée que quelque chose clochait forcément. Cette idée qu'elle mentait. Encore et encore. Elle avait mal Camilla. Mal de voir sa sœur s'inquiéter de la sorte. Mal de ne pas réussir à la rassurer. La protéger de tout ça. Mal de devoir faire semblant. De devoir tolérer la violence de Riley pour mieux la passer sous silence. La demoiselle marqua une légère pause suite aux propos de sa cadette. Le silence revenait à la charge dans la chambre. Elle sentit ses phalanges se recroqueviller contre le bureau alors que ses yeux clairs détaillèrent ceux de la blonde. Elle avait ce poids sur le cœur. Ce poids qui faisait mal. Ce poids qui venait la tirer vers le bas. Ce poids qui la rendait dingue. De seconde en seconde. De minute en minute. Et d'heure en heure. « Jade s'il te plaît. » Commença-t-elle finalement à souffler. La blonde tenta d'esquisser un petit sourire. Elle voulait la rassurer. Du moins tenter de le faire, même si ça fonctionnait jamais vraiment. Haussant les épaules, elle essaya de maintenir les illusions du mieux possible. Juste pour que ça dure. Juste pour que ça suffise à la calmer. À la faire se stopper dans toutes ses questions. Camilla ne tarda pas à reprendre la parole, les lèvres un brin pincées. « Je t'ai dis ce qui se passait. » Expliqua-t-elle en reprenant dans la foulée. « Le boulot m'épuise. Je suis maladroite et ça aussi tu le sais. Des chutes, tout le monde en fait. » Un mensonge de plus. Oui, les gens chutaient parfois. Mais pas comme ça. Pas quand ses bras et ses cuisses se voyaient recouverts de bleus. Pas quand son cou devenait plus bleu que clair. Elle le voyait de ses propres yeux face au miroir. La demoiselle se rendait presque compte que ses excuses ne rimaient plus à grand chose. Lasse, elle laissa un premier aveu filtrer. À tort ou à raison. Comme ça. Sans vraiment le savoir. Sans vraiment le calculer. « Puis, avec Riley, c'est parfois un peu compliqué. Son travail. Le mien.  Il est souvent en colère avec tout ce qu'il doit endurer là-bas. » Façon quasiment déguisée de lui dire que oui, il faisait répercuter tout ça sur son corps trop frêle. Sur son visage trop doux. Camilla réalisa presque son aveu. Alors elle se mit à rire. Nerveusement. Un sourire mensonger gravitant sur ses lèvres. Son regard fuyant alors qu'elle entama quelques pas dans la chambre. Lorsque la blonde se retourna vers Jade. Ses yeux brillaient alors qu'elle souriait sans même savoir pourquoi. Sans aucune envie au fond. « Mais c'est pas sa faute tu sais. » Qu'elle soufflât comme pour se rattraper. Comme pour sauver la peau de Riley – encore. Comme pour lui faire comprendre que tout ça, n'était qu'un malheureux concours de circonstances. « Je veux que tu me fasses confiance.  Je sais ce que je fais. Je sais aussi que si j'avais réellement un problème, je viendrai t'en parler. » Expliqua-t-elle dans un ton plein de douceur à sa cadette. Juste pour la convaincre. Juste pour qu'elle ne relance pas la discussion. Juste pour que tout ce vacarme dans son esprit cesse enfin.

_________________
☆ ☆ do you remember we were sitting there by the water? you put your arm around me for the first time. you made a rebel of a careless man's careful daughter. you are the best thing that's ever been mine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité




MessageSujet: Re: (jade&camilla) ✯ could you be honest, could you be true?   Lun 25 Aoû - 0:52

could you be honest, could you be true?
 jade & camilla
Des excuses, toujours des excuses. Et à travers ce monde où tout semble avoir une justification, une raison d'être, un petit truc qui explique le pourquoi du comment, tu te demandes jusqu'où on peut aller pour s'excuser toutes les petites choses qui ne font pas plaisir autour de nous. Des excuses pour justifier une erreur, alors qu'au final, malgré l'explication, l'erreur peut être coûteuse, voire même fatale, particulièrement dans le domaine de la santé, domaine que Camilla et toi côtoyez toutes les deux depuis quelques années déjà. Tu aurais cru qu'elle, plus que tout le monde, comprendrait pourquoi tu détestes les excuses, les justifications, les comment du pourquoi. Il y avait une procédure à suivre, et à ton sens, tu te devais de la suivre puisqu'il devait bel et bien avoir une raison à son implantation. Les relations personnelles devaient, à ton avis, suivre aussi ses règles non-écrites, sans en déroger, tout au plus, le moins possible. Sauf qu'avec Camilla désormais, ce n'était qu'excuse après excuse, vérité non-dite après mensonges passagers, pour rassurer son entourage. Tu le voyais bien dans ses yeux dernièrement qu'elle n'était plus honnête avec toi, du moins, pas comme elle avait pu l'être auparavant. Et de la manière qu'elle agissait avec toi, c'est comme si elle s'entendait à ce que tu réagisses pas à ce changement, que tu t'en foutes, alors que tu es exactement le genre de personne à prendre et à mettre le bonheur des autres et le mettre devant le tien. Alors tu peinais, difficilement, à la suivre, à lui pardonner son comportement étrange, toutes les annulations à la dernière minute, les explications miteuses pour des accidents qui semblent être parfois plus que ce qu'elle veut en dire. La dernière chose que tu veux faire, c'est remettre sa parole en doute. Tu adores Camilla, voir même que tu l'as vénère, et de croire qu'elle te cache quelque chose, ça te brise litéralement le cœur. Mais tu ne vas pas fermer les yeux tout simplement parce qu'elle te le demande, parce que c'est plus facile ainsi. Tu n'as jamais été ainsi, à prétendre, à faire semblant. Ou du moins, tu ne l'avais jamais été avant. Avant que ton père ne meure. Avant qu'il ne laisse un trou géant dans ta vie. Avant qu'il ne te laisse avec cette peine que tu ne sais pas gérer, qui te colle à la peau. Alors oui, parfois, tu fais comme Camilla. Tu prétends que ça va mieux. Que tu n'as pas mal constamment de te souvenir à chaque minute que ce nouveau défi que tu viens de réussir, tu ne pourras pas le partager avec ton meilleur ami, l'homme le plus important à tes yeux. Mais c'est une détresse avec laquelle tu sais vivre, qui ne laisse pas de marque sur ton corps, une fatigue qui ne paraît que par les poches sur tes yeux, rien de plus. Camilla, ce qu'elle cache, tu le vois, ça semble tellement gros, tellement demandant. Une douleur sur ses épaules, et tu voudrais aider, la soulager, mais elle t'en empêche, constamment. Et ça te frustre, ça te vexe. Ça te rajoute un poids à toi aussi, sur ce fardeau que tu traînes, silencieusement. « Jade s'il te plaît. » Tu soupires, t'es en train de t'énerver toute seule et ça te fâche encore plus de constater la réaction de ta sœur, si posée, encore un putain de faux sourire de poser sur les lèvres. « Je t'ai dis ce qui se passait. » « Non, tu m'as dis que ce tu veux me dire, ce que tu crois que j'veux entendre. » Ton visage est près du sien, tu ne peux t'empêcher de la dévisager, de la tête aux pieds. Elle ne se tient plus comme avant, tu peux voir physiquement tout ce poids qui la courbe, probablement sans même qu'elle s'en rende compte. Elle ne paraît plus fière et heureuse comme autrefois, non. Elle est recroquevillée sur elle-même, et t'as beau chercher pourquoi, tu ne saisis pas, ou du moins, tu ne veux pas comprendre. « Le boulot m'épuise. Je suis maladroite et ça aussi tu le sais. Des chutes, tout le monde en fait. » Mais vas-y Camilla, raconte-moi les mêmes conneries encore et encore, tu crois vraiment que je vais me contenter de t'écouter et faire comme s'il n'y avait que ça? Je t'ai connu toute ma vie, je sais qu'il y a quelque chose de louche, s'il-te-plaît, dis-moi. Let me in.

« Puis avec Riley, c'est parfois un peu compliqué. Son travail. Le mien. Il est souvent en colère avec ce qu'il doit endurer là-bas. » Soudainement, elle a toute ton attention. Parce que c'est la première fois en un long moment que tu entends parler du mari de ta sœur, vraiment. Parce que ça te fait un pincement au cœur, d'entendre dire qu'il se met en colère. En colère comment? Jusqu'à quel point? Soudainement, il y a une peur qui se crée dans le fond de ton ventre et tu ne peux pas la taire. Il y a des mots qui se forment dans ton esprit, une question que tu as peur de poser, mais que tu ne retiens pas. Parce qu'il y a des doutes dans ta tête depuis quelques temps déjà et tu as bien beau vouloir les tasser, en ce moment, tu ne peux juste pas faire comme si de rien était. Pas lorsqu'elle t'ouvre la porte grandement ainsi. « Et il passe sa colère après toi, c'est ce que tu dis? » Et tu les imagine, au milieu de la cuisine, à s'engueuler pour des raisons plus stupides les unes que les autres. Crier, simplement parce que ça enlève une tension, sans même qu'on s'en rende compte. Mais ton imagination vagabonde, tu l'imagines aller trop loin, ne serait-ce qu'une fois. Et t'es incapable de croire que Camilla se laisserait faire ainsi. Tu veux croire qu'elle se défenderait, qu'elle dirait quelque chose. Tu veux croire qu'elle n'est pas si naïve que ça. Peut-être que c'est pour ça que tu refuses de voir tous les éléments qui se retrouvent sous tes yeux, si révélateurs à la fin. « Mais c'est pas sa faute tu sais. » « Pourquoi est-ce que tu l'excuses Cam? T'es pas un punching ball. T'as pas à endurer ses humeurs seulement parce que son boulot est difficile. J'veux bien croire que vous êtes mariés, et que t'as signé pour les hauts et les bas, mais il y a des limites. Et il faut que tu les imposes. » C'est ce qui te fait le plus peur dans tout ça, savoir si oui ou non, elle impose des limites, qu'elle s'impose. Tu connais Riley, du moins, ne serait-ce qu'à force de l'avoir côtoyé au côté de ta sœur, et tu sais que même sans le connaître parfaitement, il est un homme au caractère fort. Mais Camilla aussi à du caractère, celle que tu connais, elle ne se laisse pas marcher sur les pieds, elle ne se laisse pas faire. Tu y crois si fort si naïvement. « Je veux que tu me fasses confiance. Je sais ce que je fais. Je sais aussi que si j'avais réellement un problème, je viendrais t'en parler. » Tu hoches la tête vaguement. Ta main trouve inconsciemment celle de ta sœur, comme lorsque vous étiez encore gamine et que tu t'accrochais à elle pour ne pas te perdre dans la foule. « C'est là que je doute Cam. Tu me disais tout avant, ou du moins, j'aime bien me faire croire qu'on avait pas de secret l'une pour l'autre. » Ta voix est douce aussi, elle n'est plus empreinte de ce sarcasme et de cette dureté qu'elle avait au début de votre échange. Tu n'as pas envie de te battre avec elle, t'as seulement envie qu'elle te laisse une petite place dans sa tête, dans ses problèmes, quels qu'ils soient. « Mais j'le vois bien que quelque chose ne va pas, et j'peux pas te forcer à te confier, mais j'déteste le fait que tu me repousses sans cesse. J'trouve ça difficile. Parce que j'ai plus que toi, tu sais? » C'était bien la triste réalité désormais. « Sans papa, sans Jay, sans Isaak. J'ai plus que toi Cam. »  
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas


avatar

BROKEN HEARTED GIRLthe broken dreams take everything.


→ messages : 6323


don't let me go.
memo:
contacts:

MessageSujet: Re: (jade&camilla) ✯ could you be honest, could you be true?   Dim 31 Aoû - 14:32

Camilla avait toujours veillé sur sa sœur. Déjà lorsque ce n’était qu’une gamine, elle avait prit l’habitude de le faire, aimant jouer le rôle d’une seconde mère pour cette dernière. Les deux sœurs étaient liées d’un lien fort et inexplicable. Depuis toujours. Et ce lien n'avait fait que s'intensifier. La blonde se sentait obligée de surveiller sa cadette. De l'épauler dès que l'occasion se présentait. De la soutenir sans rien demander en retour. Quand les relations avec son père commencèrent à se détériorer, là encore Jade fut présente à son tour. Quand bien même cette dernière était proche de lui. Quand bien même les tensions entre Camilla et le patriarche Roseburry se faisaient plus nombreuses. Ça n'avait rien changé entre elles. La cadette de la famille ayant bien assez rapidement compris ce qui se tramait entre sa sœur et Jay. Ces sentiments inavoués. Ces sentiments à peine assumés. Jade avait parfois voulu en apprendre plus. Tenter de comprendre pourquoi le silence perdurait. Pourquoi Camilla n'était pas prête à parler et tout avouer à Jay. Pourquoi, elle avait pris la décision d'épouser un autre alors que son cœur appelait à l'aide son ami. Des questions souvent restées sans réponse. Parce que même elle ignorait comment y répondre. Son mariage, ça avait été une décision à moitié réfléchie. Jamais elle aurait imaginé se rapprocher autant de Riley. Surtout au dépend de sa relation avec Jay. Jamais elle n'aurait pu s'imaginer épouser un autre que ce dernier. Et pourtant c'était arrivé. Là encore Jade n'avait pas forcément accepté la chose avec le sourire. Mais ça avait pas empêché les deux sœurs de rester proches. De tout se dire. De se faire la promesse que rien ni personne ne pourrait venir entraver leur relation. Mais à présent, Camilla voyait bien le fossé qui se creusait. Et tout ça, c'était sa faute. À elle. Exclusivement. Parce qu'elle s'enfermait dans sa douleur. Parce qu'elle préférait se persuader que ça irait mieux avec le temps. Parce qu'elle préférait croire que Riley allait changer au milieu de tant de promesses jamais tenues. Parce qu'elle avait envie de se dire que demain serait un jour meilleur. Et surtout que Jade ne méritait pas de subir tout ça. Elle avait pas besoin de supporter les déboires de son aînée. Surtout après le décès prématuré de leur père. Après tout ce que ça engendrait. Alors la blonde avait opté pour le silence. Un silence qui devenait au final qu'un poignard bon à les blesser toutes les deux. Tout ça devait cesser. Mais la mécanique semblait trop engrangée. Et la blonde craignait de parler. Elle craignait de tout avouer et de payer un peu plus les conséquences face à son époux.

Pourtant, à demi-mots, Camilla ne put que réprimer des remarques presque bonnes à démontrer la violence de son époux. Elle avait pas voulu le faire en vérité. Elle avait seulement tenu à montrer à Jade, que ça passerait. Que tout ceci n'était qu'une mauvaise passade de plus. Que ça finirait par rentrer dans l'ordre. Qu'elle devait se détacher de ses inquiétudes et accepter de faire confiance à son aînée. Chose impossible évidemment. Comment est ce que ça aurait pu être possible. Comment est ce que ça aurait pu être suffisant. Alors quand elle reprit la parole, ses paroles claquèrent comme une nouvelle claque au visage. Sa sœur avait raison. Camilla n'avait pas signé pour ça. Elle n'avait pas signé pour être le pantin de Riley. Elle avait pas signé non plus pour perdre sa fierté au passage. Elle avait accepté oui, de vivre cette vie pour le meilleur et le pire. Mais de cette union au fond, il ne restait que le pire. Le pire qui se retraçait par des coups. Par des bleus. Par des cris. Une union qui foutait le camp de seconde en seconde. Et ça, la blonde ne pouvait plus le tolérer.  Pourtant elle restait. Elle était incapable de s'enfouir. Incapable de dire stop. Incapable de laisser son mari sur le carreau en se persuadant que la suite sera différente. Elle resta silencieuse et se contentât de fixer sa cadette qui continuait. Cette dernière lança presque un appel au secours à sa sœur. Elle essaya de lui démontrer qu'au fond, l'inquiétude continuait à rôder dans ses veines. Qu'elle pouvait pas s'empêcher de craindre le pire. Qu'elle avait perdu bien trop de personnes pour accepter que ce soit le cas avec Camilla. Qu'elle refusait de perdre l'unique personne qui lui restait. Touchée par les paroles de Jade, la blonde alla trouver refuge à ses côtés. Elle enlaça ses mains avec tendresse et l'amena contre son corps. «  Tu ne vas pas me perdre. Tu penses sérieusement que je vais t'abandonner ? Et disparaître ? Jamais. Tu es bien trop importante pour moi Jade. » Expliqua-t-elle avec sincérité. Malgré tout ce qui se passait avec Riley, Camilla ne prendrait pas le risque de la perdre. De se perdre aussi. Elle avait promis depuis des années de sans cesse veiller sur elle. De ne pas s'éloigner de sa sœur.  De ne pas détruire cette relation si particulière. « Je parlerais à Riley. Je te le promets. » Avança-t-elle sans même être certaine de pouvoir tenir sa promesse. Elle avait seulement envie de la rassurer et de lui montrer qu'elle ferait des efforts. « Tu sais. J'ai pas été la sœur parfaite. Depuis le départ de Jay, j'ai la sensation que tout fou le camp. Que ma vie prend une tournure peut-être à l'opposée de ce que j'imaginais. Et j'ai mal. J'ai mal en le réalisant. Mal en comprenant qu'il reviendra pas. »  Ses yeux se mirent à briller alors qu'une larme dévala contre sa joue. La blonde l'essuya d'un revers de la main avant de finalement esquisser un sourire. Elle voulait pas craquer. Encore moins montré ses faiblesses à Jade. Non par un manque de confiance. Seulement parce que la blonde méritait mieux. « Allez, on va pas se morfondre toute la journée non ? On vaut mieux que ça ! » Clama-t-elle d'une voix plus enjouée avant de reprendre. « Et si toi tu me racontais un peu ce qui se trame dans ta vie en ce moment ? » Et ça recommençait. Camilla essayant de détourner la conversation. Camilla essayant de passer à autre chose. Mais combien de temps allait-t-elle encore tenir ? Elle n'en savait rien. Hélas.

_________________
☆ ☆ do you remember we were sitting there by the water? you put your arm around me for the first time. you made a rebel of a careless man's careful daughter. you are the best thing that's ever been mine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité




MessageSujet: Re: (jade&camilla) ✯ could you be honest, could you be true?   Mar 2 Sep - 2:58

could you be honest, could you be true?
 jade & camilla
Un pas en avant, deux pas en arrière. En ce moment, c'est la danse que ta sœur semblait exécuter avec merveille. Elle te laissait une petite place, un petit indice, et soudainement, tu croyais que c'était la fin. La fin de cette ère où vous n'étiez plus tout à fait le duo que vous aviez été auparavant, ce duo que vous pourriez être si la vie cessait de se mettre entre vous deux. Sauf que chaque fois qu'elle t'ouvrait un peu la porte sur son univers, elle s'efforçait pout te pousser un peu plus loin de l'entrée, elle s'assurait de dévier la conversation, de ne pas trop en dire. Et ça t'énervait tellement, de t'en rendre compte, de réaliser comment elle fonctionnait avec toi depuis trop longtemps déjà, et de ne rien pouvoir y faire. Après tout, tu n'allais pas lui faire cracher les mots, tu ne pouvais pas l'obliger à te raconter ce qui se passe ou qui ne se passe dans sa vie. Tu ne pouvais qu'espérer qu'avec le temps, elle finirait par comprendre que ce qui t'importe le plus, c'est son bien être, c'est son bonheur. Qu'elle finirait peut-être par comprendre qu'on se sent toujours un peu mieux quand on peut parler de ce qui fait mal, de ce qui nous blesse, de ce qui nous garde réveiller tard le soir parce que ça nous occupe les pensées un peu trop fort. T'avais les pensées qui t'occupaient beaucoup dernièrement, et normalement, c'est vers ta sœur que tu te serais tournée pour parler. Sauf qu'en ce moment, ça ne semblait pas être le bon moment de lui parler de tes problèmes à toi, elle qui était désormais si secrète sur sa vie. Tu te doutais bien que quelque chose de gros ou de grave était en train de se produire, alors tu gardais le silence sur tes problèmes, tes petits bobos du quotidien, pour ne pas être un poids de plus sur ses épaules. Tu n'avais jamais aimé t'imposer sur quelqu'un, tu préférais de loin être l'épaule sur laquelle on pleure que celle en train de pleurer. Et puis, tu avais assez pleuré ces derniers mois, avec la perte de ton père et l'absence devenue presque naturelle d'Isaak. Tu en venais à la triste conclusion que tu n'avais pas besoin d'homme dans ta vie, du moins,pas de ceux-là. Du moins, c'est ce que tu te dis pour expliquer le fait que la vie t'en a arraché un des deux sans le moindre avertissement et que le deuxième ait été une source de peine et de cœur brisé, une leçon qui vaut mieux mettre dans le passé plutôt que de se la remémorer. Tu n'avais parlé à personne de votre rencontre avec Isaak à l'hôpital, et tu aurais le dire à Camilla, sauf que comme toujours, ça te paraîssait futile à côté de son accident qui l'avait emmené entre les quatre murs de ton milieu de travail. Une futilité parmi d'autres.

Tu parles avec une sincérité qui ne te ressemble pas trop. Non pas que tu as l'habitude de mentir ou quoique ce soit, seulement, t'es pas du genre à t'exposer ainsi normalement, à te mettre à nue sur tes sentiments et t'épancher longuement sur ce sentiment de solitude et d'abandon qui te colle à la peau récemment. Mais tu le supportes plus, c'est trop lourd. Comme un appel à l'aide et t'as besoin que Camilla t'entende, absolument. « Tu ne vas pas me perdre. Tu penses sérieusement que je vais t'abandonner? Et disparaître? Jamais. Tu es bien trop importante pour moi Jade. » Elle te serre fort contre elle, exactement comme quand tu étais gamine, et ça te fait du bien. Cet impression, ce sentiment que finalement, vous n'avez peut-être pas tout perdu. Qu'il y a encore de l'espoir pour Camilla et toi, qu'il y a encore une chance que vous vous en sortiez le plus indemne possible, de cet enfer qui a pris place dans vos vies. « Je parlerais à Riley. Je te le promets. » Tu lui offres un petit sourire que tu veux encourageant. Ton but ce n'est pas de mettre ton nez là où il n'a pas d'affaire à être, seulement, quand le bien-être de la personne qui compte le plus à tes yeux est en jeu, il te semble seulement évident que tu interviennes. « J'te force à rien Cam, c'est juste que j'ai l'impression que t'es plus heureuse en ce moment. » C'était direct, peut-être un peu trop, mais ça n'en demeurait pas moins une conclusion à laquelle tu étais parvenue récemment. Tu ne l'as voyais presque plus sourire, du moins, pas de ce sourire vrai et éclatant qu'elle avait quand Jay était encore dans les parages. Tu réalisais lentement que Jay avait été une partie importante de ta relation avec ta sœur, comme si son absence était venu creuser entre trou même entre elle et toi. Il te manquait plus que jamais, et tu voyais que c'était la même chose pour ton aînée, bien que tu te doutais que ce n'était pas exactement de la même manière, malgré ce qu'on aurait pu croire. « Tu sais. J'ai pas été la sœur parfaite. Depuis le départ de Jay, j'ai la sensation que tout fout le camp. Que ma vie prend une tournure peut-être à l'opposée de ce que j'imaginais. Et j'ai mal. J'ai mal en le réalisant. Mal en comprenant qu'il reviendra pas. » Tu voyais si facilement le mal que ça faisait à ta sœur de parler ainsi de Jay. Jay qui avait pris toute qu'une place dans votre vie, Jay qui vous avait été essentiel à toutes les deux à un moment ou un autre. Jay que tu voyais déjà comme beau-frère à la place de Riley auparavant. Pour toi, ça avait été pire qu'un choc, de réaliser que ça ne marcherait peut-être pas, entre Camilla et lui. Et pire ça avait été de comprendre qu'il était parti sans jamais regardé derrière. « Tu sais, Jay, c'était comme un frère pour moi.. J'ai toujours cru.. J'ai toujours cru qu'aujourd'hui, ce serait avec lui que tu serais mariée. » Tu ne sais pas trop pourquoi tu t'avances jusque là, pourquoi tu lui offres cette réalité alternative, tu devrais bien te douter que ce serait blessant. Pourtant, t'as laissé les mots sortir de ta bouche sans trop y penser. « J'dis pas ça parce que j'aime pas Riley ou quoique ce soit.. Mais t'as jamais été aussi heureuse qu'avec Jay, sans même être avec lui. » Tu l'as serres une fois de plus dans tes bras, t'as besoin qu'elle sente que tu es là pour elle, peu importe ce qui arrive. Sauf que tu commences à être habituée avec Camilla. Un pas en avant, deux pas en arrière. Et maintenant qu'elle s'était un peu confiée à toi, elle était prête à te faire reculer. « Allez, on va pas se morfondre toute la journée non? On vaut mieux que ça! » Tu tentes un sourire. Elle a tellement besoin de se convaincre même quand ce n'est pas vraiment pas le cas, t'es pas pour lui enlever le peu de choses qui la font tenir debout après tout. « Et si toi tu me racontais un peu ce qui se trame dans ta vie en ce moment? » Tu hausses les épaules, l'air un peu pensive. Tu hésites à savoir si tu lui parles de ce qui s'est passé à l'hôpital avec Isaak. Ou alors, si tu lui racontes tes drôles d'aventures avec Mr. Di Mattei. Mais t'aurais bien trop peur qu'elle te dise de te dénoncer au staff de l'hôpital ou qu'elle soit en désaccord avec les faveurs que tu as attribué à l'homme. Alors pour une fois, ça te semble plus approprié de parler de garçons. Étonnamment. « J'ai croisé Isaak la semaine passé, à l'hôpital. Il s'était brûlé, j'ai dû faire ses bandages. » Tu essayes de parler le plus possible nonchalemment. T'as pas envie que ta sœur remarque à quel point ça t'a mélangée de l'avoir à nouveau si près de toi, tellement que tu t'es inventée un copain. Alors rapidement, tu changes le sujet à ton tour. « Sinon, c'est plutôt tranquille. Maman aimerait bien que tu passes plus souvent, je crois qu'elle se sent plutôt seule dans cette maison. »
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas


avatar

BROKEN HEARTED GIRLthe broken dreams take everything.


→ messages : 6323


don't let me go.
memo:
contacts:

MessageSujet: Re: (jade&camilla) ✯ could you be honest, could you be true?   Dim 5 Oct - 17:05

Désabusée. Perdue. A bout. Camilla venait de passer par un lot d’émotions. Les larmes encore présentes. Ses joues laiteuses marquées par cette douleur exacerbée. Cet aveu déguisé. Aveu qui n'en était pas un au final. Aveu qui ne quittait pas de manière définitive les lèvres de la blonde. Une violence capable de tout balayer sur son passage. Une violence qui effritait son mariage de seconde en seconde.  Des promesses à l'époque. Des espoirs déchus. La blonde avait longtemps désiré taire tout ça. Ne pas en parler. Ne pas l’évoquer. Rendre tout ça irréel pour ne pas l’affronter. Ça avait été plus simple. Surtout lâche en fait. Mais la donne demeurait trop difficile à accepter. Parce qu'elle réalisait que Riley ne redeviendrait pas l'homme d'avant. Qu'il foutait tout en l'air sur son passage. Qu'il était incapable de réaliser le mal causé. Ou même de comprendre qu'il avait tué l'enfant que la blondinette portait. Longtemps, elle se demanda comment tout ceci avait pu arriver. Eux amoureux. Eux tentant de lutter contre le souvenir de Jay. Eux avançant malgré tout. Eux cherchant à se persuader que la vie continuait et qu'il en était ainsi. Et finalement l’achever sans s’en rendre compte. C’était pathétique. Aberrant même. Lors de la première marque de violence, la jeune femme avait sentit son coeur se dérober à l’instant. Elle avait perdu toute once de respect pour sa propre personne. Elle avait fini par se rendre responsable – estimant que tout ceci était sa faute. Qu'elle était responsable des coups reçus. Qu'elle devait changer pour moins énerver l'homme. Puis à chaque fois qu'elle était un peu trop jolie pour sortir ou trop longue à rentrer, les craintes remontaient. Elle avait peur. Peur de l'énerver. Peur de le voir encore s'énerver un peu plus. Peur de ne plus tenir le coup.  Elle redoutait son regard. Elle craignait d’y lire du dégoût. De la rage.  Une colère qui finirait par s'abattre sur son corps trop frêle. Une colère que Riley maîtrisait à merveille maintenant. Elle se souvenait de sa sortie de l'hôpital après la perte de son enfant. Elle avait parcouru ce long corridor pour atterrir dehors aux côtés de son époux. Il y avait ce vent glacial. ; Vent frappant son visage. Vent marquant ses traits tirés. Oxygène qui redevenait reine dans tout son être. Puis elle avait eu envie de courir. De toutes ses forces. Aussi vite que possible. Au point de perdre le fil de sa respiration. Au point que des larmes auraient pu couler. Elle avait eu envie de pleurer. De hurler sa colère. De se dire que tout ceci n'était qu'un cauchemars. Que ça finirait par se calmer. Qu'elle retrouverait le bonheur d'antan. En vain. Parce que ce bonheur existait plus. Et Camilla devait faire semblant au quotidien. Semblant de tenir le coup. Semblant d'être heureuse. Semblant de pas avoir envie de s'effondrer à chaque seconde qui passait. Semblant de pas chercher à se tirer de cette situation chaotique. Devant tout le monde. Surtout Jade. Car après tout ce qu'elles avaient dû traverser, c'était bien la dernière personne qui méritait de souffrir et de devoir endurer tout ça – encore.

Pourtant sa sœur n'était pas dupe. Elle avait bien compris. Compris que Riley n'était pas le mari idéal. Et par dessus tout que Camilla n'était pas heureuse. Quand sa cadette commença à parler de Jay, le cœur de l'infirmière se pinça dans la foulée. Elle ne pouvait pas. Elle ne pouvait pas supporter d'entendre ce prénom. De repenser à leurs souvenirs. De réaliser qu'il était parti sans jamais avoir eu envie de revenir. Camilla avait rêvé des centaines de fois de le voir revenir, de pouvoir lui parler, chercher des explications, tenter de comprendre les raisons de son départ. En vain. Parce que de leur relation, il ne restait que des zones d'ombre. Il ne restait que des non dits. Que des phrases masquées par le silence. Plus Jade continuait, plus Camilla menaçait de s'effondrer. Parce que les propos de sa sœur étaient véridique. Parce que la blonde elle-même avait voulu rêver de ça. D'un mariage avec Jay. D'être assez courageuse pour lui avouer ses sentiments. D'oser franchir le pas et risquer peut-être de tout briser. Elle aurait dû le faire. Elle aurait dû tenter de le réanimer et de la sortir de sa torpeur avec cet aveu. Peut-être qu'à présent tout serait différent. Peut-être qu'à présent, ils auraient pu être heureux ensemble. Mariés. Prêts à fonder une famille. Prêts à en découdre avec tout le reste. En vain. Parce qu'au final, Camilla avait dû apprendre à vivre sans lui. Et c'était la pire chose à faire. Vivre sans l'être aimé. Vivre sans celui qu'elle considéré comme son seul et unique grand amour. La gorge nouée, la blonde se contentât d'abord de fixer sa cadette avant de finalement reprendre la parole. « Jay c'était...c'était un chapitre important de ma vie. Ça l'est encore. Et tu sais, ça me tue. De devoir vivre sans lui. De devoir me demander à chaque seconde ce qui lui est passé par la tête pour se barrer comme ça. » Expliqua-t-elle avec une grande sincérité. Elle chercha à faire bonne figure. Elle voulait pas s'effondrer malgré sa voix tremblante. « J'aime Riley. Mais la vérité c'est qu'il ne sera jamais Jay. Et qu'au fond, je pourrais jamais m'empêcher de me demander ce qui aurait pu se passer si j'avais ouvert mon cœur à ce dernier. » Camilla disait vrai. Elle avait envie de faire semblant. Ni même de cacher ça à  Jade. De toute façon cette dernière devait aisément s'en douter. De ce que Jay représentait. De ce qu'il aurait pu lui apporter. Pensive, la blonde continuait d'écouter sa sœur. Elle évoqua Isaak avant de parler de leur mère. Une mère qui semblait ressentir un peu plus les absences de Camilla. Cette dernière laissa un soupire filtrer hors de ses lèvres avant de reprendre. « Et comment ça se passe avec lui ? » Evidemment que la blonde était curieuse. Surtout parce qu'elle cherchait à protéger sa cadette. Parce qu'elle ne voulait pas qu'il lui arrive quelque chose. La blonde reprit la parole dans la foulée. « Je sais Jade. Peut-être qu'on pourrait se programmer une soirée avec maman ? Autour d'un bon plat à simplement profiter de ce moment. Je suis sûre que ça pourrait lui faire plaisir. » Soufflât-t-elle avant de reprendre. « Et ça me ferait plaisir à moi. » Pour couper court à son monde trop chaotique. Pour la retrouver. Et surtout pour continuer d'espérer que quelqu'un réussira à la sauver.

_________________
☆ ☆ do you remember we were sitting there by the water? you put your arm around me for the first time. you made a rebel of a careless man's careful daughter. you are the best thing that's ever been mine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité




MessageSujet: Re: (jade&camilla) ✯ could you be honest, could you be true?   Sam 8 Nov - 7:07

could you be honest, could you be true?
jade & camilla
Une discussion. Une vraie. Il y avait longtemps que ce n'était pas arrivé avec Camilla. Récemment, tout semblait tourner autour de non-dits et de faussetés, simplement dans le but de taire le véritable problème. Tu sais qu'il y en a un, même si on ne te le dit pas. T'es pas dupe Jade, t'as toujours été plus intelligente que la moyenne même. Sauter des classes, ça t'avait poussé à devenir mature plus rapidement, ce qui n'était pas un mal dans un sens, mais ce qui avait aussi probablement expliqué pourquoi tu n'avais jamais été le genre à faire des folies. Toujours la petite fille sage, un brin naïve, mais bien plus allumée qu'elle ne peut le paraître. C'est bien beau l'apparence de la petite blonde un peu niaise, c'est le parfait camouflage pour celle derrière, qui en comprend bien plus, qui se rend compte des détails, qui s'acharnent sur les éléments manquants, sur ses mensonges masquées. Alors tu vois plus chez ta sœur qu'elle n'est prête à l'admettre, et ça te torture, de chercher à comprendre ses petits trucs qu'elle souhaite tant garder pour elle. Ça te torture et ça te fait mal, même si tu sais qu'elle a bien le droit à son jardin secret, à sa petite bulle, à son monde à elle. Elle vieillit après tout, elle est mariée, elle a son quotidien. Dans un sens, elle n'a peut-être plus le temps ni la place pour une petite sœur collée contre elle en permanence. Ça fait peut-être partie du cercle de la vie, à ce sujet, t'en sais trop rien. Tu t'étais toujours imaginée qu'elle et toi, ça serait plus fort que tout. Plus fort que l'amour, plus fort que l'amitié, parce que le sang, on ne peut pas le renier, on ne peut pas lui tourner le dos. Mais peut-être qu'au fond, son attention est tourné vers sa nouvelle famille. Vers Riley, dont elle porte le nom aujourd'hui. Peut-être que si tu avais toujours quelqu'un dans ta vie et que c'était aussi sérieux qu'eux, tu comprendrais. Peut-être que tu fais faux bond sur toute la ligne aussi. Peut-être que le timing est pourri. Peut-être qu'elle t'aime toujours autant et que tu te fais des idées Jade. Peut-être que t'es parano. T'as toujours été insécure, et ça te pèse. Tu voudrais avoir confiance, envers toi-même mais particulièrement envers les autres. Savoir que le problème ne vient peut-être pas de toi, mais plutôt des circonstances. Ça te fait du bien, quand on te dit qu'on t'aime Jade, particulièrement quand cela vient des lèvres de la plus vieille des Halstead. Comme un baume sur le coeur, une réassurance dont tu ne devrais pas avoir besoin, mais qui t'est tout de même essentiel. Tu voudrais que ce soit comme aujourd'hui en permanence : à coeur ouvert. Mais tu peux toujours rêver. C'est pas encore interdit ça dans notre monde, d'espérer pour le mieux.

« Jay c'était … c'était un chapitre important de ma vie. Ça l'est encore. Et tu sais, ça me tue. De devoir vivre sans lui. De devoir me demander à chaque seconde ce qui lui est passé par la tête pour se barrer comme ça. » Tes yeux descendent vers le sol, t'as un mal fou à gérer quand la tristesse s'empare des yeux de ta grande sœur. Tu comprends tellement ce qu'elle veut dire, ça te serre la gorge. « Je lui en veux tellement Cam. De te faire mal comme ça. J'sais pas si j'pourrais lui pardonner un jour. » Combien de fois est-ce que tu lui as demandé dans tes lettres pourquoi est-ce qu'il était parti. Combien de fois est-ce que tu lui avais demandé si c'était de ta faute, ou peut-être celle de Camilla. Que tu ne comprenais pas, que tu ne pourrais jamais comprendre. Que c'était trop difficile pour vous, les deux blondes, d'apprendre à vivre sans sa présence dans votre quotidien. Combien de fois est-ce que tu l'avais supplier de revenir, ou du moins, tout simplement de donner des nouvelles, un signe de vie? Trop de fois pour pouvoir ne serait-ce que penser à les compter. Le vide à chaque fois. Le silence, bien plus lourd en réponse que n'importe quel mot gribouillé sur un bout de papier. « J'aime Riley. Mais la vérité c'est qu'il ne sera jamais Jay. Et qu'au fond, je pourrais jamais m'empêcher de me demader ce qui aurait pu se passer si j'avais ouvert mon coeur à ce dernier. » Ouvrir son coeur. Tu savais que ça n'avait rien de facile, ne serait-ce que par le mal que tu avais en ce moment lorsque l'image d'Isaak te traversait l'esprit. Ouvrir son coeur et prendre le risque d'être vulnérable, le risque de se faire blesser par quelqu'un pour qui on est prêt à tout. Ouvrir son coeur et prendre le risque de perdre cette personne si les choses ne se passent pas comme prévu. Bien qu'au final, même si Camilla ne lui avait pas ouvert son coeur, elle l'avait perdu Jay. Et toi aussi, du même coup. « J'y ai tellement cru. J'ai tellement espéré que tu finisses avec Jay, ça me semblait la suite logique des choses. J'ai jamais compris pourquoi t'as décidé d'épouser Riley, pour être franchement honnête.. Et je dis pas ça pour te faire du mal Cam, c'est seulement que… J'veux ce qu'il y a de mieux pour toi. T'es tout pour moi, j'pourrais jamais assez le dire. J'veux que tu sois heureuse. » Prendre une grande respiration. Croiser le regard de ta grande sœur. La serrer dans tes bras. Lui faire comprendre que tu le penses vraiment, ce que tu dis. Que tu veux son bien-être avant tout. Que tu déplacerais ciel et terre pour lui prendre tout ce poids de sur les épaules. Qu'elle est la seule pour qui tu pourrais te battre contre n'importe qui, simplement pour lui éviter un peu de douleur. T'aimerais qu'elle le voit, t'aimerais qu'elle le comprenne. Mais tu ne peux rien faire de plus que le lui dire et espérer que le message passe un de ces quatre. « Et comment ça se passe avec ce dernier? » Tu ne sais pas trop pourquoi tu as abordé le sujet d'Isaak, mais tu te dis qu'après toutes les confidences que ta sœur a osé te faire, c'est la moindre des choses que tu lui renvoies la pareille, du moins un peu. C'est pas comme s'il y avait beaucoup de développement sur ta relation avec le jeune homme, mais votre dernière rencontre t'a troublé, bien plus que tu ne voudrais l'admettre. Il te joue encore dans la tête, malgré tout, malgré toi. « Mal. J'sais pas. J'suis en train de me dire que c'est impossible de l'oublier. Malgré tout le mal qu'il me fait. Je sais jamais où me mettre quand il est là. Il me prend, il me jette et ensuite, il dit que c'est sûr que je le veux encore.. J'sais plus trop quoi en penser. Comme s'il voulait pas être avec moi, mais qu'il voulait pas que j'aille voir ailleurs. » Tu lâches un long soupir. Ça te fait mal, de pas savoir, de pas comprendre où vous en êtes vraiment tous les deux. Comme s'il n'y avait jamais vraiment eu de point final à votre histoire. Que des virgules, pour rajouter un peu plus de drame à cette série d’événements tristes. Tu ne sais plus si l'amour est au rendez-vous, tu te demandes s'il y en a vraiment eu, de l'amour. T'es jeune encore, tu y connais peut-être rien. Mais définitivement, tu l'as sous la peau, peu importe ce que tu en dis. « Je sais Jade. Peut-être qu'on pourrait se programmer une soirée avec maman? Autour d'un bon plat à simplement profiter de ce moment. Je suis sûre que ça pourrait lui faire plaisir. » Tu souris devant une telle idée. « Et ça me ferait plaisir à moi. » Tu ne te souviens même plus de la dernière fois où vous avez été réunis ensemble, toutes les trois, pour quelques heures, à l'exception peut-être des funérailles de ton père. Vous ne preniez pas assez le temps de vous retrouver, un point sur lequel ta mère vous blâmait souvent, même si elle comprenait parfaitement que l'hôpital occupait la majorité de notre temps à toutes les deux. « Oui, si tu veux, je peux nous préparer quelque chose. J'ai congé jeudi soir, ça t'irais? » T'espère vraiment que ça adonne pour elle aussi, que pour un soir, vous pouvez vous éloignez de vos responsabilités, de tous vos autres rendez-vous, simplement pour être ensemble. « Je crois que ça nous ferait du bien à toutes les trois, de passer un peu plus de temps ensemble. »
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: (jade&camilla) ✯ could you be honest, could you be true?   

Revenir en haut Aller en bas
 

(jade&camilla) ✯ could you be honest, could you be true?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: résidences.-