Partagez | 
 

 
✯ INTRIGUE CINQ : CRUSHING THE BROKEN.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

LITTLE WOLFand it haunts me every time i close my eyes.


→ messages : 10386


don't let me go.
memo:
contacts:

MessageSujet: ✯ INTRIGUE CINQ : CRUSHING THE BROKEN.   Sam 26 Avr - 17:49


intrigue numéro cinq
- crushing the broken -


Les récents évènements marquant les esprits, l’ambiance de Minneapolis se fait pesante, comme si une épée de Damoclès se retrouvait suspendue au-dessus de celle-ci. Entre la mort de Nolls qui reste  mystérieuse aux yeux de certains, et les rumeurs de corruption qui font encore et toujours polémique, personne n’a l’air très tranquille. Une colère sourde semble gronder dans les entrailles mêmes de la ville, se propageant telle une épidémie parmi les habitants. Trop de questions, et pas une seule réponse. Les journalistes s’en donnent à cœur joie – surtout ce cher Logan Ackerman, dont les articles divisent toujours autant les citoyens – la criminalité s’épanouit comme jamais, et la population continue de redouter un nouveau drame. À tort ou à raison, personne ne le sait vraiment. Pour l’instant. Mais le maire se refuse à laisser ce climat de peur et de rage contenue s’installer pour venir gangréner la ville un peu plus qu’elle ne l’est déjà. Sans compter que les rumeurs de corruption déchainent une vague passionnée, ébranlant un peu plus l’équilibre déjà bien trop précaire pour durer. Ainsi, il profite du soleil offrant enfin un peu de douceur pour organiser une conférence ouverte au centre-ville. La nouvelle se propage rapidement, et déjà les journalistes se bousculent alors que tout n’est pas encore mis en place. Les citoyens sont également les bienvenus, et nul doute qu’ils seront au rendez-vous – simples curieux, fauteurs de troubles, en proie à la fureur ou à une inquiétude dévorante, on s’attend à tout. Le but reste avant tout de calmer les esprits en premier lieu, puis de rassurer ceux qui craignent que toute l’affaire ne soit qu’une sombre mascarade et que le tueur fasse surface une fois de plus. Cette peur enfouie continue malgré tout de secouer les habitants, créant un climat de méfiance et d’angoisse qui en devient nauséeux, voire presque malsain. Toujours est-il que ceci ne peut plus durer, le maire s’en est fait un point d’honneur et il compte y remédier à l’aide de son discours et des réponses qu’il donnera aux journalistes. Il sait déjà à quoi il s’apprête à faire face. Les remarques tranchantes visant à le déstabiliser et remettre en cause tout ce qu’il aura affirmé, les tonnes d’interrogations auxquelles il n’a même pas de réponses, les hypothèses sordides qu’il devra éloigner d’un revers de la main sans pour autant les prendre à la légère. Tant d’éléments qui le forcent à porter un masque ne trahissant rien si ce n’est les émotions allant de paire avec ses paroles, son costume prenant des airs d’armure blindée pour se parer à la horde tourmentée qui lui fait face. Éloquent, comme à son habitude, ses paroles résonnent dans le micro de son pupitre, le silence alentour discrètement brisé par quelques flash qui continuent de crépiter, et de rares murmures accompagnant chacune de ses déclarations. Le rassemblement face à lui est conséquent, et il sait qu’il n’a pas le droit à l’erreur, d’autant plus que les images seront sans aucun doute diffusées à la télévision. Mais il y a bien une chose qu’il ignore. Non loin de là, des ombres se meuvent en attendant le moment parfait pour frapper. Des ombres qui participent à la noirceur se développant chaque jour un peu plus. Des ombres qui ont soif de sang, la rage au ventre et le vague à l’âme. Des ombres, armes sur le dos. Les derniers mots du maire font écho parmi la foule, et à peine retrouve-t-il le silence que les questions se bousculent. Il faut quelques secondes pour que les journalistes reprennent un semblant de professionnalisme, la cacophonie se stoppant aussi vite qu’elle a démarré. Les mains se lèvent, et le combat commence. Le combat de questions plus acides les unes que les autres et de réponses choisies avec la précaution d’un démineur. Mais ce combat ne se terminera pas. Les ombres passent à l’action, armes au poing, elles sortent de leurs tanières. Et elles tirent. À l’aveuglette, sans cible précise. Les coups de feu résonnent, les cris retentissent, les têtes se baissent. La panique gagne tout le monde, y compris les gens qui ne font que passer dans les alentours sans chercher à prendre part à cette foutue conférence, mais qui risquent de se retrouver avec une balle dans le crâne. Le chaos devient maître de la situation, la même prière résonnant dans tous les esprits. Celle de ne pas mourir. Nul ne sait qui sont les responsables, combien ils sont ou même à quels endroits ils sont placés. Les gens sont trop occupés à chercher à sauver leur peau pour vouloir trouver les réponses à ces questions. Une fois de plus, les vies d’innocents se retrouvent mises en jeu. Combien seront-ils à en faire les frais ?



_________________
☆ ☆ when the days are cold and the cards all fold. and the saints we see are all made of gold. when your dreams all fail and the ones we hail are the worst of all and the blood's run stale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shoottherunner.forumgratuit.org
 

✯ INTRIGUE CINQ : CRUSHING THE BROKEN.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: we feel a storm.-